Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Trump instable, dangereux et surveillé par sa propre administration… et pourtant efficace : comment comprendre ce qui se passe vraiment à Washington

Un membre de l'administration de Donald Trump vient de publier, anonymement, une tribune dans le New York Times. Tribune, dans laquelle, il s'attaque à la méthode de gouvernement d'un Trump qu'il juge amoral et instable.

Insondable

Publié le
Trump instable, dangereux et surveillé par sa propre administration… et pourtant efficace : comment comprendre ce qui se passe vraiment à Washington

 Crédit SAUL LOEB / AFP

Atlantico : Dans une tribune anonyme publiée par le New York Times, un haut membre de l'administration de Donald Trump s'attaque à la méthode de gouvernement d'une personnalité jugée amorale, instable. Au delà de la ligne politique, et en ne prenant en compte que la personnalité de Donald Trump, comment évaluer le risque que celle-ci peut représenter pour les Etats-Unis ?

Edouard Husson : Quel crédit peut-on attribuer à un auteur qui reste anonyme et qui explique qu’il reste à son poste parce qu’il veut limiter les dégâts et contenir le Président ? Cela ne parle ni en faveur de la moralité ni de la stabilité psychologique de la dite personne. De deux choses l’une, soit nous avons affaire à un clone de tous ces responsables de la haute administration allemande entre 1933 et 1945 qui expliquaient qu’ils servaient Hitler pour “éviter le pire”; soit nous avons affaire à la éniième opération de l’establishment washingtonien pour déstabiliser Donald Trump, qui ne respecte pas les moeurs de la tribu.

Nous sommes dans une guerre des mots sans précédent, entre les élites néo-libérales (qu’elles soient républicaines ou démocrates) et un selfmade man vulgaire, coureur, égotiste, qui ne recule devant aucune surenchère de communication pour faire plier ses adversaires. 

Il est très frappant de voir que, depuis le début de sa campagne des primaires, les adversaires de Trump commettent toujours la même erreur : ils le sous-estiment. Et plus ils le sous-estiment, plus Trump en profite. Insulter Donald Trump c’est d’abord le sous-estimer. Surtout, c’est alimenter ce qui le rend attractif auprès de ses électeurs: le fait qu’il soit rejeté par le système le rend éligible pour tous ces “déplorables” que la classe supérieure a écrasé de son mépris pendant toutes les années de la mondialisation néolibérale.
 
Ajoutons un élément: combien pouvons-nous citer de présidents américains depuis Wilson qui n’aient pas été amoraux ou instables ou les deux? Peut-être Coolidge et Hoover; éventuellement Eisenhower; sûrement Carter. Mais dans le cas des deux derniers, ils ont tout de même alimenté la logique de guerre (renversement des gouvernements légitimes de l’Iran en 1953 et du Guatemala en 1954 par Eisenhower; ingérence en Afghanistan de Carter en 1978 afin de pousser l’URSS à l’invasion).  Quant à nos icônes, Roosevelt, Kennedy, Obama, cela fait longtemps que leur légende a été écornée. C’est le moment de citer Lord Acton: “Tout pouvoir corrompt. Le pouvoir absolu corrompt absolument”. 
 

Dans cette même tribune, l'auteur anonyme indique cependant "Il y a des points positifs que la couverture systématiquement négative ne parvient pas à "capturer"". Derrière l'amoralité et l'instabilité décrite, comment juger de la cohérence de la politique menée par Donald Trump depuis le début de son mandat ? Dès lors, comment comprendre ce paradoxe entre instabilité personnelle et cohérence politique ?

On juge un arbre à ses fruits. Les adversaires de Trump peuvent raconter ce qu’ils veulent sur la personnalité de Trump, il reste à expliquer qu’au bout du compte il y ait une politique cohérente - détestable, si vous voulez, mais qui est lisible. Vous avez le droit de haïr la personne de Trump; vous pouvez enrager à lire son compte twitter; mais l’ordre ne sort jamais du chaos. Il y a une politique trumpienne, différente mais aussi cohérente que celle de Reagan en son temps.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Annie BERNARD - 07/09/2018 - 08:32 - Signaler un abus Enfin !

    Une lecture différente, enfin ! l'analyse éclairée et éclairante sur ce ciment très fort de l'âme des Etats Unis, que les élites Côte Est/Côte Ouest ont ignorée et continuent à mépriser. Nos médias et "analystes" français seraient avisés de lire cet article, ne serait-ce que pour écarter leurs oeillères et dépoussiérer leur part-pris... et peut être mieux comprendre ce mouvement de fond qui monte en Europe et arrêter de le qualifier du bout des lèvres de "populisme" pour en réduire le sens profond. Quand à citer jusqu'à plus soif ce courageux article dans le New York Times... quelle honte de glorifier la lâcheté et la traitrise !

  • Par Citoyen-libre - 07/09/2018 - 10:38 - Signaler un abus Excellent

    Cet article pourrait parfaitement s'adapter à notre pays : " le système le rend éligible pour tous ces “déplorables” que la classe supérieure a écrasé de son mépris pendant toutes les années de la mondialisation néolibérale". Il est évident que nos médias ne peuvent cautionner ce mouvement de fond, étant donné qu'ils appartiennent ou sont subventionnés par le bon vieux système. Au cours des dernières décennies, nous avons eu droit à "l'excité" et à ses excentricités, puis nous avons eu "l'indécis" et sa fausse torpeur apparente, aujourd'hui nous avons le "BCBG" narcissique. Mais tous ont oeuvré, pour faire un parallèle, pour le clan Clinton. Personnellement, ça ne me dérangerait pas d'avoir à la tête du pays, un chef d'entreprise, caractériel, vulgaire et aimant courir le jupon, si ce type obtient la croissance, la baisse massive des impôts et un chômage ridicule, comme l'obtient TRUMP. Avec la qualité de nos énarques, ampoulés et formatés au biberon du politiquement correct, on peut toujours rêver !!!!

  • Par OLYTTEUS - 07/09/2018 - 10:44 - Signaler un abus Merci M.Husson

    Je suis totalement d'accord avec tous vos points de vue. Je me souviens des bordées de négativité médiatique endurées par les précédents présidents de droite US, notamment Nixon et Reagan.Et pourtant, ils ont été de bons présidents. Et nous?d'accord avec A Bernard.

  • Par Atlante13 - 07/09/2018 - 10:55 - Signaler un abus Et au fait,

    qui surveille l'Administration?

  • Par Phlt1 - 07/09/2018 - 11:15 - Signaler un abus A mourir de rire.!.

    Je ne sais pas qui est ce Monsieur Husson, mais je sais une chose: tout ce qu'il dit, il le dit avec le filtre de sa culture, avec cette croyance automatique, évidente et obsolète que ceux qui sont au sommet de la pyramide sont les plus intelligents dans l'absolu, que ceux qui dirigent savent ce qu'ils font et sont doués d'une vision. Ce postulat est simplement faux. dans ce monde qui a basculé du 20ème au 21ème siècle, la plupart des dirigeants continuent de penser et de se comporter comme au 20ème siècle sans comprendre les changements. Trump est le pur produit de l'Amérique de la fin du 20ème siècle, c'est-à-dire le produit de la téléréalité qui n'est pas la réalité. Hollande a été élu par hasard, et c'est un parfait imbécile. Trump est le Hollande des USA, rien d'autre. Quant aux chiffres largement repris par toute la "bien pensance" identitaire (on peut désormais parler de bien pensance dès lors que ces gens là n'ont plus la lucidité des faits au point d'applaudir ce qui est contre eux puisque Trump est tout sauf un multilatéraliste), ils sont simplement faux ou largement biaisés. Réalité du chômage aux USA: entre 7 et 8%, et c'est Obama qui l'avait fait baisser. Le dynamisme

  • Par Phlt1 - 07/09/2018 - 11:24 - Signaler un abus a mourir de rire...suite...

    le dynamisme américain est passagé parce qu'il est directement lié au rapatriement de sommes colossales en provenance des paradis fiscaux, mesure de Trump mais qui ne touche que les plus aisés et n'a pas créé un seul emploi intéressant dès lors que les emplois créés sont des emplois qu'aucun lecteur d'Atlantico ne voudrait.!. La problématique de l'Amérique n'est pas la problématique de l'Amérique, c'est la problématique du monde, d'un monde qui n'est plus celui du 20ème siècle et des analyses de Monsieur Husson, mais du 21ème siècle avec des paramètres et paradigmes complètement différents. Et ce qui est extrêmement dangereux avec Trump là où ces faits ne le sont pas avec d'autres dirigeants, c'est que Trump est parfaitement incapable de comprendre autre chose que les logiques de provocation qui l'ont conduit à être Président.Et vous oubliez de préciser une chose: sans le moindre doute, Trump est aujourd'hui la poupée russe de Poutine, mais aussi de Xi Jinping...qui...eux...ont compris le 21ème siècle... Et heureusement.!;

  • Par Klaus02 - 07/09/2018 - 11:39 - Signaler un abus Analyse fine et pleine de bon sens...

    ...loin des poncifs et des clichés de la presse Mainstream. La comparaison avec Bismarck est particulièrement pertinente.

  • Par MonacoPhil - 07/09/2018 - 13:12 - Signaler un abus Neolibéraux? Ca existe?

    Je suis globalement d'accord avec l'article. une guerre sans pitié est en train de se passer devant nos yeux. Celle d'une nomenklatura bénéficiant des largesses d'un état, s'enrichissant par la dette et l'impôt contre une partie du peuple qui au mieux ne bénéficie pas des retombées, ou pire doivent également être les vaches à lait du système. Ce qui est intéressant, et encore plus visible en France qu'au US, c'est l'arrogance de cette auto-proclamée élite. Ils ne se cachent même plus pour commettre leurs méfaits, certains de leur invulnérabilité. Ce qui est considéré dans l'article comme un soi-disant néolibéralisme, n'a rien à voir, ni de près, ni de loin, avec le libéralisme. Il n'est pas non plus néo, car il n'est que le faux nez de notre vieil ennemi, j'ai nommé le capitalisme de connivence. N'en déplaise à certains, je considère qu'Obama, la famille Clinton(appelés injustement "liberals") en sont les représentants presque caricaturaux. Si vous souhaitez une définition du capitalisme de connivence (Crony capitalism) je vous conseille: https://www.wikiberal.org/wiki/Capitalisme_de_connivence Il est effrayant de constater que la France en coche toutes les cases

  • Par vangog - 07/09/2018 - 13:18 - Signaler un abus Oui, d’accord avec Annie Bernard!

    Il est temps pour les journalistes, s’ils veulent retrouver crédibilité et lecteurs, de juger les Présidents, non pas sur leur façon de faire de la com, mais sur leurs résultats concrets! Et là, la différence entre le minet-à-Cougars et Donald est immense...

  • Par J'accuse - 07/09/2018 - 13:37 - Signaler un abus Tout ça ne profite à personne

    Je n'apprécie ni Trump et sa politique, ni ses ennemis et leur politique. Reprocher à Trump d'être amoral est une idiotie, puisqu'il n'y a aucune morale en politique, et ceux qui veulent en faire (Obama) n'aboutissent à rien. Trump est devenu président du fait d'un système électoral non démocratique, élu alors que Clinton avait plus de voix que lui. Qu'il soit l'ennemi de l'establishment ne suffit pas à faire de lui un bon président: les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis.

  • Par xenophon - 07/09/2018 - 13:48 - Signaler un abus Cave canem!

    Que les Américains de base soient contents de Trump, je m'en moque absolument: ça les regarde! Mais...Trump impose la dictature du Dollar dans les échanges internationaux et nos intérêts économiques s'en trouvent donc subordonnés. Nous sommes sous tutelle sans échappatoires autres qu'à long terme. Qu'il fasse des USA une puissance militaire dont le force est équivalente à celle du reste du monde cumulé, ça m'inquiète: pour quoi faire? Des menaces quand on diverge? Quand Trump partira: il aura remis en selle la Russie comme puissance européenne et moyen-orientale. Ca me concerne! Il aura marqué de sa sympathie le progrès du populisme, qui n'avait pas besoin de cet engrais pour prospérer. Ces populismes prétendent rep le peuple. Peuvent-ils rester garants des libertés individuelles? Ca reste à voir! La Chine utilise ce grand mouvement populiste pour s'implanter en Afrique et en Amérique du Sud. Jusqu'au ira-t-elle? Les populismes ramèneront-ils la guerre? L' Europe pourra-t-elle éviter l'éclatement? Voilà toutes les incertitudes, déjà sous-jacentes qui prospèreront grace à Trump.

  • Par Ganesha - 07/09/2018 - 16:12 - Signaler un abus Mr. Husson

    J'ai éprouvé une grande surprise et un réel plaisir en vous découvrant, hier jeudi, sur le plateau du 28 minutes d'Arte. Vous m'êtes apparu intelligent et sympathique. J'ai particulièrement apprécié votre intervention pour rappeler que l'Allemagne est un pays où règne une importante pauvreté et des inégalités sociales. Votre franchise ne révèlait pas un secret, mais ce genre d'information est généralement occulté sur Atlantico.

  • Par adroitetoutemaintenant - 07/09/2018 - 16:28 - Signaler un abus Quelques chiffres supplémentaires

    Les EU sont divisés en plus de 6000 « counties » (un peu l’équivalent de nos départements). A la présidentielle, Trump en a remporté 2649 contre 503 pour Hillary ! Si elle a remporté la majorité des voix par environ 3 millions, la commission électorale fédérale reconnait qu’il y a eu 8 millions de votes illégaux ! Regardez la carte des victoires électorales de Hillary : c’est la même que celle du SIDA ! Un autre chiffre pour les bas du QI : il y a 203 000 demandeurs d’emplois aux EU. Comparez cela aux quelques 3 millions dans la France de Macronouille.

  • Par Benvoyons - 07/09/2018 - 17:43 - Signaler un abus Ganesha: Les Médias Français ne font que bêler bêtement

    ou par professionnalisme des Fake News sur la Pauvreté en Allemagne. Comme par exemple le Smic Allemand est de 870€ alors qu'il est de1473€ en Allemagne et à1458€ en France Idem sur le travail à1€ mais Alors qu'il s'agit d'une rémunération qui n'a lieu que pour du travail dans les locaux d’hébergement des Migrants & par les Migrants volontaires & qui vient en plus de l'aide sociale qu'il touche l’État Distribution de repas, travaux d'entretien, ménages Ces postes d'intérêt général sont proposés dans les centres d'accueil, sur la base du volontariat, rapporte Challenges dans un papier publié ce lundi. À la fin du mois, le revenu – plafonné à 84€ mensuels – s'ajoute aux 143€ perçus comme argent de poche. https://www.contrepoints.org/2017/09/27/299650-cette-pauvrete-allemande-rassure-redactions-francaises https://www.lemonde.fr/economie/article/2017/01/13/l-economie-allemande-dopee-par-l-arrivee-des-refugies-en-2015-et-2016_5062183_3234.html https://ww

  • Par Nap4 - 07/09/2018 - 18:27 - Signaler un abus Anti-système

    Trump est le seul dirigeant anti système qui parvient à se maintenir en place. Chez nous, notre petit Macron a tenté de nous faire croire qu'il mettrait notre haute administration au pas, et c'est le contraire qu'on observe. Ses petits copains de l'ENA le mènent à la baguette. Pour Trump qui n'est pas issu du même moule que les membres de l'administration, la guerre est plus rude. Rien ne lui sera épargné, à commencer par son procès en incompétence distillé jour après jour sur tous les médias d'occident. Merci donc à Atlantico de donner un avis différent, c'est une belle preuve d'indépendance. Qu'on aime ou pas Trump n'a pas d'importance. Il mène de façon visible une politique en accord avec ses promesses électorales et obtient un taux de croissance annualisé de 4,2% !!! Son électorat saura s'en souvenir. En france on n'a pas connu ça depuis bien longtemps... Le plus inquiétant est donc chez nous, où il apparaît que le destin de la France est enchaîné aux désidératas de la haute fonction publique. Nous vivons dans une technocratie pseudo-libérale. Faudra t-il une révolution violente pour sortir de ce mauvais pas ?

  • Par A M A - 07/09/2018 - 19:00 - Signaler un abus Quel qu'il fut, quelle que

    Quel qu'il fut, quelle que soit les critiques des sénateurs, à Rome ou dans le monde, l'Empereur n'était pas contesté par ceux dont le sort était à sa merci. C'est quand même un peu le cas de Trump, Président des Etats-Unis.

  • Par eva - 07/09/2018 - 19:58 - Signaler un abus amsallem

    Bravo Monsieur Husson ! votre article fait du bien dans ce monde uniforme où régne la pensée unique , merci .

  • Par eva - 07/09/2018 - 19:58 - Signaler un abus amsallem

    Bravo Monsieur Husson ! votre article fait du bien dans ce monde uniforme où régne la pensée unique , merci .

  • Par DESVESSIESPOURDESLANTERNES - 08/09/2018 - 11:04 - Signaler un abus Superbe analyse

    ...on y arrivera à virer l’arrogante bien pensance bobo! .

  • Par Liberte5 - 08/09/2018 - 18:58 - Signaler un abus Bonne analyse de E. Husson

    Il dit des vérités que cachent les médias Français. D. Trump obtient des résultats dans tous les domaines où il intervient.Les médias Américains , les médias Français sont vent debout contre lui,n'hésitant pas à mentir, tout est bon pour le détruire. Obama est fou de rage de voir que D. Trump obtient des résultat qu'il n'a jamais pu atteindre.La gauche américaine est devenue d'extrême gauche et affiche son mépris pour le peuple. D. Trump a redonné sa fierté à ceux qui ont été les victimes de ces politiques socialistes. Nous avons la même chose en France où une technocratie à conduit notre pays dans le déclin et la décadence. Le système est bien verrouillé mais peut-être qu'une prise de conscience permettra à un nouveau pouvoir d'émerger.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est spécialiste d’histoire politique contemporaine, en particulier de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. Il est professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (Université de Cergy-Pontoise). Il a été membre du cabinet de Valérie Pécresse, avant d’être vice-chancelier des universités de Paris puis directeur général d’ESCP Europe et, enfin, vice-président de l’université Paris Sciences et Lettres. Il est membre du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€