Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 31 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Vatican lance toutes ses forces dans la bataille de la com'

Le Vatican a frappé très fort en faisant annoncer l'ouverture de son nouveau portail News.va par le premier tweet pontifical de l'histoire... réalisé depuis un iPad ! Mais détrompez-vous : côté communication et Internet, l'Eglise catholique n'en est pas à son coup d'essai. Heureusement pour elle, car la concurrence est rude...

Benoît 2.0 ?

Publié le - Mis à jour le 11 Juillet 2011

Atlantico : Que signifie ce premier tweet du pape ?

David Douyère : La vidéo qui montre Benoît XVI annonçant sur Twitter le lancement du nouveau portail internet d’information du Vatican avec un iPad est instructive : le message se fait d’emblée louange, annonce des prières et donne une bénédiction. Le fait qu'il soit entouré d’ecclésiastiques montre qu'au-delà du « Saint-Père » qui s'adresse à tout un chacun, il y a une institution qui réorganise ses médias d’information (agence Fides, Radio Vatican, centre de télévision du Vatican et L'Osservatore Romano) en les rassemblant sur ce nouveau portail.

La figure aimée et médiatique du pape est ici utilisée pour mettre en avant une refonte de la communication institutionnelle de l’Église, comme s’il s’agissait d’un message personnel. L’image joue sur le contraste du vieil homme et de la modernité technologique, prouvant « l’éternelle fraîcheur » de l’Eglise.

La présence de Benoît XVI et du Vatican sur le web n’est pas un peu tardive ?

Le Vatican est présent depuis longtemps sur le web, avec vatican.va et, plus récemment, Pope2you, une page Facebook et un canal Youtube : cette initiative est donc logique, et s’inscrit dans la perspective d’une présence chrétienne dans le « continent numérique », et plus largement, dans une dynamique communicationnelle lancée par Jean-Paul II.

Cette initiative relève de la nouvelle évangélisation numérique. Conscient des nouveaux outils de communication, des « potentialités extraordinaires du réseau Internet et la complexité de ses applications », de la distance qu’ils semblent abolir, de l’effet de buzz qu’ils rencontrent et qui les anime, le pape a souhaité que les nouveaux outils servent l’évangélisation.

L'Eglise catholique cherche-t-elle par là à se donner une image moderne ?

Oui, l’Eglise catholique veut montrer qu'elle n’est pas seulement une « vieille chose » et que le catholicisme est bien présent dans la modernité. Ceci est à entendre aussi dans un contexte « concurrentiel », notamment en Afrique et en Amérique latine, où les autres confessions chrétiennes, notamment évangélistes, utilisent des dispositifs numériques très contemporains.

Il y a la volonté d’être partout : sur tous les supports, dans tous les pays. Cela relève d’une pratique numérique de l’universalité. L’Église a toujours eu, et c’est une chose encore peu connue, une intelligence des médias et des dispositifs de télécommunication. Elle a, à mon sens, contribué à façonner la communication occidentale.

Exister sur ces supports est aussi une façon pour l’Église de ne pas laisser le champ aux seules organisations commerciales, et aux médias et loisirs de masse. Il s’agit de faire exister (subsister) la parole chrétienne dans ce contexte d’invasion communicationnelle des espaces publics.

L'Eglise vise-t-elle uniquement les jeunes ?

L'utilisation de Twitter correspond sans doute à un désir d’engager les jeunes à maintenir un lien vivant et actif avec l’Eglise. Le pape s’était d'ailleurs déjà adressé aux jeunes rassemblés à Sidney par SMS lors des JMJ, en juillet 2008.

Toutefois, cette utilisation répétée des nouvelles technologies de communication provient sans doute aussi d’une reconfiguration sociologique de la population chrétienne dans les pays occidentaux. Une partie des fidèles, de milieu aisé, travaille dans de grandes entreprises et vit avec les nouvelles technologies : elle en vient donc à attendre, sinon à exiger de son Église ou qu’elle lui propose ces outils.

Une fracture, par ailleurs dénoncée par Benoît XVI, pourrait toutefois se vivre entre ces milieux et des populations, dans l’Eglise, qui n’ont pas cette aisance technologique, qui entretiennent un rapport à l’écrit ou à la langue déficient ou qui n’ont pas les moyens financiers de se procurer ces technologies.

Le clivage peut être aussi lié à l’âge, quand des jeunes sont rétifs à ces dispositifs, ou quand des personnes âgées n’ont pas souhaité investir dans l’apprentissage de ces outils et techniques. Les églises regorgent encore d’affiches d’information, d’images imprimées, de messages, parfois manuscrits…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par erre haut et pique - 11/07/2011 - 23:02 - Signaler un abus franchement,

    Ca intéresse quelqu'un ??

  • Par New - 12/07/2011 - 14:39 - Signaler un abus Belle initiative

    Merci pour cet article informé et qui met cette nouvelle en perspective

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

David Douyère

David Douyère est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris XIII, au sein du Pres Sorbonne Paris Cité, et chercheur au LabSic.

Ses recherches portent notamment sur la pensée et les pratiques de la communication dans le christianisme catholique.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€