Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Retour à la gauche de l’angle mort : les candidats de la primaire font l’impasse sur le défi de l’insécurité et de la délinquance au quotidien

La violence en augmentation de 4% en 2016 en France selon une étude produite par le journal "Le Figaro". Une augmentation qui ne semble pas convaincre les candidats à la primaire de la gauche d'aborder ce thème qui touche de manière quotidienne les citoyens français pour lui préférer la lutte contre le terrorisme.

Toujours plus

Publié le - Mis à jour le 6 Janvier 2017
Retour à la gauche de l’angle mort : les candidats de la primaire font l’impasse sur le défi de l’insécurité et de la délinquance au quotidien

Atlantico : Une inquiétante étude produite par Le Figaro montre que les actes de violence en France ont augmenté de 4% par rapport à l'année dernière et que les atteintes aux biens stagnent à un niveau élevé. Pourquoi ces types de crimes et délits semblent absents dans les thèmes de campagnes des candidats de gauche

Guillaume Jeanson : Il est étonnant en effet de relever l’attention lacunaire portée -du moins dans les premières esquisses des programmes des candidats à la primaire de la gauche- à ces types de crimes et délits. Car cet accroissement de la violence nous apparaît réellement préoccupant. Nous avions déjà eu le loisir il y a quelques semaines, (lors de la parution de la dernière étude de victimation de l’ONDRP), de le préciser alors que de trop nombreux médias et analystes restaient polarisés uniquement sur ce sur quoi, semble-t-il, on voulait qu’ils se concentrent : la baisse de 1,6 point du sentiment d’insécurité entre 2015 et 2016.

Alors que, pour mémoire, si l’on faisait l’effort de regarder attentivement cette même étude, il apparaissait dans le même temps une augmentation des vols commis avec violences ainsi que des violences physiques commises hors ménage au détriment des femmes. Des informations qui nous semblaient suffisantes pour tempérer tout excès d’optimisme.

Si par exemple on lit le « projet pour la France » de Manuel Valls en ses pages 17 et 18, on note immédiatement que le terrorisme et la cybercriminalité semblent davantage intéresser ce dernier que le thème de la violence. La sécurité - associée le plus souvent à la violence - a toujours été un thème difficile à traiter pour les élus de gauche. Ce thème est traditionnellement perçu comme étant davantage l’apanage de la droite. Il est piquant à cet égard de rappeler que, dans la perspective de l’élection présidentielle de 2012, d’aucuns à gauche, promis par la suite à de beaux ministères, avaient eu beau jeu de se réapproprier ces thématiques afin de tenter (en souvenir de l’élection présidentielle de 2007) de les réintégrer dans le giron de la gauche. Pour la seule année 2011, Manuel Valls avait ainsi publié un livre sobrement intitulé : « sécurité : la gauche peut tout changer » et Jean-Jacques Urvoas, notre actuel Garde des Sceaux, un livre intitulé : « 11 propositions chocs pour rétablir la sécurité ». Le mot sécurité était alors à l’honneur. Un quinquennat plus tard, les ténors de la gauche se font plus réservés ; l’actuel ministre de l’intérieur se risquant même à opter pour une comptabilisation nouvelle (masquant trop opportunément pour ne pas paraître suspecte) l’aggravation des flambées de véhicules -devenues tristement traditionnelles- de la Saint Sylvestre.

Autre élément de nature à en rendre perplexe plus d’un, selon les chiffres du ministère de la Justice, il y a eu 603.994 condamnations pénales en 2011. Ce chiffre est tombé à 573.320 en 2015. Une baisse qui concerne également les coups et violences volontaires sanctionnées 66.337 fois en 2011 et 61.323 en 2015. En somme, si les violences augmentent, ces chiffres laisseraient à penser qu’elles sont moins condamnées. Ce dernier constat devrait à lui seul justifier une plus forte mobilisation de ceux prétendant se soumettre aux suffrages des français. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 04/01/2017 - 09:35 - Signaler un abus C'est une forme de radicalisation

    La leçon que les socialistes sont en traine de tirer du parcours Fillon, c'est qu'on peut rassembler une famille politique frustrée sur des marqueurs idéologiques forts et assumés. Après le Hollandisme, la gauche est frustrée. Hamon est exactement dans cet état d'esprit, à l'évidence. Du coup, les thèmes sécuritaires passent à la trappe. Vu de droite, c'est aberrant, mais dans une logique politicienne de primaire de gauche, c'est compréhensible

  • Par tubixray - 04/01/2017 - 10:34 - Signaler un abus détention des condamnés ....

    ... à une peine de prison ferme " on sait qu’il en faudrait environ 30.000, compte tenu (....) du gigantesque stock tournant de dizaines de milliers de peines en attente d’exécution".... Un des crimes de la gauche Taubira: Avoir effacé près de 25 000 places de détention programmées par le gouvernement Sarkozy elle a institué la contrainte pénale (pour des délits relevant de peines jusqu'à 5 ans de prison), supprimé les tribunaux pour mineurs (un caid de 17 ans est redevenu un "enfant").... Par conséquent explosion des condamnations fermes non suivies d'écrou et individus violents en liberté avec un sentiment d'impunité grisant ....

  • Par Citoyen Ordinaire - 04/01/2017 - 16:39 - Signaler un abus La gauche pour la liberté...

    de la délinquance.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Jeanson

Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. Il est également porte-parole de l’Institut pour la Justice.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€