Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Voter, c'est tweeter en vrai" : pourquoi la campagne du gouvernement à l’intention des jeunes est complètement à côté de la plaque

Tweeter et voter, bonnet blanc et blanc bonnet. C'est l'éclairage proposé par le gouvernement pour lutter contre l'abstention (de gauche) prévue aux prochaines municipales. Un slogan qui vise avant tout les jeunes, lesquels sont sans doute moins intéressés par la nécessité que représente le vote.

"Vous aimez liker ? Votez"

Publié le

Atlantico : Jean-Marc Ayrault lance une campagne contre l'abstention, notamment à gauche et auprès des jeunes, à l'aide des réseaux sociaux. Quelles sont les chances de réussite de cette campagne ?

Christian Delporte : Le gouvernement espère que les slogans et les visuels circuleront mieux sur les réseaux sociaux s’ils visent leurs utilisateurs et reprennent leurs codes comme leurs modes d’expression. Indéniablement, les injonctions sur le thème « votez, c’est un devoir ! » ou les mots d’ordre classiques et culpabilisateurs pour lutter contre l’abstention ont fait leur temps. On sait que twitter ou facebook sont des médias jeunes.

On sait aussi que l’abstention est plus forte chez les jeunes que parmi les autres catégories de Français (aux municipales de 2008 : 41,2% pour les 18-24 ans contre 33,5% pour l’ensemble des citoyens). Mais ces deux données ne se recoupent pas tout à fait. Globalement, et cela vaut pour les plus jeunes, les réseaux sociaux sont utilisés par des Français appartenant à des catégories plus diplômées, plus aisées, socialement mieux intégrées que la moyenne, celles, précisément, qui votent plus que la moyenne. Pour atteindre leur cible, il faudrait que les slogans touchent les catégories les plus précaires, les moins intégrées, vivant dans les zones urbaines abandonnées, et qui s’expriment sur les réseaux sociaux. Rien ne prouve qu’il en sera ainsi, d’autant que les réseaux virtuels sont comme le monde réel, socialement très cloisonnés. Le principal intérêt de la campagne, c’est de faire parler de l’abstention et de ses risques. Au-delà, les slogans seront repris par les convaincus pour les convaincus, en gros par les socialistes pour les socialistes. Le revers du buzz, ce sont les détournements humoristiques des slogans dont ne se priveront sans doute pas quelques twittos…

Peut-on confondre activité politique et loisir ? Quand Jean-Marc Ayrault annonce que "voter c'est comme tweeter", est-ce que cela sous-entend que le vote est vécu, par les jeunes, comme une corvée ?

Le slogan s’appuie sur une réalité qui dépasse twitter, la banalisation du vote. Aujourd’hui, on « vote » quotidiennement pour tout et n’importe quoi, des émissions de téléréalité où vous devez éliminer un concurrent aux « sondages » des lecteurs sur les sites d’information. Tapez 1, tapez 2, tapez 3…On aime, on n’aime pas… Ici, c’est une façon de dire : le suffrage universel, c’est du sérieux. Mais, au-delà de la pratique, c’est la question du fondement de l’abstention qui compte. La motivation de l’abstention est multiple : l’indifférence, le désintérêt, le rejet… C’est vrai pour les jeunes comme pour les plus âgés. On vote si on mesure l’enjeu, si on est entraîné dans un mouvement, si on croit que son bulletin peut changer les choses. On s’aperçoit ainsi que la participation est souvent plus forte à 18 ou 19 ans qu’à 23 ou 24. Pourquoi ? Parce qu’on vote pour la première fois, qu’on s’initie au rite de passage à l’âge adulte qui est aussi celui de la citoyenneté. Si on veut que les jeunes rejoignent les urnes, il ne faut pas simplement dire que l’élection change les choses mais le démontrer. Or, pour les jeunes comme pour beaucoup d’autres, la politique est marquée par l’impuissance, le discrédit de la parole, le non-respect des engagements. Ils s’éveillent à la citoyenneté avec la désillusion. Les enquêtes montrent que les plus jeunes considèrent le vote d’abord comme un droit, tandis que les plus vieux le perçoivent d’abord comme un devoir. Pour que le droit se transforme en devoir chez les jeunes générations, il faut démontrer, par l’action, que la politique change vraiment les choses.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 20/02/2014 - 11:05 - Signaler un abus "Voter, c'est tweeter en vrai"

    Qui vole un jaune d’œuf vole un oeil-de-bœuf.

  • Par dav4abe - 20/02/2014 - 17:23 - Signaler un abus Slogan de .......

    J'ai 30 ans, me suis inscrit sur les listes électorale à ma majorité mais n'ai jamais voté. A quoi bon, je les considère tous comme des voleurs (FN et gauche de la gauche étant dans le même panier). La vérité est qu'ils disent à la population ce qu'ils veulent entendre pour être élu sans aucune intention de changer quoi que ce soit. Donc tant qu'on aura toujours les mêmes qui se présentent, je resterai et rien ne me fera changer d'avis NB: Si la plus grande part de responsabilité sur la situation déplorable de la France incombe aux politiques de tous bord, les citoyens aussi en tiennent une couche, cela fait 30ans qu'on les prend pour des cons et 30 ans qu'ils se font avoir par les mêmes discours. Donc oui, les français dont je fais parti, sont des veaux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christian Delporte

Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.

Son dernier livre est intitulé Les grands débats politiques : ces émissions qui on fait l'opinion (Flammarion, 2012).

Il est par ailleurs Président de la Société pour l’histoire des médias et directeur de la revue Le Temps des médias. A son actif plusieurs ouvrages, dont Une histoire de la langue de bois (Flammarion, 2009), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine (avec Jean-François Sirinelli et Jean-Yves Mollier, PUF, 2010), et Les grands débats politiques : ces émissions qui ont fait l'opinion (Flammarion, 2012).

 

Son dernier livre est intitulé "Come back, ou l'art de revenir en politique" (Flammarion, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€