Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
©Julian Stratenschulte / dpa / AFP

Un jour de plus

29 février : si vous pensez savoir à quoi nous devons les années bissextiles, voilà pourquoi l’explication réelle est plus complexe

2020 est une année bissextile, avec un jour de plus en février. La raison de cette particularité est plus complexe qu'il y paraît.

François Mignard

François Mignard

Francois Mignard est astronome à l'Observatoire de la Côte d'Azur et directeur de recherche émérite au CNRS.

Ancien directeur (1992-2003) du CERGA, spécialisé en l'astronomie fondamentale (position, distance et mouvement des étoiles) et mécanique céleste. Responsable scientifique (2006-2012) du programme spatial Européen Gaia lancé en 2013 et actuellement membre du Gaia
Science Team de l'ESA et PI de la participation française.

Président du Bureau des Longitudes et membre correspondant de l’Académie de l’Air et de l’Espace.

Voir la bio »

Atlantico : Quel est le principe de "fonctionnement" de l'année bissextile  dans le calendrier ?

François Mignard : Dans un calendrier de type solaire, comme le notre, on cherche à concilier deux exigences :

a- l'année du calendrier doit avoir un nombre entier de jours pour des raisons pratiques;
b- la durée de l'année calendaire doit être très proche de la durée de l'année des saisons,  donc liée à un phénomène astronomique.

Il se trouve que l'année des saisons a une durée voisine de 365.25 jours (365 jours et 1/4 de jour), mais que 4 années astronomiques sont très proches d'une nombre entier de jours, soit 4*365.25 = 1461 jours.

On construit donc le calendrier avec un cycle de 4 ans, comprenant 1461 jours : 3 années de 365 jours et une année de 366 jours (l'année bissextile). Autrement dit, l'année de 365 jours est trop courte de 6h par rapport au ciel, et au bout de 4 ans on rétablit l'équilibre en rajoutant un jour. C'est la solution adoptée par les Romains et promulguée par Jules César en 45 avant notre ère.

Les années dont le numéro est un multiple de 4 possèdent 366 jours et ce jour complémentaire est rajouté à la fin du mois de février.

En fait c'était le 24 février qui était doublé, et comme ce jour était le 6e avant les Calendes de Mars, c'était un jour 'bi-sextus : on double le 6e jour avant les calendes de mars'.

Est-il plus compliqué que le populaire comptage : " un jour de plus en février tout les quatre ans"  ?

Non, sur quelques siècles, mais oui sur une durée plus longue : 2100 ne sera pas bissextile.
 
 L'année des saisons est en fait légèrement plus courte que 365 jours 1/4. Il s'en faut de 11 mn.  Cela donne 1 jour après 130 années, et près de 10 jours après un millénaire. Ce décalage par rapport au ciel était devenu insupportable à la Renaissance et une nouvelle réforme a vu le jour. Les années comme 1700, 1800, 1900 puis 2100, 2200, 23000 qui devraient être bissextiles selon le calendrier Julien, ne le sont plus dans la réforme grégorienne, promulguée par le Pape Grégoire XIII en 1582. Mais l'an 2000 a été une année bissextile. La réforme enlève 3 jours tous les 4 siècles.

Pourriez-vous nous situer l’apparition de l'année bissextile ? Le géocentrisme qui prévalait a t'il pu compliquer la tâche ?

L'année bissextile telle que nous l'utilisons a été introduite par la réforme du calendrier imposée par Jules César mais inventée par l'astronome Sosigène d'Alexandrie.

La partie astronomique du calendrier est la succession des saisons et le phénomène apparent est identique que la Terre ou le Soleil soient pris comme astres fixes. Donc le géocentrisme ou l'héliocentrique n'interviennent pas dans l'établissement du calendrier.

Outre une forme de rigueur calendaire, quels sont les "enjeux" fondamentaux de l'année bissextile en astronomie ?

L'enjeu c'est le décompte régulier des jours en relation avec le déroulement des saisons. On peut ainsi dire rapidement et sans calcul, qu'une observation faite à la fin de juin en Angleterre au XVè siècle a eu lieu au début de l'été, lorsque le Soleil était haut dans le ciel et les nuits courtes. Cette relation simple n'existe pas avec un calendrier purement lunaire. Elle ne se maintient correctement sur plusieurs siècles que grâce aux années bissextiles.

En pratique les astronomes utilisent un décompte continu des jours depuis le 1 janvier  4713 av. J.-C, sans passer par les années calendaires, bien trop irrégulières. Dans ce compte, le 29 février 2020 à 12h marque le début du Jour Julien 2458909.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !