Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les villes les plus innovantes sont aussi les villes où les inégalités se creusent le plus et ça n’est pas une coïncidence

Une étude américaine financée par la Ewing Marion Kauffman Foundation tend à démontrer qu’il existe une augmentation des inégalités dans villes où se développement par ailleurs le secteur des nouvelles technologies.

Place au high tech !

Publié le
Les villes les plus innovantes sont aussi les villes où les inégalités se creusent le plus et ça n’est pas une coïncidence

Atlantico : L'augmentation des inégalités dans certaines villes serait directement liée au développement du secteur des nouvelles technologies et la création de nouvelles entreprises innovantes. C'est ce que montre en tout cas l'étude de la Ewing Marion Kauffman Foundation. Comment expliquer ce constat ?

Franck DeCloquement : Les villes intelligentes – autrement dit les fameuses « smart cities » – auraient-elles une face cachée ? C’est en substance l’interrogation que soulève la lecture de cette nouvelle étude américaine de l’Ewing Marion Kauffman Foundatio,  menée conjointement par les chercheurs Enrico Berkes de la Northwestern University, et Ruben Gaetani de l’université de Toronto. Au demeurant, leurs conclusions semblent démontrer qu’une croissance de l'innovation « high-tech » mesurée à travers l’accroissement des dépôts de brevets au sein des villes américaines particulièrement innovantes, génèrerait par « effet retour », une forte croissance des inégalités dans ces mêmes villes…

Et pour parvenir à ce constat surprenant, ces deux chercheurs ont examiné 2 millions de brevets – tous liés à des régions métropolitaines précisément étudiées – afin de mesurer leur niveau d'innovation.

Ils ont ensuite étudié la relation qui pouvait exister entre ce niveau, et les disparités sociales mesurables par le revenu, la profession et le niveau d'éducation à l’intérieur d’une même « smart cities ». Le tout, en tenant compte de facteurs tels que la nature réelle des changements qui interviennent dans l'économie, afin de pouvoir possiblement les mettre en corrélation – par exemple –, avec le manque de logements disponibles. Les deux chercheurs ont examiné en l’occurrence cet effet aux États-Unis, et tout particulièrement à San Francisco où l’on sait que les dépôts de brevets ont plus que doublé entre 1990 et 2010. Parallèlement, les disparités dans les populations considérées y ont augmenté de 5,2 points. Et près de la moitié de cette augmentation peut être attribuée directement à cette croissance de l'innovation dans le périmètre géographique étudié. 

Ces disparités économiques se produiraient en deux phases : à mesure que des entreprises les plus innovantes sur le plan technologiques ouvrent des bureaux dans un secteur géographique particulier, leurs employés très spécialisés dans l’économie du savoir se rapprochent – en conséquence – de leur lieu de travail : « En général, ces entreprises innovantes déménagent en ville, louent d'anciens bureaux, ou convertissent de vieilles usines en bureaux, pour les travailleurs du savoir… Et dans une deuxième étape, ces mêmes travailleurs qui étaient auparavant dispersés dans la ville commencent alors à déménager, et à converger au plus près de ces nouveaux espaces de bureaux », explique en substance Ruben Gaetani. Et en outre, ces mesures contribuent à tenir isoler certains quartiers économiquement. Mais certains « effets secondaires » détectés comptent finalement plus encore : « lorsque que les travailleurs les plus riches se rapprochent, ils augmentent en conséquence la demande d'équipements locaux », explique-t-il. Les attributs typiques et haut de gamme de l'embourgeoisement font alors leur apparition – nouveaux cafés, salles de yoga, meilleures écoles sont plébiscitées de manière disproportionnée par les résidents à salaire élevé – explique Ruben Gaetani. De sorte que les prix augmentent et que les résidents à faibles revenus quittent bientôt ces lieux de vie pour s’installer dans des périphéries plus lointaines. Cet effet « d'amplification » constaté représente les deux tiers de l'augmentation de ses disparités dans les villes étudiées.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Franck DeCloquement

Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre fondateur du Cercle K2 et ancien de l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE), il est en outre professeur à l'IRIS (Institut de Relations internationales et stratégiques) en "Géo-économie et intelligence stratégique". Il enseigne également la "Géopolitique des médias" en Master 2 recherche "Médias et Mondialisation", à l'IFP (Institut français de presse) de l'université de Paris II Panthéon-Assas. 

Franck DeCloquement est aussi spécialiste sur les menaces Cyber-émergentes liées aux actions d'espionnage économique et les déstabilisations de nature informationnelle et humaine. Il est en outre intervenu pour la SCIA (Swiss Competitive Intelligence Association) à Genève, aux assises de la FNCDS (Fédération Nationale des Cadres Dirigeants et Supérieurs), à la FER (Fédération des Entreprises Romandes à Genève) à l’occasion de débats organisés par le CLUSIS - l'association d’experts helvétiques dédiée à la sécurité de l'information - autour des réalités des actions de contre-ingérence économique et des menaces dans la sphère digitale. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€