Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Le graphique du jour

"Droit à l'oubli" de Google : Diffamation, insultes et intrusion dans la vie privée en tête des demandes

Raisons invoquées par les utilisateurs du formulaire de droit à l'oubli de Google

La confidentialité des données est un enjeu majeur des entreprises agissantes sur le web. Véritable exigence grandissante des internautes, sécuriser les informations clients et les respecter sont des points cruciaux pour rester crédible face à la clientèle. En ce sens, Google a lancé fin mai un formulaire de "droit à l’oubli" numérique des informations personnelles et privées référencées par son moteur de recherche. Au succès inattendu, les raisons invoquées dans les formulaires par les googlenautes sont présentées dans ce graphique. Pour un tiers d’entre elles, les demandes avaient pour objet l’intrusion dans la vie privée. Suivent de près (19%) les informations diffamantes et les insultes. A retenir pour les pourcents restants, la présomption d’innocence (5%) et la publicité d’une procédure criminelle (5%), mais surtout l’inadéquation des informations rapportées à une identité (6%).   

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
 

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !