Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Deux tiers des Français pensent que seuls les islamistes radicaux représentent une menace.
©Reuters

Info Atlantico

66% des Français considèrent que les musulmans vivent paisiblement en France et que seuls des islamistes radicaux représentent une menace

EXCLUSIF Ce sondage Ifop pour Atlantico est d'autant plus révélateur qu'il a été mené en pleine période de chasse à l'homme.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio »

Atlantico : Pourquoi ce sondage ?

Jérôme Fourquet : Ce sondage a été réalisé car au lendemain de l'attentat de Charlie Hebdo un certain nombre de responsables politiques et d'intellectuels ont appelé à ne pas faire d'amalgame et parce qu'un certain nombre de lieux de cultes musulmans étaient la cible d'attaques. On voulait voir quel était l'état de l'opinion publique française, c’est-à-dire si pour nos concitoyens la menace était représentée par les quelques islamistes radicaux, ou par l'islam dans son ensemble, et donc la communauté musulmane et ses institutions.

Lire également : La tragédie de Charlie Hebdo suscitera-t-elle le sursaut dont la société française a tant besoin ?

Quel est l'enseignement principal ?

Les résultats sont très clairs : 66% des Français déclarent ne pas faire d'amalgames contre 29% qui déclarent que ce sont les musulmans en général qui posent problème. Ce qui est plutôt rassurant, même si 29% n'est pas un chiffre négligeable. C'est quand même un tiers des Français qui campent sur ces positions-là.

Aux yeux de quelles catégories de population l'islam représente-t-il particulièrement une menace ?

Assez logiquement, le principal clivage sur cette question est d'ordre partisan. Plus de 80% des sympathisants du Front de Gauche (82%) et du Parti socialiste (84%) adhèrent à l'idée qu'il ne faut pas faire d'amalgames contre 16% et 15% respectivement qui expriment que c'est l'islam qui pose problème en général.

Ces résultats changent au fur et à mesure que l'on se déplace vers la droite de l'échiquier politique. Dans l'électorat UMP, 63% estiment qu'il ne faut pas faire d'amalgame. Le FN est lui complètement à l'inverse de la moyenne nationale avec 66% de ses sympathisants qui identifient l'islam comme une menace.

Lire également : L’islam face à la modernité : les raisons théologiques et historiques pour comprendre pourquoi les musulmans ont tant de mal à faire évoluer leur religion

Outre le clivage politique, quels sont les autres écarts ?

Il y a une différence géographique : les habitants des communes rurales sont 60% à ne pas vouloir faire d'amalgame contre 77% en région parisienne. C'est quand même 17 points d'écart. Il n'y a pas vraiment de différences selon l'âge, mais plutôt en termes de catégories socioprofessionnelles : 78% des cadres et des professions libérales ainsi que 75% des professions libérales refusent les amalgames contre 60% chez les ouvriers.

C'est donc d'abord un clivage politique, puis géographique et socioprofessionnel, les deux se recoupant forcément. On a donc d'un côté des catégories ouvertes sur le monde et donc sur le multiculturalisme et d'un autre côté des catégories qui le sont moins. C’est-à-dire les diplômés versus les ouvriers et employés des zones périurbaines.

Méthodologie

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !