Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 26 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Valls, seul espoir pour le PS de résister à l’offensive Macron... mais à quel prix pour les socialistes

Un sondage Harris Interactive pour France Télévisions donne une avance de 18 points à Manuel Valls, devant Arnaud Montebourg, pour le premier tour de la primaire du Parti socialiste. Si l'ancien Premier ministre représente un espoir pour le PS de résister à l'offensive Macron, quels problèmes une telle candidature pourrait poser ?

Perspective

Publié le
Valls, seul espoir pour le PS de résister à l’offensive Macron... mais à quel prix pour les socialistes

Un sondage Harris Interactive pour France Télévisions donne une avance de 18 points à Manuel Valls, devant Arnaud Montebourg, pour le premier tour de la primaire du Parti socialiste. Si l'ancien Premier ministre représente un espoir pour le PS de résister à l'offensive Macron, quels problèmes une telle candidature pourrait poser, la ligne défendue par Manuel Valls représente-t-elle le centre de gravité du PS ?

 
Jean Petaux : Il n’est pas du tout certain que la candidature de Manuel Valls soit "l’antidote au poison Macron" pour le PS. Aucun des candidats socialistes, d’ailleurs, ne peut se prévaloir de cette fonctionnalité. Dans un autre sondage réalisé par Elabe pour "Les Echos", publié également ce 5 janvier, il ressort qu’en cas de victoire à la primaire BAP, Manuel Valls, candidat du PS et de ses alliés (Radicaux et Ecologistes) ferait, certes, comparativement à Montebourg, Hamon ou Peillon, le meilleur score du PS le 23 avril 2017, mais il ne dépasserait pas les 13% des voix, toujours derrière Macron, que Bayrou se présente ou pas.
Pour formuler simplement les choses on peut dire que Valls est celui qui gênerait le plus Macron dans son entreprise de "transmutation" de l’électorat socialiste, mais, le gênant il n’en tirerait pas pour autant profit. Autrement dit si Valls se maintient (a fortiori un autre vainqueur de la primaire "Belle Alliance Populaire") il deviendra celui qui empêchera Macron de se qualifier pour le second tour. C’est un élément essentiel qui risque de "plomber" considérablement la candidature à la présidentielle du vainqueur de la primaire, y compris Manuel Valls. Ce vainqueur deviendra alors celui qui portera la responsabilité de "l’élimination directe" du seul candidat à même de s’interposer dans un duel Fillon-Le Pen au second tour. En d’autres termes : Valls passera à la postérité comme le "sergent fourrier" de Fillon. Incapable de devancer Mélenchon, il apparaitrait comme celui qui aura, par sa présence, disqualifié Emmanuel Macron et donc qui obligera une partie de l’électorat de gauche à voter François Fillon au second tour de la présidentielle pour faire obstacle au danger Marine Le Pen. Si le "décrochage" de Valls, même vainqueur de la primaire le 29 janvier au soir, se confirme en février, il se pourrait très bien que la pression soit telle qu’il ne soit plus en mesure d’assumer ce rôle de "facteur paralysant" et qu’il renonce, laissant alors le champ libre à Macron.
 

Quelles perspectives s'ouvrent-elles à lui, pourrait-il être tenté d'adoucir son discours social-libéral, voire de mettre entre parenthèses certaines de ses convictions ? Que représente pour lui la menace d'une défection de l'aile gauche du PS vers Jean-Luc Mélenchon par exemple ?

 
Manuel Valls a bien compris que chaque élection dispose de sa propre logique. La primaire relève d’une configuration inversée par rapport à l’élection présidentielle en elle-même. Pour gagner à la primaire il faut mobiliser le "noyau dur" de son électorat présidentiel et donc lui tenir un discours mixte : moitié militant, moitié sympathisant. La partie "militante" est un discours clivé idéologiquement qui présente des choix plutôt radicaux où les lignes de partage "droite-gauche" sont clairement identifiées et d’où le manichéisme n’est pas absent. C’est dans ce discours que s’inscrit le "on m’a imposé le 49.3" ou encore "je supprimerai l’usage du 49.3 pour tout texte de loi hors loi de finances". Les militants socialistes sont censés considérer que celui qui tient ces propos est authentiquement un des leurs. Nous sommes ici en présence de "formules magiques" qui fonctionnent comme autant de "mantras" appréciés par le "peuple des militants socialistes". L’autre discours, "moitié-sympathisant" c’est un discours plus "dans l’air du temps" qui s’adresse à d’éventuels électeurs à la primaire qui vont se mobiliser pour désigner celui qui, parmi les candidats, sera le seul le mieux à même de battre le candidat de droite (Fillon), celle de l’extrême-droite (Marine Le Pen) et celui de "l’ailleurs" (Emmanuel Macron). Ces électeurs-là n’ont pas besoin d’entendre les paroles d’un "refrain gauchisant", bien au contraire. Ils veulent entendre une rationalité politique qui doit répondre à la leur. Dans ce cas c’est "le Vall-réaliste" qui est en mesure de les séduire. L’ancien premier ministre et ministre de l’Intérieur fort en gueule et en coups de menton à même d’incarner une autorité manifeste et attendue. Pour ces électeurs potentiels, savoir s’il faut ou pas garder le 49.3 importe peu (ils considèrent que c’est un "truc" secondaire), ce qui compte le plus c’est la capacité à défendre la laïcité, à pourfendre les dérives communautaristes et à rétablir l’ordre dans les quartiers identifiés comme "zones de non-droit".
 
S’il est élu au soir du 29 janvier, Manuel Valls va forcément désespérer les militants de l’aile gauche du PS pour qui la promesse d’en finir avec le 49.3 n’aura pas suffi à les convaincre d’un réel marquage à gauche de l’ancien premier ministre. Ceux-là, en effet, qui auraient trouvé chez Montebourg ou chez Hamon (lesquels se livrent, entre eux, à une bataille feutrée mais aux couteaux sur les réseaux sociaux entre autres) matière à satisfaire leur "désir de gauche", seront orphelins. De là à dire qu’ils iront directement soutenir Mélenchon rien n’est moins sûr. Mélenchon semble, pour l’heure, confronté à un "plafond de verre" qui est celui des 12-13% d’intentions de votes. Son OPA sur l’astre mort qu’est le Parti Communiste Français a certes fort bien fonctionné mais elle lui a permis d’acquérir tout simplement une coquille vide, sans apport réel de voix. Rien ne permet pour l’heure de considérer qu’une hémorragie massive d’électeurs socialistes, déçus par la victoire de Valls à la primaire, soutiendraient et voteraient Mélenchon. Ce dernier est une figure connue au PS et très largement discrédité dans les rangs socialistes. Cela limite d’autant sa force d’attraction.
 

A quelles résistances au sein du PS, que ce soit de la part des cadres ou des électeurs de Benoît Hamon ou d'Arnaud Montebourg Manuel Valls pourrait-il être confronté ?

 
Manuel Valls, même désigné par la primaire BAP qui a toutes les chances d’être un fiasco de participation électorale et qui n’aura pas la capacité d’entrainement que la primaire de 2011 a eu pour le candidat vainqueur François Hollande voire la capacité mobilisatrice de la primaire de la droite et du centre de l’automne 2016, aura toutes les peines du monde à se présenter comme le candidat qui va faire gagner le PS en mai 2017. Dans ce genre de situation il est clair que sa tâche de "rassembleur" va être d’autant plus ardue. Les cadres et les militants du PS sont d’abord des pragmatiques et des opportunistes pour lesquels les convictions sont certes importantes mais dont il est de tradition (pour ne pas dire "de culture") de considérer qu’elles sont "adaptables" et "amendables" au gré des configurations et en fonction de la conjoncture. Disons que les convictions sont plus "roseaux" que "chênes", plus "flexibles" que "rigides". Cela ne vaut pas d’ailleurs que pour le PS. C’est le lot des partis qui sacrifient à ce rite nouveau et absurde qui est celui des primaires. Il suffisait d’entendre Benoit Apparu au micro de France Inter, chez Patrick Cohen, mercredi matin, pour apprécier le numéro de contorsionniste du nouveau porte-parole de François Fillon amené à soutenir, sur la Syrie et sur la Russie, exactement le contraire de ce qu’il disait quand il était l’un des plus proches d’Alain Juppé en novembre.
 
On peut considérer que la majorité des cadres du PS ayant soutenu Montebourg et Hamon se rallieront au "panache Valls" dans l’hypothèse où celui-ci l’emporterait au soir du 29 janvier. Ils le feront d’autant plus facilement s’ils considèrent que Valls peut se qualifier pour le second tour de la présidentielle. Si tel n’est pas le cas, si Manuel Valls apparaît vraiment comme incapable de dépasser Macron, alors il se pourrait fort bien que les soutiens de Montebourg et d’Hamon pendant la campagne de la primaire, fassent, pour parler comme Albert Hirschman, "Exit". Autrement dit qu’ils se retirent sous leur tente, jouant la défaite de Valls. Qu’ils ne s’impliquent pas dans la campagne présidentielle et se réservent pour le "coup suivant". C’est la stratégie qu’avaient adopté, en cœur, Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn, méchamment battus à la primaire de novembre 2006 par Ségolène Royal… On connait la suite du film : victoire de Sarkozy, incontestable, en mai 2007.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ikaris - 06/01/2017 - 16:58 - Signaler un abus Le PS victime du vôte utile ?

    La perspective amusante du premier paragraphe serait que, avec Macron gonflé dans les sondages par ses parrains du monde economico-médiatique , le PS soit victime d'un réflexe de vote utile qui serait de se reporter sur Macron pour avoir une candidat vaguement gauchisant au second tour. Alors là ça serait vraiment très drôle car ce parti a toujours appelé au vote utile par rapport à ses voisins Front de Gauche ou Ecolo. Une configuration amusante serait également d'avoir Macron contre Marine au deuxième tour ... car pour le parlement ça pour les législatives ce serait très "ouvert" va t on dire avec des partis politiques traditionnels complètement désavoués.

  • Par POLITQ - 06/01/2017 - 19:25 - Signaler un abus POLITQ

    C'est bon !!!! Pourquoi faire venir ici un type pas plus à droite qu'Alain(?….) Juppé ???? Y en a marre de ces gens qui nous conduisent à la fin de notre civilisation, ces rebuts de la pensée !!!!!!!!

  • Par cloette - 07/01/2017 - 06:43 - Signaler un abus Macron/ Marine LP ?

    Le bon peuple ( celui qui n'apparaît pas dans les sondages ) irait en silence voter pour Marine Le Pen , ce serait encore plus facile pour elle qu'avec Fillon !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Petaux

Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, responsable, au sein de cet établissement, du parcours de master « Métiers du politique ».Il dirige aux éditions « Le Bord de l’Eau » la collection « Territoires du politique » et y a publié en avril 2017 un livre d’entretiens avec Michel Sainte-Marie, ancien député-maire de Mérignac : « Paroles politiques ».  Il a co-publié aux Editions Biotop, en 2010,  Figures et institutions de la vie politique française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€