Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Crédits Photo: Reuters

THE DAILY BEAST

A la recherche de Paititi, la citadelle perdue des Incas

On raconte que les Incas auraient caché leur trésor dans une ville secrète et retirée au cœur de la jungle péruvienne. Mais malgré toutes les recherches entreprises jusqu'à présent, son emplacement reste un mystère.

Allison McNearney

Allison McNearney

Allison McNearney est journaliste pour The Daily Beast.

Voir la bio »

Au XVIe siècle, les conquistadors espagnols ont atteint la ville des majestueuses montagnes des Andes qui servait de siège politique à l'empire tentaculaire des Incas. Pendant plus de trois siècles, les Incas avaient développé une civilisation complexe et florissante.

Ils ont construit des places fortes dans les montagnes (voyez pour preuve le Machu Picchu) ; ils ont taillé un réseau impressionnant de chemins sur plus de 22 000 km de montagne et à travers un territoire que se partagent aujourd'hui six pays différents ; et ils ont amassé de l'or, de l'argent et d'autres symboles de richesse… en grande quantité. Ce sont les histoires concernant ces richesses qui ont éveillé l'attention de l'explorateur Francisco Pizarro. C'est pourquoi en 1524, il est parti d'Espagne, mettant le cap sur le Nouveau Monde, à la tête d'un équipage de conquistadors, l'éclat de l'or espéré dans leurs yeux.

C'était enfin la grande victoire sur l'empire Inca dont Pizarro avait rêvé pendant toutes ces années. Mais il y avait un petit problème. Lorsque l'armée victorieuse arriva à Cuzco, les légendaires richesses des Incas étaient introuvables. Les soldats amassèrent bien de grandes quantités d'or et d'objets de valeur, mais pas l'immense fortune évoquée par les récits qui traversaient l'océan Atlantique. Où était donc passé le trésor inca ?

Presque aussitôt, les spéculations commencèrent. De nombreuses voix s'élevèrent pour suggérer que les Incas avaient dissimulé leur trésor dans une ville secrète dans les profondeurs de la jungle, à l'est des montagnes. Mais les recherches sont restées vaines et Pizarro a fini par connaître une mort violente en 1541 à Lima, ville qu'il avait fondée, assassiné par des rivaux espagnols.

La mort de Pizarro n'a pas mis fin à la recherche de Paititi, la légendaire cité d'or. Depuis la chute de l'empire inca, les aventuriers, les chercheurs de trésor et les archéologues ont répondu au chant des sirènes de la cité perdue, qui est jusqu'ici demeurée hors d'atteinte.Comme dans toute bonne légende, en particulier celles qui concernent des cités pleines de richesses, personne ne sait avec certitude si Paititi a réellement existé ou si elle appartient au monde des mythes. Mais ce que l'on sait, c'est que des histoires la concernant ont été transmises de génération en génération chez les descendants des Incas. Et plusieurs indices convaincants accumulés au fil des ans laissent penser que ceux qui ont bravé de nombreux périls et même la mort à la recherche de ce trésor perdu n'étaient peut-être pas totalement fous. 

Pour commencer, vers la fin de leur conquête, les Espagnols capturèrent l'empereur inca Atahualpa dans la ville de Cajamarca. Pizarro réclama une rançon en or en échange de la libération de l'empereur sain et sauf. Vingt-quatre tonnes d'or et d'argent, suffisamment pour remplir une pièce, furent rapidement livrées au commandant. Pizarro ne tint pas sa promesse et exécuta tout de même le chef, mais cette trahison, qui marqua la fin de l'empire inca, laissa plus d'un observateur songeur : si les Incas avaient pu réunir aussi facilement un trésor d'une telle ampleur, de quelle quantité de richesses disposaient-ils encore ?

Au moins un récit rapporté datant d'environ 1600 suggère également que la cité n'est peut-être pas qu'un mythe. En 2011, Mario Polia, un archéologue italien, effectuait des recherches dans les archives du Vatican lorsqu'il a découvert la lettre d'un missionnaire appelé Andreas Lopez. Lopez écrivait au pape pour faire état de l'existence d'une cité emplie d'or, d'argent et autres pierres précieuses. Alors qu'il n'avait jamais vu cette ville de ses propres yeux, il transmit les histoires que les autochtones lui avaient racontée. Sa lettre la décrivait en détail, ajoutant des précisions sur ses habitants et son emplacement, "à dix jours de marche du Pérou". L'emplacement exact, expliquait-il, ne lui avait jamais été révélé mais certaines théories du complot suggèrent cependant que, s'il est connu, l'Église catholique a choisi de garder cette information pour elle. Cependant, la lettre constitue un autre indice de taille sur la piste de la cité mythique.

Ces légendes et rumeurs, ainsi que la promesse d'immenses richesses ont attiré un flot régulier d'explorateurs qui, au cours des quatre derniers siècles, ont bravé l'Amazone et ses périls à la recherche de la ville. Ce n'est pas tâche facile. Dans les années qui ont suivi l'arrivée des conquistadors espagnols, les dangers et les épreuves d'un voyage dans les profondeurs de la jungle sauvage suffisaient à effrayer les petites natures. Mais ce périple est devenu encore plus périlleux à l'époque contemporaine.On s'accorde généralement pour dire que, si la ville existe, elle doit se trouver quelque part à la frontière entre le Pérou, la Bolivie et le Brésil. Cette région demeure une jungle dense où les randonneurs les plus intrépides doivent faire face à de nouveaux dangers, comme les trafiquants de drogue ou ceux qui se consacrent à des activités minières ou forestières illégales.

C'est également là que se trouve le parc national de Manu, où vivent des peuples autochtones et des tribus sans contact avec le monde extérieur, qui peuvent constituer une menace pour les étrangers (et vice versa). Depuis des centaines d'années, des aventuriers venus de partout ont chacun organisé leur expédition, en quête de gloire et d'or. Les plus chanceux ont découvert d'incroyables ruines incas, mais aucunes ne semblent être celles de la cité en question. Quant aux moins chanceux, ils ne sont jamais ressortis des profondeurs de la jungle amazonienne.

Parmi ces derniers figurent un groupe de Français et d'Américains partis en 1971, ainsi qu'un groupe de Norvégiens en 1997, qui rêvaient de triomphe et que l'on n'a jamais revus. Mais le fait que des légions d'explorateurs intrépides n'aient pas réussi à retrouver la cité mythique de Paititi n'a jamais découragé les générations suivantes. Nous savons que des pans entiers de l'empire inca demeurent inexplorés et l'on continue à trouver de nouvelles ruines incas. Qui peut affirmer que Paititi ne figure pas parmi elles, un trésor scintillant enfoui loin dans la jungle, qui attend qu'un aventurier plus chanceux et mieux préparé ne les découvre ?

Une autre expédition est d'ailleurs en cours, afin de suivre une nouvelle piste et d'explorer un territoire inconnu. Quatre siècles d'espoirs déçus nous rappellent que ses chances sont sans doute bien minces. Mais peut-être aussi, cette année sera-t-elle celle où cette cité légendaire quittera les rangs de l'El Dorado, de l'Atlantis et de la cité perdue de Z et sortira du monde des mythes et légendes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !