Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Décembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vidocq, bagnard puis détective : le parcours hors norme du plus célèbre policier français

Alain Bauer et Christophe Soullez expliquent comment Vidocq et son équipe, composée en majorité d'anciens bagnards, ont contribué à l'arrestation de centaines de criminels. Extrait de "La criminologie pour les nuls" (2/2).

Polyvalent

Publié le
Vidocq, bagnard puis détective : le parcours hors norme du plus célèbre policier français

Vidocq a arrêté de nombreux criminels avec son équipe composée majoritairement d'anciens bagnards.  Crédit DR

Au XIXe siècle, si la police commence à remporter quelques succès dans la lutte contre les complots ou le crime, c'est parce qu'elle sait s'entourer d'un puissant réseau d'informateurs et a recours à d'anciens malfaiteurs repentis. [...] Eugène-François Vidocq est sûrement le personnage le plus emblématique de cette période où souvent policiers et anciens criminels ne font qu'un. Né le 23 juillet 1775 dans une famille de commerçants, il s'illustre très vite par sa propension à la bagarre et ses frasques. Après quelques vols - au sein de sa famille - qui lui valent déjà quelques jours d'emprisonnement, il s'engage dans l'armée en 1791. Il n'en poursuit pas moins ses actes frondeurs et ses nuits de débauche, lorsqu'il ne déserte pas, ce qui n'en fait pas un soldat très exemplaire. C'est en 1795, en participant aux activités de "l'armée roulante", groupe de plus de 2 000 vraix-faux soldats se livrant à toutes sortes d'exactions, qu'il débute sa carrière criminelle.

Tout en exerçant de multiples petits métiers, il se forme à l'école du crime. A partir de là, il enchaîne les délits, les passages en prison, les évasions, les condamnations, les retours en prison, etc. Il acquiert très vite la réputation de "roi de l'évasion".

C'est à Lyon, alors qu'il est incarcéré et qu'il souhaite rompre la spirale du crime, qu'il propose ses services au chef de la police lyonnaise en tant qu'indicateur. Celui-ci accepte et se satisfait très vite de l'efficacité de son nouvel agent qui contribue au démantèlement de plusieurs bandes. Puis Vidocq, ayant rempli sa mission, est libéré de ses obligations mais continue d'être proscrit. Durant dix ans, il tente de refaire sa vie mais replonge.

C'est en 1809 qu'il décide de vraiment mettre un terme à cette vie dissolue. Il a alors le culot d'offrir ses services à Henry, le chef redouté de la 2e division chargée de lutter contre les criminels, au sein de la toute nouvelle préfecture de police créée quelques années auparavant par Bonaparte. Il devient alors indicateur en prison, puis, en 1811, Henry le libère et lui permet de mettre sur pied une petite organisation visant à surveiller les truands et à transmettre toutes les informations utiles à leur arrestation.

Sa parfaite connaissance des réseaux criminels et les informations précieuses qu'il fournit vont lui permettre d'être nommé chef de la brigade de sûreté (mais elle n'a pas encore d'existence officielle). Jusqu'en 1827, Vidocq et son équipe, composée en majorité d'anciens bagnards et surnommée "la Rousse", contribuent à l'arrestation de centaines de criminels, dont Pierre Coignard, ancien forçat, et faux comte de Sainte-Hélène. Ses hommes se fondent dans la pègre, écoutent, surveillent, copinent, etc. [...] Leur efficacité est incontestable même si leur méthode est peu orthodoxe et très contestée par les "vrais" policiers.

Enquêteur de talent, Vidocq participe également à la résolution d'affaires politico-criminelles, ce qui fera dire à Louis Canler que, à la suite du retour des Bourbons, en mars 1814, "Vidocq ne regarde plus la police de sûreté que comme accessoire et se livre presque exclusivement à la politique".

Ayant tout autant d'admirateurs que de détracteurs il est conduit à démissionner plusieurs fois. Le 21 juin 1827, victime d'un complot, il quitte les rangs de la police et est remplacé par son ancien adjoint, ex-bagnard lui aussi, Coco-Lacour. Il crée une petite usine de papier et tente de produire du papier infalsifiable. En 1828, il publie ses Mémoires, qui rencontrent un vif succès populaire. il inspire notamment à Honoré de Balzac son personnage de Vaudrin, ou le roman Les Mystère de Paris, d'Eugène Sue. En mars 1832, appelé par Casimir Périer, nouveau ministre de l'Intérieur, il revient - officiellement - à la tête de la brigade de sûreté. Il s'attache notamment à protéger le régime des opposants. Mais ses adversaires ne lui laissent aucun répit et ne manquent pas une occasion de rappeler son passé sulfureux. Il devient de plus en plus encombrant dans une société qui se moralise. Le 15 novembre 1832, il démissionne à nouveau.

_________________________________________________________________

Extrait de "La criminologie pour les nuls", First Editions (octobre 2012), 22,95 euros.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kettle - 23/12/2012 - 17:58 - Signaler un abus Vidocq

    (c) 1971 Jacques Loussier http://www.youtube.com/watch?v=VSettySlAek

  • Par Albator - 23/12/2012 - 19:14 - Signaler un abus Mais !

    C'est VauTrin, et non pas VauDrin !

  • Par Fvidocq - 24/12/2012 - 08:24 - Signaler un abus Pouir en savoir plus sur Vidocq...

    ...une seule adresse, la sienne : http://www.vidocq.fr/

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Bauer et Christophe Soullez

Alain Bauer est criminologue, spécialiste des questions de sécurité urbaine. Auteur d'ouvrages sur la criminalité, il est professeur de criminologie au CNAM ainsi qu'à New York et à Pékin.

Christophe Soullez est criminologue, spécialiste de l'analyse des statistiques pénales et de la mesure de l'organisation policière. Il est chef du département de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€