Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
"Le coronavirus est une maladie de Blancs" !  On a  entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…
©DR / FabV405

La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

Quoi de commun entre ces trois villes ? L’ignorance crasse, la superstition et la haine.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Une équipe du Figaro est devant la Tour K de la Castellane, une cité des quartiers Nord de Marseille. Un haut lieu du trafic de drogue. Un guetteur les voit arriver. Il prévient « les jeunes ». Une dizaine d’entre eux déboulent aussitôt.

Ils n’apprécient vraiment pas d’être dérangés dans leur bizness. Les journalistes sont insultés, des coups pleuvent sur leur voiture. L’un deux interpelle « les jeunes » : « et le confinement ? ». Réponse : « le confinement on n’en a rien à foutre : le coronavirus est une maladie de Blancs ! ».

On savait que les céfrans étaient racistes et islamophobes. On sait maintenant qu’ils sont aussi porteurs du coronavirus. Et qu’ils cherchent à infecter des populations déjà souffrantes de multiples discriminations.

Dans le 93, de la même configuration démographique que la Castellane, on constate une surmortalité inquiétante, les pompes funèbres sont débordées. Les autorités se veulent apaisantes pour ne pas stigmatiser : elles parlent de pauvreté, de précarité, et d’inégalités médicales. Elles se refusent à évoquer les mots qui retentissent à Marseille et ailleurs : « le coronavirus est une maladie de Blancs ». Ce qui ne veut pas dire que cette hypothèse n’est pour rien dans la surmortalité qui frappe le 93…

A des milliers de kilomètres de là, un journal de Dakar, « L’Evidence », affiche à sa une le titre suivant : « La France coronise-t-elle le Sénégal ? ». Le sous-titre est encore plus explicite : « après la traite négrière, après la colonisation, la colonisation épidémique ».

Ce qui renforce le nombre de Sénégalais convaincus que le Coronavirus est une « maladie de Blancs ». Mais pourquoi les Blancs chercheraient-ils à l’inoculer aux Africains. C’est certainement expliqué dans les pages intérieures de « L’Evidence » mais nous n’avons pas réussi à nous le procurer.

A Abidjan on est passé des paroles aux actes. Dans un quartier pauvre de la ville, une foule en colère a détruit un centre de dépistage du coronavirus. Ces Ivoiriens croyaient peut-être qu’il servait à les contaminer avec cette « maladie de Blancs ». On connaissait le complot juif. Mais il commence à s’essouffler. Le « complot blanc » a pris sa place. Il a de beaux jours devant lui. 

Ps : Macron était mardi en visite dans le 93 où il s’est rendu dans une maison de santé. A la sortie, une foule compacte de plusieurs dizaines de personnes l’attendait. Pas de confinement alors ? Sans doute parce que le président aime les foules. Il a été copieusement sifflé. Peut-être que ceux qui l’ont sifflé pensaient qu’il était porteur du coronavirus ? 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !