Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Au secours, mon manoir est devenu un parc d’attraction Harry Potter !
©

THE DAILY BEAST

Au secours, mon manoir est devenu un parc d’attraction Harry Potter !

Les films de la saga Harry Potter, ainsi que certaines scènes de la série "Downtown Abbey", ont été tournés dans le château d’Alnwick. Le malheureux Ralph Percy, 12ème Duc de Northumberland, est devenu prisonnier de sa propre demeure.

Tom Sykes

Tom Sykes

Tom Sykes est écrivain et journaliste, auteur du blog "The Royalist" pour The Daily Beast. Il a collaboré à de nombreuses publications, et a fait un passage au New York Post comme reporter nighlife et éditorialiste people. Il a écrit plusieurs livres, et a récemment aidé John Taylor de Duran Duran à écrire son autobiographie chez Dutton. Tom vit à Londres et en Irlande.

Voir la bio »

Tom Sykes, The Daily Beast

Laisser la populace entrer chez soi ou pas, telle est la question que les aristocrates britanniques ont arrêté de se poser depuis longtemps. C’est avec regret que la plupart reconnaissent que si vous ne voulez pas que votre baraque soit rachetée par un oligarque étranger, il vous faudra faire payer une entrée, ouvrir votre maison et vos jardins au public, les laisser s’extasier sur vos biens aussi longtemps qu’ils le souhaitent, et conclure la visite en les faisant passer par le salon de thé - dans lequel ils dépenseront un peu (voire beaucoup) d’argent.

Cette source de revenus est bien utile, mais c’est de plus une combine qui permet de bénéficier d’avantages fiscaux. Si vous êtes en mesure de prouver que votre demeure d’époque est un gagne-pain, vous pouvez déduire une grosse partie de votre budget maintenance et jardinage de vos bénéfices avant impôts.

Malgré tout, dans le petit monde de l’aristocratie britannique, on compatit au sort de Ralph Percy, le 12ème Duc de Northumberland, et l’un des plus gros propriétaires terriens du Nord de l’Angleterre. Il a expliqué à Tatler magazine que depuis que son domaine a servi de lieu de tournage pour Harry Potter et certaines scènes de la série Downtown Abbey, il était devenu prisonnier de sa propre demeure, le château d’Alnwick. Son château, c’est Poudlard dans les deux premiers Harry Potter, et dans la série Downtown Abbey, il a été rebaptisé château de Brancaster en 2014 ainsi qu’en 2015, pour l’épisode diffusé à Noël.

Parmi les scènes tournées à Alnwick (qui se prononce "Annick"), il y a l’atterrissage forcé de la Ford Anglia volante et le premier cours de quidditch de Harry. Il va sans dire que voir son énorme demeure envahie de hordes de touristes (qui, au passage, contribuent à la maintenance des lieux à hauteur de 5 millions de dollars par an) est un problème que l’on ne rencontre typiquement que dans un certain monde. Le 12ème duc, ancien étudiant d’Eton et d’Oxford, ne s’attendait pas à hériter de cette demeure - le deuxième plus grand château du Royaume Uni, celui de Windsor étant le premier - il y a plus de 20 ans de cela, quand son frère, premier du nom, a fait une overdose d’amphétamines.

Aujourd’hui, son château attire jusqu’à 600 000 visiteurs par an. C’est pourquoi il a décidé de se réfugier à Burncastle, son domaine en Écosse, durant les mois de l’été. Dans le numéro de Tatler à paraître en septembre, il explique que "nous n’arrivions juste plus à vivre dans notre demeure l’été, nous ne pouvions plus aller nulle part sans tomber sur des hordes de visiteurs. Et dans les environs du donjon dans lequel nous vivons, il n’y a pas de jardin fermé, ce qui fait que les enfants ne sortaient plus jamais".

La fortune du Duc est évaluée à 350 millions de livres, et ses enfants sont amis avec ceux de la famille royale. Bien qu’il "déteste parler d’argent", il a expliqué au magazine que l’entretien de la maison et de ses terres coûtait 1,8 million de livres par an. Cela fait longtemps que le château accueille des célébrités. Sa première apparition télévisée remonte à 1964, dans le film Becket avec Peter O’Toole. Le propriétaire d’un manoir de renom qui attire 100 000 visiteurs par an en Irlande nous a confié ce qu’il en pensait : "En réalité, on aime beaucoup l’idée d’ouvrir notre maison et nos jardins au public, mais c’est difficile de trouver son équilibre, et de faire en sorte que sa demeure reste un endroit agréable à vivre, quand il faut impérativement gagner suffisamment d’argent pour entretenir ces chateaux sur le long terme. Ces deux objectifs entrent immanquablement en conflit". 

"Nous fermons durant les mois de l’hiver, ce qui aide, et le reste du temps nous fermons à 18 heures pour avoir nos soirées. Commercialement parlant, ce n’est pas du tout logique, mais si vous ne prenez pas de décisions de ce genre, votre maison finira par plus ressembler à une attraction touristique qu’autre chose. Et à ce stade, autant vendre le tout à une chaîne d’hôtels américaine".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !