Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
peine de mort guillotine justice sondage Français
©DAMIEN MEYER / AFP

La revanche de la guillotine ?

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

Jupiter rend fous ceux qu'il veut perdre, dit l'adage romain. Et il n'est pas le seul à s'y employer.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Victor Hugo ("Le Journal d'un condamné à mort") en avait rêvé, Badinter l'a fait. Et il a bien fait. En 1981 la guillotine devint heureusement un objet de musée. Depuis ?

Depuis il s'est passé bien des choses avec une effrayante accélération ces dernières années. Un sondage réalisé pour Le Monde et la fondation Jean Jaurès en donne la mesure : 55% des Français se prononcent pour le retour de la guillotine.

Nous ne partageons pas, loin de là, cette opinion. Mais on peut, sans la justifier, tenter de l'expliquer. Quand les juges libèrent après seulement quelques années de prison un violeur multirécidiviste, oui il y a de quoi devenir fou ! Quand des sociologues et des journalistes affirment que les tueurs et les assassins ont droit à des circonstances atténuantes car ils viennent de quartiers difficiles alors oui la colère rend aveugle !

Quand on tue pour un "mauvais regard", pour une clope refusée, que peut-il se passer dans la tête des honnêtes gens. Quand un Garde des Sceaux ose parler d'un "sentiment d'insécurité" quel peut-être le ressenti de ceux qui l'entendent ?

Le crime sous ses formes les plus abjectes et les plus glauques, se porte bien en France. Et c'est encore plus insupportable quand il est accompagné d'excuses. Le sang coule et des responsables politiques osent parler d'"incivilités". Ils se sont arrogés ainsi le droit de bafouer et de piétiner la morale commune.

Ce sont eux qu'il faut montrer du doigt. Pas les 55% qui sont favorables a la peine de mort. Les loups sont parmi nous. Ceux des Alpes sont des animaux protégés. Pour les autres, il faut des enclos où ils resteront longtemps. On appelle ça la prison…

Le même sondage indique que 82% des Français veulent un "vrai chef" pour remettre de l’ordre dans le pays. Ils sont plus nombreux que ceux qui réclament la peine de mort. Mais ils partagent avec eux les mêmes colères et les mêmes angoisses. C'est ce que Jupiter a bien du mal à comprendre. Car il ne peut pas accepter l'idée qu'il n'est pas un vrai chef.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !