Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 01 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Valeurs et morale, les grandes absentes de la campagne
et pourtant, il faut prendre
ses responsabilités

Moqués ou ignorés, les Chrétiens ont cherché à soulever plusieurs débats au cours de la campagne. Si les positions sur le mariage homosexuel ou l'IVG sont souvent rapportées de manière caricaturale, elles ont le mérite de questionner sur la société. Est-il si illégitime de s'interroger sur ces sujets ?

Dieu m'a donné la foi

Publié le

Un jour de 1975, mes parents m’ont porté sur les fonts baptismaux. Savaient-ils ce qu’ils faisaient ? Ils ne m’ont pas facilité la vie.

Quand il ne traite pas les journalistes de « vermines », Jean-Luc Mélenchon peut avoir des formules intéressantes. « La foi est une brûlure » avait-il dit à La Vie. C’est vrai. Et l’on peut préférer se tenir éloigné de la flamme, comme il l’a semble-t-il choisi. Mais s’il y a flamme, il y a aussi lumière. Chercher la lumière, la vérité, ne peut pas être une voie facile.

Pendant cette campagne, une parole m’est revenue, que l’on n’attendrait pas nécessairement dans l’Evangile :

« Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison. » Mt 10 (34-36)

On lit souvent que la foi ne saurait s’immiscer dans la politique. Pour moi, il s’agit d’un ancrage supérieur et exigeant, contre les petites compromissions quotidiennes, contre la tentation d’oublier l’autre, contre l’emballement facile… contre le militantisme aveugle. Quitte à heurter un ami, un proche.

Le débat entre cathos n’a pas été médiocre. Comme Jean-Pierre Denis, « je n’ai pas vu trace du fameux « communautarisme ». Les exigences qu’ils ont portées sont d’intérêt général – ce qui explique peut-être aussi l’ardeur de certaines positions.

La campagne en revanche n’a rien apporté. Elle a cristallisé les positions et n’a fait qu’exacerber chacune des réserves que j’exprimais il y a deux mois. Les trois candidats cités n’ont fait que confirmer mes réticences.

François Bayrou, par sa décision de voter pour François Hollande, vient de signifier clairement que les questions éthiques et sociétales auxquelles j’attache de l’importance sont pour lui subalternes. On est également en droit de s’interroger sur sa perception des enjeux  économiques, lui qui déclarait le 3 février dernier :

« Si le programme de François Hollande était appliqué, la catastrophe arriverait. Comme j’ai prédit il y a cinq ans la catastrophe de Nicolas Sarkozy ».

Nicolas Sarkozy, lui, a clairement choisi d’orienter sa campagne sur sa droite. J’ai d’ores et déjà ce que j’en pense. Sans pourtant tomber dans les outrances d’un Axel Kahn (pour ne citer que le dernier en date), son clip de campagne de second tour, empruntant aux codes habituels de l’extrême-droite, m’a paru odieux et constituer une trahison de ma droite. Si, comme le dit le Père Matthieu Rougé en fin de cette émission, le critère véritable de décision est la dignité de la personne humaine, je ne crois pas que la dénonciation de l’étranger soit très compatible avec cette dernière. L’opposition scénarisée aux syndicats, pratiquant de surcroît l’amalgame de tous, n’était pas non plus brillante. Enfin, l’orientation défensive, protectionniste, fermée sur elle-même de cette campagne ne correspond pas davantage à ce que j’ai toujours cru pouvoir attendre de lui. Comme d’autres l’ont écrit,  l’idée de frontière n’est pas condamnable, mais « le propre d’un homme politique est d’aider son peuple à embrasser de nouvelles frontières ».

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mémoris - 05/05/2012 - 18:31 - Signaler un abus LE STRING DU SECTARISME ABORTIF

    Le fœtus, l’esprit, le cœur, le cerveau… Le cerveau ?... Oui ! En forme de string dogmatique ! Le cœur, un préservatif usagé et troué ! L’esprit ? En recherche d’existence molle ! Le fœtus ? Un sujet abhorré ! Disqualifié avant que de naître. La bêtise ? Avortement interdit !

  • Par le_duff - 05/05/2012 - 18:39 - Signaler un abus merci d'avoir le courage de prendre position vous aussi.

    Je l'ai déjà écrit une fois sur atlantico cette semaine, avant le ralliement contre-nature de Bayrou soit dit en passant, beaucoup démissionnent par faiblesse intellectuelle et souhaitent Hollande. Le pire, c'est qu'ils savent et parfois le disent comme Bayrou, qu'ils n'ont rien à gagner. Oui Sarkozy a déçu. Dans cette campagne j'ai cru comprendre de la part de Hollande, Mélenchon et autres opposants qu'il était possible pour la France de rester en croissante alors que tout le monde se cassait la gueule. Moi je voterai Sarkozy parce que tant que la gauche n'aura aucune solution crédible aux bouleversements négatifs que posent la mondialisation et la déréglementation financière. HD

  • Par le_duff - 05/05/2012 - 18:46 - Signaler un abus économie

    C'était mon biais dans mon commentaire précédent. Je n'ai pas parlé de spiritualité. Le revirement de Sarkozy sur le mariage homosexuel est certainement calculé : Il a divorcé 2 fois m'enfin lui au moins, il se marie... Sa position sur l'euthanasie est la plus claire et la plus lumineuse que j'ai été donné d'entendre. Presque mystique : La vie est un mystère, le droit de tuer va à l'encontre. Idem pour la naissance. J'ai peur qu'Hollande ne fasse de l'euthanasie SA mesure phare comme Mitterrand avait aboli la peine de mort. Remarquez le parallèle presque amusant si les enjeux n'étaient pas sérieux : L'un a voulu qu'on cesse de tuer quoique fussent les condamnations, l'autre veut autoriser à tuer pour des motifs que jamais la raison ne saura trancher. Amicalement.

  • Par Koïnè - 05/05/2012 - 18:53 - Signaler un abus Très contente de lire ce billet sur Atlantico...

    ... Aussi. Que ces sujets n'aient même pas été abords pendant le débat montre bien que la proposition de Sarko de faire plusieurs débats permettaitn de ne pas exclure les Fançais cathos plus ou moins pratiquants. Artemis (ce pseudo était déjà pris sur Atlantico:))

  • Par Mémoris - 05/05/2012 - 19:52 - Signaler un abus BAYROU ET LA "COIFFE" SOCIALISTE

    F. Bayrou, plus opportuniste que centriste, avant d’endosser la « coiffe socialiste, viens de nous donner toute la mesure de ses vertus contorsionnistes. Mais qui pouvait s’attendre à autre chose de la part d’un homme assoiffé de gloriole personnelle et qui, après avoir longtemps pataugé dans l’eau tiède du consensus mou, tend les bras aujourd’hui à une idéologie si contraire aux principes centristes que sont le mixage d’une fructuation des capitaux avec une légitime aspiration sociale. Au moment où la France, sous peine de déchéance économique, a besoin de toutes ses forces vives, M. Bayrou, lui, a choisi de ranger ces forces sous le tapis de ses frustrations politiques. Autrement dit, et peu importe les conséquences. A savoir le danger de mettre la France en liquidation. Liquidation électorale d’abord. Ensuite… Ensuite ???

  • Par NYOR - 05/05/2012 - 22:39 - Signaler un abus Ca suffit avec le ralliement contre nature

    D'abord, il ne s'agit pas d'un ralliement mais d'un choix entre les deux propositions restantes. Ensuite, et c'est ce qu'explique Bayrou, le choix Sarkozy aurait été encore plus contre-nature car un différent économique est bien moindre qu'un différend moral. Maintenant, la position du catholique ci-dessus se tient. Je n'ai rien à y redire, c'est son choix. Je suis agnostique et donc ai un choix différent. Maintenant, faire le choix de quelqu'un qui dresse les cultes les uns contre les autres me semble plus dommageable par son importance dans la vie de tous les jours que les quelques cas de mariage homosexuels... Et sur l'euthanasie, nous en reparlerons. Avec l'extension croissante de la vie, ce problème, qui n'en était pas un aux premiers temps de l'église, va en devenir un d'autant plus important que la population catholique ne cesse de vieillir à en juger par la blancheur des toisons sur les bancs.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Koz

Koz tient le blog koztoujours.fr depuis 2005.

Avocat, il a une prédilection pour les causes ardues : Nicolas Sarkozy en 2007, Benoît XVI en 2009-2010. Et les cochons, en avril 2009.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€