Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Alain Juppé croit en ses chances pour 2017
©REUTERS/Regis Duvignau

Pépère…

Alain Juppé, droit dans ses bottes ? Non, dans ses pantoufles !

Lui aussi veut être président. Pourquoi pas ? Il n’y a pas de limite d’âge pour ce concours.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Donc l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac se lance à son tour dans la course à la primaire de l’UMP. Il souhaite être candidat de la droite à la présidentielle de 2017. Mais pas de n’importe quelle droite. D’une droite bien élevée, modérée et recentrée.

C’est pourquoi aussitôt, en bon Béarnais qu’il est, François Bayrou s’est rallié à son panache blanc. Un soutien calamiteux pour Alain Juppé. Et providentiel pour Marine Le Pen. François Bayrou ayant appelé à voter Hollande en 2012, il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que nombre d’électeurs de droite préféreront donner leurs suffrages à la présidente du Front national…

Alain Juppé a-t-il les qualités requises pour devenir notre prochain chef de l’Etat ? Oui ont répondu sur Atlantico Pascal Perrineau et Jérôme Fourquet. Ces politologues n’ont pas tort. Juppé est sage. Intelligent ("l'homme politique le plus intelligent de sa génération" a dit de lui Jacques Chirac, ce qui en dit long sur le niveau intellectuel des dirigeants UMP de l’époque). Rassembleur : il ne ferait de mal à personne. Pas même à une mouche.

De surcroît, Alain Juppé a su montrer qu’il avait du courage. De la fidélité en tout cas. Lors du procès des emplois fictifs de la mairie de Paris, il a tout pris sur lui. Pour protéger, tel un bon petit soldat de la Cosa Nostra, son patron, le capo-mafioso Chirac. Et il a été condamné à sa place. Ce qui lui a valu un exil prolongé au Canada.

A l’heure qu’il est et compte tenu d’un désastre nommé François Hollande, n’importe qui serait élu contre l’actuel président de la République. On comprend qu’Alain Juppé se soit dit : "pourquoi pas moi ?". Reste qu’en 2017, Alain Juppé aura 72 ans. Un pater familias pour un peuple orphelin. Ce qui ferait de lui le plus âgé des chefs d’Etat de la Vème République. Plus âgé même que de Gaulle. Et de Gaulle, c’était quand même de Gaulle…

Alain Juppé est trop intelligent pour ne pas être conscient de ce handicap. Lui qui naguère proclamait fièrement "je suis droit dans mes bottes" peut légitimement craindre qu’on constate qu’il est droit dans ses pantoufles. C’est pourquoi il vient d’entamer une fulgurante cure de rajeunissement.

Sur son blog, il a en effet posté un message vigoureux et frais, titré "Indignons-nous !". Il s’indigne en effet de "l’effacement de la France de la scène internationale" pointant le cas de l’Irak et de Gaza (seul un psychanalyste pourrait tenter de démêler lequel de ces deux conflits motive vraiment l’ancien Premier ministre…). "Indignons-nous !". Plus jeune que ça tu meurs… Il nous faut souhaiter à M. Juppé le même succès que celui rencontré par Stéphane Hessel. "Indignez-vous !", un million d’exemplaires vendus.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !