Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Trump va-t-il pouvoir mettre fin à l’accord nucléaire iranien (et devenir le meilleur allié des conservateurs de Téhéran) ?

C’est un secret de polichinelle que Donald Trump s’abstiendra, d’ici la fin de la semaine, de certifier le respect par l’Iran de ses engagements au titre de l’accord nucléaire du 14 juillet 2015.

Le début de la fin ?

Publié le
Trump va-t-il pouvoir mettre fin à l’accord nucléaire iranien (et devenir le meilleur allié des conservateurs de Téhéran) ?

En effet, le Président américain est tenu de certifier le respect ou non par l’Iran de ses engagements auprès du Congrès américain tous les trois mois. Alors qu’il l’a déjà certifié par deux fois depuis son inauguration au mois de novembre dernier, il y a fort à parier qu’il s’abstiendra de le faire cette fois-ci et ce malgré l’avis contraire de l’Agence International pour l’Energie Nucléaire et de l’ensemble des autres signataires de l’accord, de tous les membres du conseil de sécurité de l’ONU, plus l’Allemagne.

La non-certification de l’Iran ouvrira une période de soixante jours durant laquelle le Congrès devra décider s’il est opportun de réimposer à l’Iran les sanctions américaines liées au nucléaire.

Ainsi la non-certification ne signifiera pas automatiquement la sortie des Etats-Unis de l’accord et la fin de celui-ci. En effet, le Congrès doit adhérer à l’argumentaire du Président américain, chose qui est loin d’être garantie. Cet argumentaire de la maison blanche consiste à considérer que l’Iran, de par ses essais de missile balistique et son engagement militaire au moyen orient en particulier en Syrie et en Iraq, n’a pas respecté sinon la lettre du moins l’esprit de l’accord. Cette position est loin d’être unanimement partagée par les autres membres de l’administration américaine puisque le Secrétaire à la Défense, le tout puissant Général Matis, vient de déclarer qu’à ses yeux rien ne peut être reproché à l’Iran du fait de l’accord nucléaire même si le comportement de ce pays est loin d’être irréprochable sur d’autres fronts.

Pour compliquer encore davantage la chose, Donald Trump a réussi également de se mettre à dos des membres éminents du parti républicain. Outre le président du groupe républicain au Sénat, le Sénateur Mitchel, dorénavant ennemi de la maison blanche,  il a même réussi l’exploit de s’aliéner le Sénateur le plus anti-iranien qui soit, Bob Corker qui a qualifié la maison blanche de « halte-garderie pour adulte ». Ainsi il y a fort à parier que la majorité requise au Congrès ne sera jamais réuni pour que les sanctions américaines retrouvent force et vigueur à l’encontre de l’Iran.

Sur le plan international, les seuls pays qui soutiennent la réimposition des sanctions à l’encontre de l’Iran sont ses ennemis de toujours, l’Israël et l’Arabie Saoudite, devenus alliés de circonstance dans la cause. Tous les autres pays sont en faveur du maintien de l’accord et considèrent que l’Iran a respecté littéralement à la lettre ses engagements. Le Président français, pour sa part, a clairement pris fait et cause pour l’accord et il en va de même pour les allemands, les russes et les chinois. Ainsi donc, pour la première fois depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les Etats-Unis risquent de se retrouver dans un camp opposé à celui des autres membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU. C’est suffisamment grave pour être souligné, ce d’autant que du fait de la politique erratique du Président Trump la crédibilité des Etats-Unis est largement entamée dans les arènes diplomatiques.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Ardavan Amir-Aslani

Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€