Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les dérapages racistes du milliardaire excentrique Trump risquent de ternir la campagne des Républicains

Touche pas à mon Latino

Donald Trump compare les Mexicains à des violeurs et se fait représenter en plug anal

Le milliardaire américain Donald Trump, candidat Républicain à l'élection américaine de 2016 multiplie les dérapages en comparant les Mexicains à des violeurs.






L’artiste américain Fernando Sosa a décidé de ne pas laisser passer les derniers dérapages racistes du candidat Républicain à la présidentielle américaine Donald Trump. En effet, le milliardaire américain a récemment comparé les Mexicains à des "violeurs" comme en atteste les propos rapportés par le journal Cosmopolitan : "Quand le Mexique nous envoie des gens, il ne nous envoie pas les meilleurs. Il n’envoie pas des gens tels que vous. Il envoie des gens avec des tas de problèmes, qui viennent leurs problèmes avec eux.  Ils viennent avec de la drogue, ils amènent de la criminalité, ce sont des violeurs."

L’artiste américain Sosa (d’origine mexicaine) a décidé de réagir en créant un plug anal à l’effigie du milliardaire. L’artiste a utilisé la technologie de l’imprimante 3D pour réaliser la figure et promet de la commercialiser. Sosa a l’habitude de créer des plugs anaux et justifie sa révolte au site Shapeways : "quand j’ai entendu les propos de Donald Trump sur les Mexicains et les Sud-Américains, j’étais furieux."

Sosa est né et a grandi au Mexique et ne veut plus laisser le milliardaire s’en prendre à la communauté latino-américaine, très puissante démographiquement (près de 50 millions de membres) mais souvent stigmatisée dans les médias en ce qui concerne l’immigration clandestine.

La communauté latino-américaine représente près de 17% de la population du pays et a majoritairement voté pour Barack Obama aux présidentielles de 2008 et 2012. Les Républicains tentent de reconquérir cet électorat clé que George W Bush avait réussi à gagner en 2004 lors de sa réélection. Toutefois, les derniers dérapages racistes du milliardaire excentrique Trump risquent de ternir la campagne des Républicains et de leur faire à nouveau perdre l'électorat latino. 

Lu sur Theguardian.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !