Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science

Un point bleu pâle

Le télescope Hubble immortalise un splendide amas stellaire aux portes de la Voie lactée

Le télescope a repéré un regroupement d’étoiles situé à 135.000 années-lumière de la Terre.

Lancé en 1990, le télescope Hubble continue à fasciner et à fournir des clichés exceptionnels de notre Univers. Cette semaine, il nous permet de nous enfoncer dans une galaxie proche de la Voie lactée (enfin, proche à l'échelle de l'Univers : 135.000 années lumières tout de même), grâce au cliché d'un amas stellaire magnifique.

Cet amas stellaire, c’est-à-dire un regroupement d’étoiles liées par la gravitation, a été baptisé NGC1854. Il se situe dans le Grand Nuage de Magellan, une galaxie naine satellite de la Voie lactée, riche de plus de 30 milliards d'étoiles et où "l'on observe un vigoureux processus de formation d’étoiles", selon la Nasa.

Sur cette photo,  "les étoiles ayant des reflets tirant sur le rouge sont beaucoup plus froide que le soleil. Cela signifie qu'elles sont en train de se réduire ou qu'elles approchent déjà de la fin de leur vie cosmique", explique la Nasa sur son site officiel. "A l'inverse, les étoiles dont la couleur tirent vers le bleu sont jeunes, massives et chaude, jusqu'à plusieurs fois la masse du soleil", poursuit l'agence spatiale américaine. 

Hubble n'a pas fini de nous faire voyager aux confins de la Voie lactée, puisque la Nasa a annoncé cette semaine que sa mission était prolongée de cinq ans, jusqu’au 30 Juin 2021, pour un coût additionnel de 200 millions de dollars. A cette date, le télescope spatial James-Webb, trois fois plus grand et plus puissant, sera déjà en service depuis trois ans. Mais l'Univers est suffisamment vaste pour les deux machines. 

Lu sur le site de la Nasa

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !