Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Si vous voulez savoir de quoi la gauche est morte, regardez "La traversée" où Dany Cohn-Bendit et Romain Goupil déclarent leur flamme à Emmanuel Macron !

Ils ont vieilli tous les deux. Mais fricoter avec un p'tit jeune est une vraie cure de jouvence…

Ni fleurs ni couronnes

Publié le
Si vous voulez savoir de quoi la gauche est morte, regardez "La traversée" où Dany Cohn-Bendit et Romain Goupil déclarent leur flamme à Emmanuel Macron !

 Crédit ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Le film, présenté à Cannes, a quelques aspects attendrissants. Un certain côté vieilles canailles. On est vieux mais qu'est ce qu'on se marre…

Cohn-Bendit et Goupil se connaissent depuis 68 : ils ont fait les barricades ensemble. De vieux copains de régiment qui se retrouvent pour évoquer les glorieuses campagnes d'antan.

Ils s'aiment bien et s'engueulent copieusement. "Vieille anar !". "Vieux trotskyste !". "Fumier !". "Crétin!". Tout ça ponctué comme il se doit de "je t'emmerde", "tu fais chier". Ils ne sont d'accord sur presque rien.

Sauf sur un homme vers lequel vont leurs passions convergentes : Emmanuel Macron.

Ils se voient régulièrement. Macron aime les vieux. Cohn-Bendit et Goupil aiment les jeunes. Ils discutent au bistrot et bien sûr ils lui disent "tu". Ça coince un peu sur Notre-Dame-Des-Landes et sur la flexibilité de l'emploi. Mais entres potes il est normal de se fritter et après on boit un coup ensemble…

Une scène d'anthologie. Cohn-Bendit : "il faut qu'on aille se faire filmer avec lui à l'Elysée". Goupil : " je trouve ça compliqué. A l'Elysée on n'est pas d'égal à égal, l'image serait sur interprétée". Cohn-Bendit : "t'es vraiment trop con de toujours penser à ça : le Président est Président comme le boulanger est boulanger".

Finalement Dany et Romain sont quand même allés voir Emmanuel à l'Elysée. Et Romain a défié Emmanuel en lui tendant un ticket de métro: "est ce que tu es d'accord pour écrire sur ce ticket ? " Emmanuel il n'avait jamais vu de ticket de métro de sa vie a signé.

C'est qu'il est très peuple le Manu ! Pour autant il a, dit la rumeur, refusé de se laisser filmer le poing levé. Sans doute parce qu'il y avait dedans une épaisse liasse de billets de banque. Quant aux deux vieilles canailles impossible de ne pas penser à la phrase de du général de Gaulle :"' la vieillesse est un naufrage"…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 23/05/2018 - 11:21 - Signaler un abus C'est le seul endroit où il y a

    encore (et il y en aura toujours) des gamelles, à part celle de Némo le pisseur, chien de chiens. ils font comme les autres; de plus, Macron est de Gauche-centre; donc, ça ne sent pas trop mauvais.

  • Par atlantique07 - 23/05/2018 - 14:51 - Signaler un abus Bravo

    Ces deux personnes sont désormais sur tous les plateaux telé à débiter leurs âneries...

  • Par cloette - 23/05/2018 - 15:08 - Signaler un abus Il en manque un troisième

    pour faire bande de joyeux pieds nickelés .

  • Par zen-gzr-28 - 23/05/2018 - 20:44 - Signaler un abus Prolongation d'une crise d'adolescence

    Pour deux d'entre eux, ils se pavanent dans des débats très contents d'eux, le troisième n'ayant pu la faire au moment opportun se rattrape maintenant. Tant pis pour nous !

  • Par vangog - 24/05/2018 - 01:02 - Signaler un abus Ils ont fait un selfie avec Macrouille, les deux guignolos?...

    Ça leur fera des souvenirs pour leurs vieux jours (de vieux cons)...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€