Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Reuters

Hypothèse

Benoît Hamon vient-il involontairement de suggérer qu'Anne Hidalgo aurait occupé des emplois semi-fictifs ?

Selon le Journal officiel, à quelques mois d'intervalle après la victoire du PS aux législatives de 1997 et l'installation de Lionel Jospin à Matignon, Benoît Hamon, puis Anne Hidalgo, ont été nommés comme conseillers au cabinet d'Aubry.

Google et Yahoo, internet

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.

Voir la bio »

Rappelant la larme à l'oeil "avoir partagé avec Benoît Hamon le même bureau, lorsque tous deux travaillaient aux côtés de Martine Aubry sous le gouvernement de Lionel Jospin", Hidalgo, lors du meeting de Hamon, ne lui rend pas service !

Selon le Journal officiel, à quelques mois d'intervalle après la victoire du PS aux législatives de 1997 et l'installation de Lionel Jospin à Matignon, Benoît Hamon, puis Anne Hidalgo, ont été nommés comme conseillers au cabinet d'Aubry. 

C'est donc là qu'ils auraient partagé le même bureau aux dires d'Hidalgo. 

Parfait ! 

Hamon va donc pouvoir enfin nous dire ce que faisait Hidalgo quand, censée travailler à temps plein pour Aubry, puis Lebranchu, elle était tête de liste du PS dans le 15ème arrondissement en 2000, puis, de mars 2001 jusqu'en avril 2002, première adjointe au maire de Paris. 

Un cumul bien difficile à justifier, non? 

Bah ! Hamon pourra toujours prétendre que, nommé courant 2000 lui-aussi dans le poétique emploi de "directeur du planning stratégique" à l'Institut Ipsos, il n'avait plus aucun contact avec sa cothurne ! 

Et puis, quand après 2002, Hidalgo est retournée à l'Inspection du travail à temps plein alors qu'elle était encore première adjointe et au surplus conseillère régionale, Hamon n'était plus là. 

Les explications eussent été encore plus drôles ! 

Ces gens sont bien affairés ... 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !