Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hollande / PS :
qui a pris l'ascendant ?

Coup d’envoi aujourd’hui des universités d'été du Parti socialiste à La Rochelle. Pacte budgétaire européen, règle d'or ou expulsions de Roms... Face aux divergences qui sévissent au sein du PS, François Hollande, gouvernement et membres du parti parviendront-ils à s'entendre sur les grands enjeux ?

L'œuf ou la poule ?

Publié le

Atlantico : L'université d'été du Parti socialiste ouvre ses portes ce vendredi à La Rochelle pour trois jours. Quel sera, selon, vous l’enjeu principal de ce rendez-vous ?

Jean-François Kahn : Quand on écoute aujourd’hui les radios et les télévisions, on entend plein de responsables UMP qui font leur boulot d’opposant, qui tapent à coups redoublés sur le pouvoir, on entend des ministres qui s’expliquent de façon complétement technocratique mais on entend jamais de responsables socialistes.

Le PS n’existe plus en tant que parti.

David Revault d'Allonnes : Pour la première fois depuis août 2001, il n'y aura pas d'enjeu de leadership, de candidatures, ou de compétition interne. L'université d'été du Parti socialiste s'ouvre donc dans un climat différent de ce qui était envisageable il y a trois ans encore.

Tout l'enjeu consiste à déterminer quelle sera le rapport du PS par rapport au pouvoir surtout que les socialistes n'ont jamais détenu autant de pouvoirs. Il faudra fixer la fonction du parti dans ce nouveau contexte.

André Bercoff :  La célébration auguste, nuptiale et solennelle des retrouvailles entre le parti socialiste et l’Elysée, tant désirées depuis qu’un certain François Mitterrand avait remis le couvert, il y a vingt-quatre ans… Jospin et Royal l’avaient rêvé, Hollande l’a fait. Pas question, dès lors, qu’il y ait à La Rochelle une tête qui dépasse ou le début d’un commencement d’une parcelle de division. Le parti est au pouvoir à l’Elysée, à l’Assemblée nationale, au Sénat, dans la plupart des régions, des départements et des grandes villes. L’enjeu sera donc de montrer qu’on ne boude pas son bonheur, tout en arborant la gravité qui sied à une période difficile. 

Le président de la République a-t-il réussi à mettre au pas le parti ? Ou au contraire, le PS est-il en train de prendre l’ascendant sur François Hollande ?

Jean-François Kahn : Dans la logique des choses, nous devrions avoir un PS qui monte au front et qui répond aux attaques « hollandistes primaires » de l’UMP. Tout le temps où Nicolas Sarkozy était aux affaires, les socialistes n’arrêtaient pas de taper sur le pouvoir, mais les cadres de l’UMP n’hésitaient pas à répondre. Aujourd’hui, on entend des ministres qui se défendent mais quasiment aucun socialiste. On a l’impression qu’ils dorment, qu’ils sont en grève. Ils regardent, restent observateur…

C’est un peu l’état d’esprit suivant : « nous ne vous voulions pas comme candidat, on est gentil, on ne vous attaque pas, mais ne nous demandez pas en plus de monter au front ! »

Tout cela s’appelle la démocratie. Je sais bien que c’est quelque chose que les Français ont oublié, qui parait aujourd’hui grossier, presque obscène. Dans tous les pays du monde, il est normal qu’il y ait des débats. Tout le monde n’a pas la main sous la couture du pantalon, on ne vote pas aux canons. Au CDU allemand, au Parti travailliste britannique, ils ne votent pas comme une machine. Cela s’appelle la démocratie !

David Revault d'Allonnes : François Hollande souhaite se tenir à l'écart du Parti socialiste. Il ne se rendra donc pas à l'université d'été. Mais, tout comme à l'époque de François Mitterrand et de Lionel Jospin, le pouvoir exécutif reste le principal acteur même bien que Hollande ait officiellement demandé à ses conseillers de ne pas y participer.

Contrairement aux années précédentes, où les différentes personnalités devaient se faire entendre et se démarquer, l'ensemble des ministres seront présent et joueront collectif. L'objectif de cette université d'été est de prouver que tout le parti va dans le même sens.

Martine Aubry ne viendra donc pas contester les choix du Président. De toute façon, ils sont relativement sur la même ligne politique même si ce n'est pas le cas sur le plan humain et personnel.

André Bercoff : Cinquième République et monarchie présidentielle obligent : le PS, sauf à verser dans un masochisme suicidaire dont il est beaucoup trop tôt pour voir éclore les symptômes, est tenu par Hollande beaucoup plus fermement que lorsque celui-ci en était le premier secrétaire. Le problème n’est pas, pour le moment, l’écart entre l’actuel président et sa formation d’origine, mais bien celui entre les promesses étalées par le candidat et la marge de manoeuvre réelle du chef de l’Etat.

Celui-ci, qui adore la synthèse et les petits ou grands arrangements entre amis, qui évite tant que faire se peut les confrontations ouvertes, sait qu’il n’a aucune chance de réussir si son parti ne se transforme pas, fermement, définitivement et avec enthousiasme, en formation social-démocrate selon le souhait exprimé par son fidèle féal, François Rebsamen. Ce qui signifie que le PS devra soutenir Hollande comme un seul homme, quand celui-ci se décidera à adopter les mesures qui fâchent et dont il sait pertinemment qu’elles sont inévitables. Une cote de confiance passée au-dessous de 50% au bout de trois mois n’est pas, ce point de vue, le meilleur des signaux. En résumé, François Hollande tient un PS dans l’euphorie de la victoire : reste à savoir à quoi tient vraiment François Hollande.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anemone - 24/08/2012 - 10:13 - Signaler un abus Dommage

    ... que dans cette interview, nous ayons 2 personnalités de gauche et une de droite. 2 de chaque aurait été plus "démocratique". Ceci dit, le "hollandisme primaire" est bien plus mignon que le "sarkosysme primaire". Nous nous amusons à critiquer Mme de Maintenant ou les loques portées par Normal 1er. Je n'ai lu nulle part de comparaisons de François 3 dit le Benêt, avec "Hitler", "Madoff , "Voyou de la République, ou autres qualificatifs, doux et gentils de ce genre, dans les titres écrits en Une de Marianne ou du Monde. Les expressions, "nauséabond" et "ressemblant aux heures les plus sombres de notre histoire" ne sont pas non plus dans nos bouches (et pourtant nous aurions des raison plus proches de la réalité historique pour les prononcer) Pas plus que nous disons que le gouvernement actuel et son chef sont de "ceux pour qui la démocratie est un mot obscène" ( là encore, nous pourrions le dire, après les décrets qui tombent en chaîne, notamment si les lois votées ne sont pas dans le sens souhaité) Aussi, il eut été éthique et moral de ne pas laisser dire tout et n'importe quoi sur la démocratie à la socialiste par ces deux individus, manipulateurs, tartuffes et menteurs

  • Par Ravidelacreche - 24/08/2012 - 10:17 - Signaler un abus universités d'été du Parti socialiste

    Un WE aux frais des militants.

  • Par slavkov - 24/08/2012 - 11:05 - Signaler un abus socialistes

    ... hollande a perdu 10 points dans les sondages, mais a pris au moins 15 kilos ...

  • Par dendrobath - 24/08/2012 - 11:07 - Signaler un abus Université?

    S'il y avait un examen d'entrée à l'université d'été, peu de socialiste y aurait accès ! En effet, après avoir conquis tous les pouvoirs, le socialisme hollandais est confronté au principe de réalité : le socialisme ne marche pas !! Comment faire pour s'adapter : dans un premiers temps, dire c'est pas nous, c'est ceux d'avant, dans un deuxième temps, dire le changement c'est maintenant mais faut attendre 5 ans, dans un troisième temps espérons qu'ils ne diront pas oups, excusez-nous. Dans tous les cas Ségolène vire au vert, Martine part bientôt (on dirait un titre de livre pour jeune !!), ceux qui restent ne savent plus quoi inventer pour se rendre intéressants à part deux/trois déclarations sur les roms, les banlieues et la difficulté d'être calife à la place du calife , en général. Et c'est vrais que les socialos n'auraient pas dûs prendre la route du rom (spéciale dédicace à Ravi).

  • Par lavande - 24/08/2012 - 15:43 - Signaler un abus Devinette

    Si '' démocratie '' c'est obscène pour Sarkozy, '' troussage de domestique '' c'est quoi pour Mr ''Je bave et j'en mets de partout ''

  • Par vangog - 24/08/2012 - 23:06 - Signaler un abus Le PS est en train de vivre ses dernieres années d'existence!

    Face à la réalité qu'il aboutissait toujours à l'inverse de ce qu'il prétendait atteindre, le Socialisme est devenu "immobiliste" après avoir fait le rêve d' être "progressiste". Se prendre pour le président des Roms, remplacer une taxe par une autre taxe, transférer des fonctions d'un corps d'état à un autre corps d'état, essayer de réformer nos consciences à défaut de réformer l'état, c'est marrant 5 minutes, mais ça ne fait pas avancer le Shmilblick! Dans la mer de l'immobilisme, Flamby l'autruche devra bientôt sortir la tête du sable ...

  • Par Vincennes - 25/08/2012 - 15:12 - Signaler un abus Pour Kahn, le mot démocratie est obcène pour Sarko!!!

    de la PROVOC, comme d'habitude, qu'il faudrait plutôt développer sur Libé le Nle Obs, le Point .....quoique!! leurs titres, actuellement, montrent qu'il y a du changement dans l'air et qu'ils changent "leurs fusils d'épaule". Vous feriez bien, M.kAHN de cesser votre SARKOPHOBIE PRIMAIRE qui est de + en + RIDICULE. De +, qu'est qui vous permet d'avancer de tels propos alors que Sarko est totalement démocrate et l'a prouvé..... vous devez perdre la mémoire car, VOUS-MEMES, en aviez parlé. Vous devriez consulter cela devient urgent....mais ça on le sait depuis un bon moment déjà.

  • Par Vincennes - 25/08/2012 - 15:23 - Signaler un abus @Dentrobath au sujet de l'Université PS

    Il ne faut pas oublier leur attitude sectaire envers O.FALORNI qui vient d'être élu, par les Journalistes : la REVELATION POLITIQUE de l'année.....sans oublier que l'ex de Moi Je petit Pdt euh euh, vient de recevoir le titre de la TOLE D'OR pour son joli triplé : Congrès perdu en 2008 à Reims + Primaire ratée + législative idem Si le PS empêche qu'O.Falorni ne puisse s'exprimer aussi bien à cette UNIVERSITE qu' au Parlement, j'espère qu'il se présentera en 2014 comme Pdt de la région Poitou Charente où Royal est très contestée (également).....ce qui remettrait les pendules à l'heure .... les barres aux T et moucherait le nez du PS

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-François Kahn André Bercoff et David Revault d'Allones


Jean-François Kahn
 est un journaliste et essayiste. Il a été le créateur et directeur de l'hebdomadaire Marianne.


André Bercoff
 est journaliste et écrivain. Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), et plus récemment Qui choisir (First editions, 2012)


David Revault d'Allones 
est journaliste politique pour le quotidien Le Monde.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€