Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
©capture écran France 2

Tribune

2017, dernière chance pour redonner une ambition à la France

Libéralisation de l'économie, équité, rétablissement de l'autorité, etc. : François Fillon apparaît comme le candidat le plus en mesure de libérer les énergies productives et de moderniser la France.

Alexia Demirdjian

Alexia Demirdjian

Alexia Demirdjian est engagée dans la campagne présidentielle de François Fillon où elle collabore notamment au projet.

 

Voir la bio »Guillaume  Labbez

Guillaume Labbez

Guillaume Labbez, après avoir été conseiller ministériel préside l’agence de conseil en conseil en communication et analyse politique CommStrat.fr . Il est également Maître de Conférences et directeur pédagogique à Sciences Po

Voir la bio »

Parce que la génération "sacrifiée" née après 1981 n'a connu que le chômage de masse et la crise, elle n'a plus confiance dans les politiques ou leurs partis. Pour autant la prochaine élection apparaît cruciale. Nous sommes 3 trentenaires qui avons décidé de créer Génération Ambition pour défendre l'idée que le déclin français n'est pas une fatalité et que la France peut s'en sortir si le projet de liberté et d'autorité que porte François Fillon était appliqué. C'est le sens de notre engagement dans la campagne présidentielle. 

Lorsque nous sommes nés, le chômage de masse frappait pour la première fois notre pays. Il ne s’est jamais résorbé depuis. A trop entendre nos parents se désoler de nous léguer un pays en crise, nous aurions pu nous résigner. Héritiers d’une dette abyssale, d’une société au bord de l’explosion, d’une économie où seuls les "biens nés" peuvent s’en sortir, nous aurions pu, en découvrant la difficulté à accéder à un premier emploi, à se loger, bref à devenir autonome, nous complaire dans cette image de "génération sacrifiée" que l’on nous donne. 

 

Pourtant, notre génération a une farouche envie de réussite et d’accomplissement personnel ; ainsi 55 % des 18-34 ans souhaitent se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Mais comment gravir des sommets avec les pieds lestés de plomb ?

Nous voulons parler du plomb de l’excès de normes qui asphyxie l’initiative individuelle. Mais aussi du plomb d’une dépense publique qui ne rend pas meilleur le service public, qui empêche les entreprises de croître et de créer des emplois, qui redistribue mal les richesses et qui, au final, dévalorise la valeur travail dans notre pays.

Comment envisager sereinement un avenir professionnel dans un pays qui compte plus de 6 millions de chômeurs ? Comment envisager sereinement l'avenir de ses futurs enfants lorsque ceux qui naissent aujourd'hui portent déjà 30 000 euros de dette publique ? Comment fonder une famille sans certitude sur la capacité de l’Etat à offrir un cadre équitable et juste dans lequel s’épanouiront nos enfants ? Enfin, comment bâtir un avenir dans l’insécurité et le désordre ? L’Etat doit à nouveau garantir la sécurité, partout et pour tous.

Et pourtant, notre pays a tous les atouts pour réussir ! Encore faut-il que nos politiques aient le courage de fixer une ambition, de réformer les archaïsmes pour refaire de la France un pays prospère. Mettons fin à 30 ans d’immobilisme ! Les générations précédentes ont bénéficié du plein-emploi, du logement peu cher, et d’une retraite aujourd’hui. Dans quel état nous lèguent-ils le pays ?

Plus que toute autre, notre génération ne redoute pas le changement ; elle l’attend ! Pour nous, jeunes professionnels, une seule voie reste possible : le projet ambitieux que porte François Fillon, pour remettre la France sur le bon chemin :  le chemin de la croissance, de l’emploi et de l’équité entre les Français !

Parce ce que comme François Fillon, nous croyons que le chômage n’est pas une fatalité, nous croyons, qu’en favorisant la compétitivité des entreprises, via la baisse des charges, la réforme de la fiscalité, la modernisation des règles du dialogue social, elles pourront à nouveau embaucher. En libérant les énergies productives, en favorisant l’entrepreneuriat, en ouvrant le statut d’auto-entrepreneur aux jeunes dès 16 ans, en développant le financement participatif, ou encore en instaurant pour tous les indépendants une franchise de TVA, notre pays retrouvera sa créativité, son énergie et l’esprit d’entreprise qui l’ont toujours caractérisé.

Mais nous voulons aussi une France forte ! Restaurer l’autorité de l’Etat en faisant en sorte que les règles soient à nouveau respectées est essentiel pour recréer la confiance. Près d’un quart des peines de prisons prononcées ne sont jamais réalisées. L’impunité donne le sentiment que notre pays abdique face à la délinquance et la criminalité ; ce n’est plus tolérable. François Fillon veut mener une politique d’impunité zéro par l’abaissement de la majorité pénale à 16 ans, la construction de 16 000 places de prison, ou encore l’augmentation des moyens alloués à la sécurité et la défense (12 milliards d'euris seront investis). Ces mesures sont indispensables. Le recul de l’autorité de l’Etat se ressent désormais jusque sur les bancs de l’école de la République. Nous croyons que plus d’exigence, avec la discipline, mais surtout avec les savoirs fondamentaux, remettront le mérite et l’excellence au cœur du système éducatif.

L’équité enfin. Pour que celui qui travaille gagne toujours plus que celui qui ne travaille pas, pour simplifier le système d’allocation et réinciter à la reprise d’activité, la création d’une allocation sociale unique permettra de ramener sur le marché du travail ceux qui en sont exclus. Notre système social est perfectible. Par exemple, 70% des ménages français sont éligibles à l’obtention d’un logement social. Résultat : en Ile-de-France, 500 000 ménages attendent, parfois plusieurs années un logement. Le système entretient les inégalités et favorise ceux en place au détriment de ceux qui en ont vraiment besoin. L’équité consiste à baisser le plafond de ressources pour pouvoir prétendre à un logement social et en finir avec le bail à vie pour favoriser la rotation et la mobilité.

Liberté, autorité, équité : François Fillon est le président dont notre génération a besoin pour nous aider à réaliser nos ambitions, nous permettre à chacun et chacune de vivre une existence à la hauteur de nos rêves et aspirations et à moderniser la France.

Face à l’impasse des programmes qui mèneraient le pays à la ruine, les 23 avril et 7 mai prochains, nous choisissons l’ambition et l’audace. Nous voterons François Fillon.    

 

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Présidentielle 2017, la question qui fâche : au-delà de la progression du FN, combien y-a-t-il de Français (encore) prêts à voter contre l’élection de Marine Le Pen quel que soit le candidat qui l’affronte ?Présidentielle 2017 : 68% des Français sont contre le maintien de la candidature de François Fillon selon un nouveau sondage

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !