Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
©DR

Coranovirus

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

Les stupéfiantes statistiques du Monde le prouvent paraît-il.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

"Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées". Cette phrase, bien connue, est attribuée à Churchill. Le Monde l'a fait sienne. Pour être juste ce quotidien, qui fut naguère de référence avant de devenir le principal porte voix du déni, ne falsifie pas. Il accommode, triture, tord. Sans rapport aucun avec la vérité. 

Dans un article consacré à l'immigration et au terrorisme Le Monde s'insurge contre tous ceux qui établissent un lien entre les deux. Principalement visée : la fachosphère. Mais aussi, Darmanin, Macron et quelques autres. Aux yeux du Monde c'est insupportable et discriminatoire. 

En vertu de quoi le journal brandit une statistique qu'il juge imparable. "Sur les trente auteurs d'attentats commis en France, huit seulement étaient des ressortissants étrangers". 22 terroristes français donc ! 

Le Monde, tout à son sacerdoce du vivre-ensemble, s'abstient de donner les noms de ces assassins français. Faut pas trop demander quand même... Nous nous proposons de réparer cette lacune. Voici les prénoms des tueurs : Mohamed, Smaïn, Idriss, Abdel, Sofiane et comme ça jusqu'à 22. Mais ils sont français. Rien à voir donc avec l'immigration. 

Il y a deux jours, un élève de Sélestat a menacé de couper la main de sa prof. L'enseignante lui avait confisqué un aimant avec lequel il jouait pendant le cours. Il l'a traitée de voleuse et lui a dit qu'il y avait "des pays où l'on coupait la main des voleurs". 

Ca non plus, ça n'a rien - suivons les contorsions du Monde - à voir avec l'immigration ? La prof a déposé plainte. Le procureur de la ville a estimé que l'élève ne présentait aucun signe de radicalisation. Ce qui rapproche ce magistrat du Monde.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !