Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société

Art

Et si l'on assistait dans le domaine des arts visuels aussi à un effet "gilets jaunes"?

Les dénonciations de l'art contemporain officiel, un art d'artistes sans la moindre reconnaissance internationale mais qui occupent le devant de la scène avec le soutien des apparatchiks de l'avant-gardisme clean et BCBG se font plus nombreuses, plus pertinentes et elles sont mieux relayées.

Yves Michaud

Yves Michaud

Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le monde entier… quand il n’est pas à Ibiza. Depuis trente ans, il passe en effet plusieurs mois par an sur cette île où il a écrit la totalité de ses livres. Il est l'auteur de La violence, PUF, coll. Que sais-je. La 8ème édition mise à jour vient tout juste de sortir.

Voir la bio »

De même des salons parallèles récemment créés comme Galeristes ou Bienvenue Art Fair suggèrent qu'un autre rapport à l'art que mondain et spéculatif est possible.

En revanche, ce ne sont pas les premières nominations du nouveau ministre de la culture Riester qui vont neutraliser les critiques: on est plus que jamais dans la connivence et les provocations pour cocktails chics. Macron a manqué, ici aussi, une chance de faire du neuf.

Contrairement à des gens comme Esterolle ou Domecq, je ne condamne pas les initiatives de Jack Lang des années 1980 comme les Frac. 
Je constate seulement que toutes ces innovations ont été détournées et accaparées par des syndicats corporatistes de gestionnaires culturels. Il y a là un mal français relevant quasiment de la fatalité: toute nouvelle institution est rapidement cannibalisée et prise en main par une bureaucratie corporatiste qui verrouille tout et se reproduit - la loi d'airain de la fonctionnarisation de la culture.

En veut-on un exemple lumineux? M. Jean Carrelet de Loisy d'Arcelot, qui vient d'être nommé à 61 ans pour couronner sa brillante carrière d'agent culturel multi-carte, à la direction de l'école des Beaux Arts de Paris, dirigea de 1983 à 1986 le Frac des Pays de la Loire et, pas bête l'oiseau, fut aussi le fondateur et le président de l'association des directeurs de Frac...

J'avais publié dans mon livre La crise de l'art contemporain de 1997 une page édifiante du programme d'un congrès d'apparatchiks culturels de 1996. Évidemment, nos gestionnaires de l'avant-garde en terrain démilitarisé avaient appelé ça "Congrès de Tours"! On y voyait s'étaler sans aucune pudeur ni sens du ridicule le verrouillage des appareils.
La situation a empiré depuis. Tout ce petit monde  se tient par la barbichette en attendant la promotion au tour de bête - avec un complet mépris du public. Essayez, pour voir, de demander un rendez-vous à un directeur de Frac, à un commissaire d'exposition, à un directeur de Centre d'art ! Jamais vous n'aurez de réponse. Surtout si vous êtes juste un artiste !
Je redonne ci-dessous cette page quasiment obscène.

Quant à mon livre L'artiste et les commissaires, quatre essais non pas sur l'art contemporain mais sur ceux qui s'en occupent, publié en 1989, il n'a quasiment pas pris une ride.

La culture et l'art, c'est aussi en France une affaire d'oligarchie auto-investie – et pas plus compétente que celle sortie de l'Ena. D'ailleurs, j'allais oublier de le dire : la culture a aussi son Ena ; ça s'appelle l'école du Patrimoine. Quand vous en sortez à 25/28 ans, votre carrière est faite jusqu'à la direction du Louvre...Et tant pis pour la diversité. 
Des gilets jaunes dans la culture? Il est grand temps! 


PS Pour une approche consonante mais menée du point de vue de l'accès à la culture des classes moyennes, lire l'article remarquable autant que courageux de Michel Guerrin dans Le Monde du 14 décembre "Les “gilets jaunes”, ces exclus de la culture subventionnée". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !