Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Où est la droite ?

Alerte enlèvement : mais où est passée la droite dans les sondages ?

La droite est de moins en moins visible dans les sondages d'intentions de vote ou de popularité. Pourtant, elle se démarque toujours dans les sondages thématiques (la clause Molière par exemple, très largement approuvée). Si les personnalités de droite ne figurent plus dans le haut du classement des personnalités ayant une forte cote d'avenir, l'idéologie, elle, est toujours présente.

Emmanuel Rivière

Emmanuel Rivière

Emmanuel Rivière est DG France de Kantar Public (Sofres).

Voir la bio »Vincent Tournier

Vincent Tournier

Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

Voir la bio »

Atlantico : Alors qu'interrogés sujet par sujet, (comme dernièrement sur la clause Molière où un sondage Ifop du 20 mars montre que 80% des Français l'approuvent), les Français expriment dans une certaine mesure une sensibilité de droite, François Fillon, après avoir baissé de trois points dans les intentions de vote stagne aujourd'hui aux alentours de 17% (Rolling Ifop). Une enquête Odoxa montre que Jean-Luc Mélenchon se rapproche à un point du candidat Les Républicains en termes d'intentions de vote. Où ces candidats de droite se retrouvent-ils aujourd'hui ? S'ils se détournent du candidat LR, vers quelles autres offres semblent-ils se détourner ?

Emmanuel Rivière : On constate sur les enquêtes depuis plusieurs années une forme de droitisation de la société française selon deux modalités. Une plus grande préoccupation sur les sujets historiquement dévolus à la droite comme la sécurité, l'autorité mais aussi l'immigration, les valeurs et sans doute aussi toute la question de l'identité qui est une préoccupation largement partagée sur la place de l'islam. D'autre part, il y a aussi les valeurs entrepreneuriales sur la liberté donnée aux entreprises, sur la place de l'Etat (et donc sa réduction lorsque l'on est de droite) et une forme de reconnaissance du mérite. Les deux polarités de cette orientation à droite trouvent deux autres débouchés en dehors des Républicains, le Front National sur les aspects de sécurité, d'immigration, identité et de manière plus récentes chez "En Marche !" sur les valeurs entrepreneuriales

Le candidat républicain n'est plus le dépositaire unique de ces valeurs dans cette élection, d'autant plus qu'il n'y a pas forcément superposition entre les deux au sens où il y a parfois même des formes d'incompatibilité entre des inspirations souverainistes dans le domaine de l'ordre et d'une forme de méfiance à l'égard de l'extérieur en opposition à des aspirations d'ouverture et de progressisme autour des valeurs entrepreneuriales.

Dans un sondage publié par Le Figaro sur la cote d'avenir de différentes personnalités politiques, les personnalités de droite ne figurent pas dans le haut du classement... Cette déception a-t-elle pu rejaillir sur les responsables de la droite, bien qu'ils ne soient pas touchés par les affaires judiciaires de François Fillon ? Où bien est-ce davantage leur absence assez remarquée de la campagne ? Qu'en est-il des abstentionnistes ?

Emmanuel Rivière : Ce que révèle ce baromètre Figaro c'est une autre difficulté à laquelle la droite française incarnée par les républicains est confrontée,  et que nous avons constaté tout au long du quinquennat. Nous ne voyons pas dans les enquêtes l'effet de bascule qui faisait que quand le gouvernement était à gauche et basculait, on observait une amélioration de l'image du parti de droite, une augmentation des sympathisants du principal parti de droite. Rien de tout cela ne s'est produit ce qui atteste de la difficulté de la droite à se positionner autour de deux tendances lourdes.

La première c'est une interrogation sur le bienfondé des choix consentis par la droite comme par la gauche autour de la place de la France dans le monde et a fortiori de la France dans l'Europe, ce qui a induit des transferts de souveraineté et des choix de politique économiques que l'on a parfois du mal à faire comprendre ainsi qu'une demande de renouvellement de la manière de faire de la politique. On voit dans cette élection qu'il y a une aspiration à rebattre les cartes, à renouveler le paysage et la manière de faire de la politique. Il se trouve que là-dessus, les républicains sont en retard par rapport à tous les autres à l'exception du PS. En retard sur cette nouveauté de l'émergence d'un nouveau mouvement politique et aussi en retrait par rapport à cette tentation de briser le système actuel qui trouve des débouchés chez des candidats comme Marine Le Pen et Jean-Luc Melenchon.

Vincent Tournier : Il est effectivement troublant de voir que les personnalités de droite sont reléguées assez loin dans le palmarès. Même quelqu’un comme Olivier Besancenot est jugé comme ayant plus d’avenir politique que les leaders de droite. Si on met à part Marine le Pen, qui a son fan club attitré, seul Alain Juppé parvient à émerger à la 4ème place, ce qui est tout aussi troublant parce que, vu son âge (il doit approcher les 75 ans), on peut avoir quelques doutes sur son avenir politique. En tout cas, ce mauvais classement de la droite est d’autant plus surprenant que François Hollande termine son mandat sur des records d’impopularité.

A quoi faut-il attribuer ce mauvais résultat ? On peut penser qu’il y a un problème de leadership. La droite paye le prix de ses divisions. Pendant les cinq années qui viennent de s’écouler, elle n’a pas réussi à faire émerger des leaders forts. La décision de Nicolas Sarkozy de revenir en 2014 y est pour beaucoup : en rompant avec sa promesse de quitter la vie politique, il a de facto cassé la mécanique de sa propre succession. De plus, les affaires et les règlements de compte internes ont aussi contribué à griller d’autres personnalités, comme Jean-François Copé.

Un autre facteur doit être pris en compte : il n’est pas évident, pour les leaders de droite, de trouver un créneau porteur, surtout avec un FN très fort, qui siphonne toute une partie de l’électorat de droite. En optant pour un positionnement très droitier, François Fillon espérait récupérer une partie de ces électeurs, comme Nicolas Sarkozy en 2007, mais pour l’heure, ça n’a pas marché. En revanche, il a fait fuir une partie des électeurs de droite modérés, qui sont tentés par Emmanuel Macron. C’est d’ailleurs ce que montre cette tribune publiée par des jeunes catholiques (http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/03/27/nous-jeunes-catholiques-refusons-de-laisser-a-la-droite-le-monopole-des-valeurs-chretiennes_5101196_3232.html). Ce texte n’est évidemment qu’une simple tribune, mais on voit quand même qu’un nombre conséquent de catholiques se reconnaissent dans le discours du pape sur les migrants. C’est aussi la conséquence de l’évolution des catholiques français, lesquels se sont sécularisés et même gauchisé par certains côtés.

On peut ajouter un dernier élément, en se demandant si la droite n’a pas tout simplement du mal à recruter de nouvelles personnalités. Les électeurs ont tendance à penser que les carrières politiques sont très attirantes. Mais ce n’est pas sûr : en politique, il y a beaucoup de coups à prendre, et les gains sont hypothétiques et modestes. Comparativement, les carrières dans l’économie et la finance sont certainement bien plus attirantes. 

 

Comment les électeurs de droite qui se détournent de François Fillon ressentent-ils cette séquence ? Quel est leur degré de frustration, comment décrire leur comportement ?

Emmanuel Rivière : Il y a incontestablement un désarroi chez les électeurs de droite dont certains ont le sentiment de se faire voler une élection. Ce n'est pas le cas de tous, il y a aussi des électeurs spontanément tentés par l'offre d'Emmanuel Macron qui peuvent d'ailleurs en parti être dans l'interrogation aujourd'hui.

Il y a une double interrogation il y avait des faiblesses de l'adhésion aux Républicains et ses leaders qui précédait l'affaire Pénélope. Mais en même temps le désir d'alternance était tel et la perception des enjeux perçus par les électeurs au moment des primaires ont permis que ce soit quand même des primaires très mobilisatrices. S'est ajouté à cela le problème posé par un candidat dont on verra bien comment il ressort incriminé ou blanchi des affaires mais dont on a découvert qu'il n'était pas exactement celui que l'on croyait lorsqu'on l'a désigné pour représenter les chances des républicains lors de cette élection.

Vincent TournierSi on regarde les sondages, on voit que François Fillon a perdu entre 6 et 8 points depuis le mois de janvier, ce qui l’a fait passer nettement derrière Marine Le Pen alors qu’il était devant elle auparavant. C’est évidemment une évolution très importante. Cela veut donc dire que beaucoup d’électeurs de droite ont été désarçonnés, déstabilisés par les révélations des médias et par les enquêtes judiciaires. Le choc de ces révélations a été d’autant plus vif que l’une des motivations du vote en faveur deFrançois Fillon aux primaires de la droite, c’était justement que celui-ci était plus fiable que Nicolas Sarkozy, non seulement sur le plan judiciaire, mais aussi sur le plan politique. En effet, dans le contexte des attentats, Nicolas Sakozy a sans doute payé cher le fait d’avoir baissé les effectifs de la policeou d’avoir désorganisé les services de renseignement, voire même d’avoir adopté des mesuresemblématiques comme la suppression de la double peine, ce quilui a été reproché, surtout après l’attentat de Nice (http://www.huffingtonpost.fr/2016/07/19/double-peine-profil-terroriste-nice-fait-resurgir-debat-politique_n_11064752.html). Donc, la différence entre François Fillon et Nicolas Sarkozy s’est surtout jouée sur cette question de la crédibilité. Cela explique le désarroi profond des électeursde droite aujourd’hui : si François Fillon n’est pas fiable sur le plan moral et judiciaire, pourra-t-il l’être sur le reste ? Va-t-il vraiment faire ce qu’il a annoncé ?

Cela dit, cette baisse du soutien pour Fillon n’est pas forcément définitive. Certes, les intentions de vote semblent très stables, mais on peut se demander si les sondages ne se trompent pas, non pas parce qu’ils sont mal faits, mais plutôt parce que les électeurs masquent leur jeu. En fait, il est tout à fait possible qu’Emmanuel Macron soit surestimé et que, inversement, François Fillon soit sous-estimé. Une partie des électeurs de droite a sans doute des réticences à se déclarer en faveur de Fillon, compte-tenu du contexte très axé sur les affaires judiciaires. Inversement, le vote Macron est artificiellement gonflé par le désarroi et l’agacement de la droite. D’ailleurs, une bonne partie des électeursde Macron ne sont pas encore sûrs de leur choix. Il n’est donc pas exclu quedans les tout derniers jours de la campagne, la tendance s’inverse. Les faiblesses de Macron vont s’approfondir, tandis que Fillon pourra bénéficier du fait qu’il a de l’expérience, ce qui n’est pas sans force dans le contexte actuel.Ce n’est pas un hasard si, à la fin du débat télévisé, François Fillon a fortement insisté sur son expérience d’élu et de responsable politique.

Par ailleurs, dans quelle mesure le fait qu'une grande partie des idées de droite (en matière économique, mais aussi sociétale) soient reprises par d'autres formations peut-elle faciliter ce détournement de la part de ses électeurs ? Le mouvement dextrogyre, théorisé par Guillaume Bernard et qui décrit un déplacement du centre de gravité de la politique vers la droite joue-t-il dans ce phénomène ?

Vincent Tournier : Peut-on vraiment parler d’un déplacement des valeurs vers la droite ? Il vaut mieux poser le problème autrement, en partant d’un premier constat : les valeurs libérales se sont fortementdiffusées dans la société, autant sur le plan économique que sur le plan sociétal. Cette montée des valeurs libérales, qui est autant une victoire de la droite (pour l’économie) qu’une victoire de la gauche (pour les valeurs sociétales), ou du moins à leurs composantes libérales respectives, se caractérise par une mise cause du principe de la régulation. On voit bien en effet qu’il y a aujourd’hui une forte demande pour avoir moins de contraintes, moins de normes, plus de droits,plus d’autonomie (c’est le cas par exemple de la loi Travail, qui s’inscrit bien dans cette dynamique visant à s’affranchir des normes communes imposées par le haut). 

D’un autre côté, l’Europe et la mondialisation ontcependant provoqué de sérieuses difficultés, que ce soit dans le domaine économique (désindustrialisation, concentration des activités dans les grandes métropoles polluées et surchargées, prolétarisation du monde rural), ou dans le domaine sociétal avec la montée de différentes formes d’insécurité, autant physiques que culturelles. Or, ces évolutionsvont dans le sens inverse du précédent : elles poussentau contraire à réclamer davantage de régulations, davantage d’interventions. On voit ainsi revenir des mesures que l’on croyait oubliée comme le protectionnisme, les nationalisations des entreprises, ouencore l’instauration de droits de douane ; et dans le domaine sociétal, on voit aussi des demandes en faveur d’un retour versl’ordre, l’autorité, les frontières oul’identité nationale.

Cette double évolution génère évidemment de profondes tensions, d’autant que les demandes de régulationviennent défier une sorte d’interdit, qui est régulièrement rappelé par les médias et une partie des élites, à savoir qu’il faut impérativement préserver les grands principes comme l’ouverture, le mélange, la tolérance. Certes, ces principes sont importants, mais le problème est qu’ils ne permettent pas de résoudre toutes les difficultés actuelles. Par exemple, comment l’ouverture ou la tolérance peuvent-elles régler le problème des travailleurs détachés ?

Les différentes tensions qui se sont constituées permettent d’expliquer les positionnements politiques que l’on observe pendant la campagne électorale. En gros, on a d’un côté deux grands pôles qui s’opposent : d’un côté le pôle régulateur, avec sa variante de droite (Marine Le Pen) et sa variante de gauche (Jean-Luc Mélenchon) et de l’autre le pôle libéral (Emmanuel Macron). Entre les deux, on voit émergerdes situations intermédiaires, que ce soit avec la variante de droite (François Fillon) ou avec la variante de gauche (Benoît Hamon). On verra le résultat, mais le problème est que l’élection risque fort de ne pas de trancher ces tensions. Quel que soit le vainqueur, les tensions vont persévérer car on ne voit pas comment elles vont pouvoir se résoudre d’elles-mêmes.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !