Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Touche pas à mon église ! Pourquoi il faut sauver un des symboles des villages

Depuis le début de l'année, cinq églises ont été détruites en France sur décision municipale. C'est pourtant l'un des éléments essentiels de l'identité du village français.

God save the church

Publié le
Touche pas à mon église ! Pourquoi il faut sauver un des symboles des villages

Une messe. Crédit Reuters

Atlantico : Dans la conscience collective, que représente l’église du village ? Alors que la pratique religieuse est en berne, quelle est aujourd’hui sa fonction ?

Philippe Levillain : C’est le témoin d’un passé, où le curé, le maire et l’instituteur représentaient  les forces vives des notables du village. On a beaucoup construit d’églises au 19e siècle, avec quasiment une par commune, donc plus de 30 000.

Elles se sont lentement vidées par désaffection des fidèles, notamment à partir des années 1970, postconciliaires. Les réparations incombant aux communes étant très onéreuses, on a tendance à les vendre. Il y a quatre ou cinq ans dans la mairie de Saint-Chamond (Loire) a eu lieu un combat assez picaresque sur le point de savoir si la mairie vendrait ou non l’église. La décision a été soumise au référendum, dont le résultat a obligé la ville à conserver l’église. Il a été constaté qu’une large majorité des habitants, y compris ceux qui n’étaient pas croyants, demandaient la restauration de l’église. Le maire a donc été obligée de débloquer des fonds, car beaucoup de ses administrés avaient le souvenir d’une mère ou d’une grand-mère qui y avait été baptisée, si ce n’est mariée. Il s’agit donc d’une mémoire qui accompagne le destin des gens. N’oublions pas qu’en 1981, Mitterrand, dans son affiche "La force tranquille",  a mis un clocher en fond, en symbole d’unité. C’était le symbole de la force paisible du pays.

Structurellement, on a du mal à dissocier le village de son clocher. Un village français sans son clocher est-il toujours un village français ?

Un village français a besoin d’une église. Même des maires anticléricaux les restaurent, car elles sont liées aux fêtes traditionnelles, même si plus personne n’y est baptisé, marié ou enterré. Envers et contre tout, l’église reste l’un des points cardinaux de la ville et de sa mémoire. Y sont encore sensibles les 50-80 ans. Ce sera peut-être moins le cas pour les jeunes, qui quittent les campagnes. Cette désertification s’accompagne d’une chute de la pratique religieuse, qui vide également les églises.

De quelles évolutions ces destructions sont-elles le symptôme ?

Elles sont le symptôme du changement radical du tissu social. Le cimetière est généralement accolé à l’église, cependant on en construit de nouveaux un peu plus loin, car des morts, il y en a toujours. Et il n’y a pas de doute que le rapport à la mort passe par l’église, témoin de l’existence du villageois. L’exode rural y est aussi pour beaucoup, car maintenant les églises sont vides.

Sans aucun doute, il faut s’alarmer de la destruction et de la modification du paysage français. Les églises sont closes, souvent dévastées à l’intérieur et pillées. Détruites, elles représentent une source de matériaux pour de nouvelles constructions. Ce fut le cas, suite à la Révolution : des couvents détruits ont parfois servi à la construction ou à la reconstruction de châteaux.  Les églises sont fragiles : le froid, mais aussi le chauffage, les abîment.

Aujourd’hui, on compte environ 18 000 églises à vendre en France. Elles peuvent transformées en salles polyvalentes, en restaurants ou en salles de cinéma. Certaines églises sont rachetées pour être transformées en résidence secondaire.

Cette mise en vente est-elle un moindre mal ?

Oui, dans la mesure où la destruction est ce que l’on fait in extremis, quand on ne voit pas ce que l’on peut faire de l’église en question. Certaines sont impossibles à transformer. Tout cela est le fruit d’une évolution inéluctable de la société française.

Faut-il préserver de la destruction l’intégralité des églises françaises ? Pourquoi ?

Idéalement, il faudrait conserver ce patrimoine coûte que coûte. Dans certains cas, l’état de délabrement est trop avancé. Mais depuis quinze ans la situation ne se détériore pas : beaucoup sont à vendre, et celles qui sont vendues sont transformées de façon estimable en lieux de vie de société.  

Propos recueillis par Gilles Boutin

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Rollonrolloff - 14/08/2013 - 12:40 - Signaler un abus Triste

    C'est bien triste d'en arriver là! Plus grave serait de les transformer en mosquée!!! !!! !!!

  • Par warren11 - 14/08/2013 - 13:09 - Signaler un abus KIKADICA????

    J'ai relevé l'autre jour la taille exagérée des mosquées pour une population magrébine et pas forcément musulmane et si musulmane pas forcément pratiquante ...de 6 millions de personnes . Ni Atlantico( je m'honore...) ou au moins un membre de ce forum n'a relevé ce message .En clair les cathédrales-mosquées érigées massivement en Ile de France comme celles de la porte de Bagnolet/Pré St Gervais avec vu sur le périph ne choquent personne??? Je ne parle pas du lieu de culte,sûrement légitime , je parle de leur taille en ratio des pratiquants potentiels....taille qimposante qui modifie drastiquement le paysage francilien partout ou ce type de batiment s'érige...Curieux ce nombre impressionnant de pratiquants (mosquées au minimum concues pour 1000 personnes . Si donc personne ne s'émeut, pourquoi voulez vous que quelqu'un s'émeuve de la disparition d'église dans les villages????35 à 40 milions de catholiques plus ou moins déclarés mais pas de pratiquants??? vive les mosquées ans nos village !!!!

  • Par ヒナゲシ - 14/08/2013 - 13:39 - Signaler un abus Réparations & entretien

    devraient incomber à ceux qui en ont l'usage. Soit : les cathos.   On ne cesse de nous bassiner avec le fait que le catholicisme est la première religion de France. Il ne devrait donc pas être trop difficile que chacun de ses adeptes trouve à se délester de la petite obole qui – les petits ruisseaux faisant les grandes rivières – permettrait que ne soient plus ponctionnées scandaleusement des finances publiques paraît-il exsangues.   On n'a plus de fric pour payer décemment les policiers, les profs, les infirmières, ni pour construire des logements sociaux, mais on en trouve pour entretenir de vieux tas de pierres au nom d'un sentimentalisme hors d'âge, et au profit de quelques uns qui ne rechignent pas à faire financer leur lubie par la collectivité.

  • Par jurgio - 14/08/2013 - 14:53 - Signaler un abus Les propriétaires des églises

    sont les municipalités après les avoir volées au clergé ainsi que tous leurs biens. Les fidèles surtaxées pour des stades mal entretenus, des gymnases dégradés, des ponts sans route, des mausolées à des politicards véreux, etc. ne trouvent plus de moyens avec cette génération de consommation à outrance. Quand l'État se mêle, comme pour le mariage, de ce qui ne le regarde pas, après avoir tout fait pour éteindre le sentiment religieux !... Il doit assumer jusqu'au bout ! Mais aime-t-il encore la « France » ou uniquement ce qu'elle lui rapporte ?

  • Par trentenaire-du-14 - 14/08/2013 - 15:05 - Signaler un abus Concerver oui, si cela à un intérêt historique certains...

    Bonjour; suite à la loi de 1905; l'état à la charge de l'entretien des lieux de cultes en particulier les églises. Comme le rappelle Mr Levillain, beaucoup des églises menacées aujourd'hui sont des constructions qui ont été réalisées dans l'urgence à la toute fin du XIX ème siècle. A cette époque le clergé sentait monter l'anticléricalisme et son but était de mailler au maximum le territoire pour marquer le terrain et espérer faire barrage à l'athéisme et à l'anticléricalisme qui montait dans la population. C'est pourquoi la plupart de ces ouvrage de style néogothiques réalisés dans l'urgence tiennent moins bien que ceux réalisés aux périodes antérieures; de plus; leur intérêt architectural et historique est discutable. A partir de ce constat, il convient d'être rationnel; les deniers ne sortent pas d'une corne d'abondance sans fin et une église réalisées dans les années 1890 vide depuis des années, qui croule et sans repreneur depuis des années n'est pas une priorité du patrimoine. En clair, mieux vaut mettre de l'argent sur les édifices qui en valent vraiment le coups comme des églises plus anciennes! Bonne journée

  • Par Glop Glop - 14/08/2013 - 15:17 - Signaler un abus @ ヒナゲシ - 14/08/2013 - 13:39

    Ouais... de même que l'éducation foulée au pied, les soins coûteux, et les aides sociales devraient être assumés par les islamos.

  • Par Glop Glop - 14/08/2013 - 15:20 - Signaler un abus Une meilleure idée...

    ... tout vendre et tout brader en France, laisser l'herbe pousser et vendre le champ France au premier venu.

  • Par winnie - 14/08/2013 - 19:32 - Signaler un abus ite missa es

    Bientôt le minaret sera plus tendance que l'église au train ou vont les lèches babouches qui nous gouvernent

  • Par sheldon - 15/08/2013 - 00:28 - Signaler un abus J'aime beaucoup les villes/villages avec une église + un temple!

    Dans le Gard notamment toutes les petites villes et gros villages ont une église et un temple (souvent un temple et une église !). Voilà le symbole d'une France ouverte sur son histoire. Le seul problème est que bientôt il risque d'y avoir toujours une église et un temple mais plus aucun curé et pasteur, et plus aucun fidèle. Mais n'est ce pas ce qui s'est produit dans beaucoup de pays après l'arrivée des soviétiques et des maoïstes ? Chaque dictature conduit à la suppression des églises et des temples.

  • Par Anemone - 15/08/2013 - 09:26 - Signaler un abus @ ヒナゲシ

    Si l’État n'avait pas spolié l’Église de ses églises en les confisquant, elles appartiendraient toujours aux Chrétiens et là, votre commentaire serait justifié. . Comme les athées révolutionnaires socialo-marxistes les ont piqués à l'Eglise sous prétexte de la loi de 1905, yzonpuka s'en occuper et à payer! . Difficile d'avoir le beurre, l'argent du beurre et la fermière avec. . Maintenant, j'attends avec impatience le jour où l'Etat va piquer toutes les mosquées de France comme il l'a fait avec les églises.(toujours sous le prétexte de la même loi) Ce jour là : que du bonheur! Peut être même qu'on va en détruire parce qu'elles seront trop grandes pour le nombre de fidèles, sait on? Ou bien s'en servir pour faire venir des chorales de chant grégorien?

  • Par Jacquet - 15/08/2013 - 10:13 - Signaler un abus Au vue de l'évolution

    Au vue de l'évolution actuelle de la société , dans deux ou trois générations , elles seront remplacée par des mosquées. Ce matin , j'entendais un responsable du culte musulman , s'inquiéter des processions catholiques à l'occasion du 15 août.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Levillain

Philippe Levillain est professeur d'histoire contemporaine à l'université de Paris X-Nanterre, membre du Comité pontifical des Sciences.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€