Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le vendredi noir de l’Amérique : mourir pour une console de jeu soldée ?

Aux Etats-Unis, le lendemain de Thanksgiving est un jour bien particulier. Pendant le Black Friday, les Américains se ruent vers les centres commerciaux pour profiter des meilleures promotions. Une journée à la fois révélatrice de la cruauté humaine, de l'humeur de la bourse et de la santé de l'économie.

Black Friday

Publié le

Noël n’est pas la plus grande fête de l’année aux Etats Unis, et le Nouvel An non plus ! Non, le jour qui regroupe tous les américains, c’est Thanksgiving : avec ses millions de kilomètres parcourus pour se retrouver en famille, sa dinde, sa farce, sa tarte a la citrouille et son gratin de patates douces sur lequel des chamallows fondent délicatement. C’est bien le seul  jour de l’année où les magasins ferment l’après-midi.

Thanksgiving tombe toujours un jeudi et les employeurs assez généreux donnent le weekend de quatre jours à leurs employés. Et que fait-on dans la société de consommation par excellence, le lendemain d’un jour d’agapes ? On ne va pas a la gym bruler ses calories (en moyenne 3500 ingérées le jour de la dinde), on va faire du shopping !

C’est en effet plus de 152 millions d’américains (10% de plus qu’en 2010) qui se sont rués dans les magasins !

Et pas n’importe quel shopping : une séance orchestrée de main de maitre par les grandes enseignes d’habillement comme Macy’s, Gap, ou Abercrombie and Fitch, et les grands magasins d’électronique comme Best Buy. Depuis des mois, celles-ci matraquent des messages publicitaires sur Black Friday, le vendredi noir. Les réductions dépassent de loin toutes les soldes auxquelles l’acheteur américain est habitué. Il est très fréquent de trouver des réductions de 40% sur tout le magasin et ce, même dans des boutiques de luxe où des ordinateurs portables sont annoncés à $399 au lieu de $1500 par exemple.

Noël au balcon, Thanksgiving sur le parking

Pour augmenter encore plus l’envie, la folie collective et la taille du ticket de caisse, les magasins ouvrent à minuit ou à 3h du matin. Des acheteurs très motivés décident de passer leur Thanksgiving sur le parking des «shopping malls » (les centres commerciaux). C’est un peu comme si un français décidait de passer son réveillon de Noël dans le froid (mais pas seul, car ils sont des milliers à avoir eu la même idée), faisant la queue depuis 20h pour une ouverture en plein milieu de la nuit. Le tout pour avoir la possibilité (mais pas la garantie) de rentrer chez soi avec le jeu Wii tant convoité à 75% de réduction.

A l’ouverture des grilles, c’est la cohue, des centaines de personnes se piétinent, oubliant toute civilité. C’est la course pour la survie Darwinienne du consommateur le plus fort. On croirait un mélange d’un film futuristique à la Steven King et les jeux du cirque réunis.

Accidents mortels

Mourir pour économiser 50% ? Ca existe au pays de l’Oncle Sam qui déplore son lot d’accidents le jour du Black Friday : ici, un employé piétiné à mort lorsqu’il ouvre les grilles à une foule en folie, là (souvent près des grands magasins généralistes comme Walmart), des coups de feu sont échangés comme ce vendredi matin sur le parking d’un grand magasin, aailleurs, ce sont des acheteurs qui se font menacer par des gangs à la sortie des magasins. Hier, à Los Angeles, vers Porter Ranch, c’est une femme arrêtée pour avoir aspergé 12 personnes de pepper spray. Et pour quoi ? Pour pouvoir être la première à s’emparer d’une xBox en solde ! Black Friday fait décidemment ressortir ce qu’il y a de plus sordide dans l’être humain.

De plus en plus d’experts économiques et sociaux accusent les grands magasins d’être responsables de ces drames causés, selon eux, par les tactiques marketing qui encourage le comportement hyper compétitif entre acheteurs.

En effet, Black Friday se doit d’être un succès pour les actionnaires de ces grandes enseignes. L’objectif ? La NRF (National Retailer Federation) pense augmenter de 2.8% ses résultats de 2010 avec plus 465 milliards de dollars de vente à l’échelle nationale. Des têtes peuvent tomber si les résultats en caisse à l’issue de cette journée « clé » ne sont pas à la hauteur.

Indicateur économique

Au-delà des sociétés individuellement cotées en Bourse, ce jour, qui est le summum d’une société de consommation en mal de renouveau et au taux d’endettement dépassant l’entendement (pensez donc, un Américain moyen épargne 15% de son salaire, un chinois ? 51% !), représente un indicateur très attendu des traders et autres investisseurs en Bourse. Il donne le « la » avant l’hiver. Si les achats sont en hausse par rapport à l’année précédente, les marches boursiers ouvriront en hausse lundi. S’ils sont en baisse, c’est la chronique d’une catastrophe économique tant attendue. Au vu des incertitudes sur les marchés en ce moment, entre une situation explosive en Europe et un accord sur la dette difficile, voire impossible à trouver aux USA, ce genre de petit indicateur peut faire basculer les places boursières du monde entier par effet de domino.

Et quid du petit consommateur qui a eu peur, qui s’est caché pendant tout Black Friday et n’a pas dépensé un dollar ? Quelle horreur ! Pas de panique, les enseignes ont pensé à tout, et cette année, c’est nouveau, votre lundi ne sonnera pas simplement le retour au travail après quatre jours de folie, il s’appellera « Cyber Monday », avec ses super promos sur le net à la hauteur de celles que vous avez ratées vendredi dernier.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ciceron - 27/11/2011 - 15:56 - Signaler un abus Génial cet article

    J'ai effectivement frissonné comme à la lecture d'un Stephen King. Ils sont énormes ces américains !

  • Par Cabrian - 27/11/2011 - 16:32 - Signaler un abus Gloop's ....ils sont fous ces américains....mais...

    D'une certaine manière on voit la même chose pour les soldes des grands magasins en France...portes enfoncées à l'ouverture, clientes piétinées etc... car fondamentalement l'Homme est pareil en Amérique, en France et ailleurs. Ça fait peur, mais la peur n'évite pas le danger et que faire collectivement pour empêcher une telle folie alors que l'homme est censé doué de raison !

  • Par lorrain - 27/11/2011 - 18:09 - Signaler un abus les américains

    je connais bien les US, j' y ai de la famille, j' y vais régulièrement, ce qui me choque, c' est le décallage entre ce qui s'y passe et ce qu' on en dit en France, je résume les choses dites en France; à chaque carrefour, un psychopate vous attend pour vous faire la prau pour vous détrousser, leur police vous mets en prison avant toute question, les américains sont des gros blancs racistes

  • Par porticcio - 27/11/2011 - 18:13 - Signaler un abus Mourir pour un centriste en solde, idem !

    Ça a failli se reproduire lors de l’ouverture des portes du stade de 80000 places quand la foule a voulu assister à tout prix à l’officialisation de la candidature à la présidentielle 2012 d’Hervé Morin. Les images de ce flot pénétrant après coup font vraiment peur mais heureusement tout le monde en est sorti indemne sauf peut-être HM mais pas pour les mêmes raisons.

  • Par lorrain - 27/11/2011 - 18:13 - Signaler un abus les américains suite

    ce que moi, j' y ai vu, un agent de police en pleune montagne qui s' est arrêté pour voir si j' avais des ennuis alors que j' étais arrêté sur le bas coté pour prendre une photo, il a même pris lui même la photo pour que je puisse être au coté de ma fille, des gens trés gentils qui m' ont accepté et accueilli, et même à Frisco des chauffeurs de tram souriants et sympatiques (pas comme Paris)

  • Par Obsédé Textuel - 27/11/2011 - 18:30 - Signaler un abus Comme Lorrain, je partage la même vision.

    C'est bien simple lorsque je veux me ressourcer et retrouver de vraies valeurs humaines, je vais faire un tour dans l'Amérique profonde. Pas celle des grandes villes, non. Celle où on prend le temps de vivre tout en étant à l'heure d'un web à haut débit inconnu en France, où des gens se rendent par centaines sur une plage, et la quittent en la laissant vierge de tout détritut. Le respect vrai.

  • Par veryliberalguy - 27/11/2011 - 22:09 - Signaler un abus C'est très stupide cette

    C'est très stupide cette frenesie de consommation, mais ça reste tout de même marginal et fort heureusement. Des fanas de tout et de rien y en aura toujours. La politique du chiffre dans les magasins est le pire management qui existe.

  • Par maya - 28/11/2011 - 09:27 - Signaler un abus Très révélateur

    Un article très révélateur sur la société de consommation actuelle ! Je suis d'accord avec Cabrian, malheureusement ce n'est pas seulement chez les américains même si là on doit admettre que ça prend des proportions folles !

  • Par l'oeil lucide - 28/11/2011 - 13:11 - Signaler un abus comme ci cela n'existait pas en France...

    ...nombreux ici n'ont jamais été témoins du 1er jour de Soldes dans les grands magasin parisien et ces hordes de bonne femme prêt à mordre ou griffer pour un pantalon ou une jupe...

  • Par Cabrian - 28/11/2011 - 15:32 - Signaler un abus Ok avec Lorrain

    Oui les Cops sont sympa à condition que l'on ne franchisse pas la ligne. Demandez à un flic de Frisco votre chemin et il est prêt à vous faire monter dans sa voiture de service pour vous remettre dans le bon chemin...c'est du vécu !

  • Par Lola_aspen - 28/11/2011 - 17:07 - Signaler un abus Dommage

    C'est dommage qu'en effet ce vendredi noir ce soit transformé en une fête si commercial. SI mes souvenirs sont bons, Thanksgiving est normalement le jour du Merci à partager en famille et toutes les personnes que nous aimons... Mais bon c'est monnaie courante que les fêtes deviennent des enjeux économiques comme la St Valentin etc.

  • Par Cherrylee - 28/11/2011 - 17:51 - Signaler un abus Des proportions démesurées

    En effet, comme dit Lola, c'est bien dommage que ces fêtes si importantes et symboliques deviennent de véritables enjeux économiques, à en oublier toute notion de respect avec l'effet de masse et engendrant de tels accidents! On en oublie l'essentiel et cet article le montre bien. L' Amérique confirme à nouveau son image : toujours plus ! :D

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Valérie Orsoni

Valérie Orsoni est experte dans les méthodes de motivation et de coaching. 

Fondatrice du #1 de la perte de poids online LeBootCamp.com, elle est le coach attitré de nombreuses stars et de titres de presse français et américains. Elle a publié La méthode Orsoni aux éditions Reader Digest, Le Sarrasin, tous les secrets de la graine miracle et Un corps de rêve pour les nulsFIRST EDITIONS (1 mars 2012).




Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€