100% différente : la carte de ce que serait l'Afrique si l'Europe ne l'avait jamais colonisée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
La carte alternative qui montre à quoi aurait ressemblé l'Afrique si l'Europe ne l'avait jamais colonisée.
La carte alternative qui montre à quoi aurait ressemblé l'Afrique si l'Europe ne l'avait jamais colonisée.
©Nikolaj Cyon

Et si...

100% différente : la carte de ce que serait l'Afrique si l'Europe ne l'avait jamais colonisée

En partant de l'hypothèse selon laquelle l'Europe aurait été anéantie par la peste noire au milieu du 14ème siècle, l'artiste suédois Nikolaj Cyon a réalisé une carte alternative de l'Afrique au 19ème siècle.

Que ce serait-il passé si la peste noire avait tué tous les Européens ? La Reconquista n'aurait jamais eu lieu et le vieux continent n'aurait jamais commencé à coloniser les autres. A quoi aurait alors ressemblé l'Afrique ?

C'est pour répondre à cette question que l'artiste suédois Nikolaj Cyon a réalisé une carte alternative de l'Afrique au milieu du 19ème siècle. La carte-ci-dessous, illustre Alkebu-Lan ("Terre des Noirs" en arabe), un continent dominé par les Etats islamiques. Tous partagent les mêmes bases historiques, linguistiques ou ethnographiques et leurs frontières ne ressemblent en rien à celles imposées par l'Europe lors de la conférence de Berlin de 1884-1885. Afin d'éviter une vision euro centriste, l'artiste a retourné la carte :le sud se trouve en haut.

Cyon a donc modifié l'Histoire à partir du milieu du 14ème siècle. Dans la réalité, entre 1346 et 1353, la peste noire a terrassé entre 30 et 60% de la population européenne. Il a ensuite fallu au vieux continent attendre plus d'un siècle avant atteindre à nouveau le niveau démographique d'avant l'épidémie. Cyon a imaginé un scénario encore pire, où la peste aurait tué quatre personnes sur cinq.

Cette hypothèse est empruntée à The Years of Rice and Salt, une nouvelle historique alternative écrite par Kim Stanley Robinson. Cette dernière met en scène une Europe dépeuplée et colonisée par les Musulmans à partir du 14ème siècle. Au 20ème siècle, une guerre mondiale aurait éclaté entre l'alliance musulmane et celle des empires chinois et indiens avec les fédérations de natifs Américains. Aussi, l'Afrique, ou plutôt Alkebu-Lan, n'aurait jamais souffert ni de l'esclavage ni de la colonisation.

Si vous vous concentrez sur la partie nord de la carte fictive de Cyon, vous aperceverez un retournement de situation ironique par rapport à la réalité. Alors qu'en vérité l'Espagne possède toujours Ceuta, Melilla et d'autres territoires d'Afrique du nord, ici la majeure grande partie de la péninsule Ibérique s'appelle toujours Al-Andalus et appartient à Al-Maghrib. La Sicile est également devenue Africaine et a été baptisée Siqilliyya Imārat (Emirat de Sicile).

Vous remarquerez également que de nombreux Etats ont été nommés en référence à l'islam et s'appellent Sultānat, Khilāfat or Imārat. La différence entre les trois ? 

Un calife se veut successeur du prophète Mahomet. A sa "casquette" de chef politique se rajoute donc celle du chef spirituelle. La carte de Cyon présent deux califats : Hafsid (centré sur Tunis mais bien plus large que la Tunisie), et Sokoto, en l'Afrique de l'Ouest  (au nord-ouest du Niegeria).

Un sultan est un monarque musulman qui n'a aucune prétention spirituelle. Cinq états de la région de Grande Somalie sont des sultanats : Majerteen, Hiraab, Geledi, Adāl and Warsangele. Ailleurs, Az-Zarqa (le Soudan) Misr (l'Egypte mais aussi Israel), et Tarābulus (la Libye) en sont également. 

Enfin, un Emir est un prince ou le gouverneur d'une province. A Alekbu-Lan, l'Afrique de l'Ouest en a quelques-un : Trarza, Tagant et Brakna, tous au sud Al-Maghrib. Vous pourrez également distinguer Kano and Katsina, au nord de Sokoto.

Les influences arabes sont moins en évidence dans la partie sud de la carte, où on distingue quelques noms qui ressemblent beaucoup aux Etats réels : BaTswana pour Botswana, par exemple. Par ailleurs,  Umoja wa Falme za Katanga, Rundi, Banyarwanda  et Buganda, dans la région des Grands Lacs, sont des versions alternatives de "nos" Burundi, Rwanda et Ouganda. Le nom de Wene wa Kongo, quant à lui, se réfère aux deux Congo (République Démocratique du Congo et Congo).

Ci-dessous une carte de l'Afrique "réelle"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !