Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tintin au Congo ? Hollande, Sarkozy, les discours de Dakar comparés

Du discours de Dakar de Nicolas Sarkozy, on a surtout retenu la petite phrase sur "l'homme africain [qui] n'était pas assez entré dans l'histoire". Les médias avaient délaissé le reste du discours qui, dans sa critique du colonialisme, n'était pas loin de la contrition. Le discours de François Hollande à Dakar ce vendredi était-il si différent ?

Exercice de contrition

Publié le
Tintin au Congo ? Hollande, Sarkozy, les discours de Dakar comparés

Le discours de François Hollande à Dakar ce vendredi était-il si différent de celui de Nicolas Sarkozy en 2007 ? Crédit DR

"Je ne viens pas faire un discours pour effacer le précédent", avait prévenu François Hollande avant son discours de Dakar. C’était reconnaître implicitement que le choix de la capitale africaine et la teneur de son propos étaient calqués sur le discours du précédent président de la République à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, le 26 juillet 2007. On avait surtout retenu la petite phrase sur "l’homme africain [qui] n’était pas assez entré dans l’histoire". Mais les commentateurs avaient délaissé le reste du discours qui, dans sa critique du colonialisme de l’Europe, n’était pas loin de la contrition.

En témoigne cet extrait du même discours :

"Les Européens sont venus en Afrique en conquérants. Ils ont pris la terre de vos ancêtres. Ils ont banni les dieux, les langues, les croyances, les coutumes de vos pères. Ils ont dit à vos pères ce qu’ils devaient penser, ce qu’ils devaient croire, ce qu’ils devaient faire. Ils ont coupé vos pères de leur passé, ils leur ont arraché leur âme et leurs racines. Ils ont désenchanté l’Afrique. Ils ont eu tort".

On pouvait difficilement voir dans ces propos une humiliation des Africains alors que la condamnation des Européens, serait-elle rhétorique, était prononcée par un dirigeant européen. Au demeurant les critiques du discours de Dakar ont imputé à Nicolas Sarkozy une thèse généralement admise, depuis Kant, Hegel ou Marx. Le concept d’histoire, en entraînant celui de progrès, est une invention européenne qui a été exportée dans le monde par les penseurs ou les dirigeants qui s’en réclamaient. Le fondateur de l’école des Annales, Fernand Braudel, reconnaissait ainsi, dans sa "Grammaire des civilisations", que "l’Afrique noire, en somme, s’est ouverte mal et tardivement sur le monde extérieur". [1]

C’était la reprise de la distinction bergsonienne entre les sociétés ouvertes et les sociétés closes, celles qui s’ouvrent sur le monde et celles qui se replient sur leur culture. L’histoire européenne fondait-elle pour autant une hiérarchie des civilisations ? C’est un Africain, le philosophe Cheikh Anta Diop, qui, dans son "Antériorité des civilisations nègres. Mythe ou vérité historique" (1976), a soutenu que la civilisation égyptienne de race noire était première par rapport aux autres civilisations, ce qui justifiait l’unité culturelle de l’Afrique. Etait-ce une humiliation de l’Europe ou de l’Asie ?

Quoi qu’il en soit de l’opportunité du discours de Dakar de Sarkozy, le discours de Dakar de Hollande, privé du même ressort idéologique, ne pouvait que proposer une thèse plus consensuelle. Pour ce faire, le président de la République avait préparé son intervention avec six grands intellectuels africains dont le Congolais Elikia M’Bokolo, directeur du centre d'études africaines à l'EHESS, et Mamadou Diouf, directeur des Etudes Africaines à l’université Columbia.

Mais à quoi se résume ce discours destiné à mettre fin aux équivoques du discours postcolonial ? D’une part, à répéter une nouvelle fois, Sarkozy l’ayant fait comme les autres présidents, que le modèle inégalitaire françafricain est révolu au profit d’un partenariat égal, et le refus d’imposer, ou seulement de "proposer un exemple". Hollande soutient qu’il n’est pas venu en Afrique "pour imposer, ni pour délivrer des leçons de morale". Or c’est pourtant ce qu’il a fait en parlant des "relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité", et en affirmant qu’il saluait chez ses hôtes "le respect des droits de l’homme, l’égalité devant la loi, la garantie de l’alternance, les droits des minorités, la liberté religieuse". En clair, le nouveau président, comme l’ancien, a proposé, et laissé entendre, qu’il imposait le modèle démocratique qui n’est pas de tradition africaine.

François Hollande continue, ainsi, à son corps défendant, à modeler son action sur celle de ses prédécesseurs qui faisaient la leçon à l’Afrique comme Tintin faisait la leçon aux élèves africains. Mais il ne leur apprend plus l’arithmétique. Sans faire acte de contrition comme certains l’attendaient, il se contente d’observer avec une acuité qui n’échappera à personne : "L’Afrique est un grand continent qui va devenir aujourd’hui un grand continent émergent".

[1] F. Braudel, Grammaire des civilisations (1987), Flammarion, 2008, p. 185.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jmpbea - 13/10/2012 - 18:45 - Signaler un abus Normal 1er a fait son numéro...je suis un africain !

    mais le continent soit-disant émergent a bien du mal avec... le sida... les pillards chinois...al quaida.... et là, notre tintin en afrique n'a pas apporté l'ombre d'une proposition

  • Par ZOEDUBATO - 13/10/2012 - 19:23 - Signaler un abus La gauche détruit mais est incapable de construire

    En voulant mettre en place sa morale et son idéologie paternaliste à relent colonialiste le chef de clan a réussi à casser les liens privilégiés entre la France et l’Afrique 1/ Le discours interminable du chef de clan est un amalgame de poncifs et de procès stalinien d’intention d’un socialisme conservateur et réactionnaire sans débouchés concrets ni prises sur la réalité, Ce discours a cassé les liens privilégié de la francophonie sans rien construire ni proposé d’applicable et a convaincu les africains d’aller chercher des modèles ailleurs 3/ Son appel à la démocratie et aux droits de l’homme a été très mal perçu car tous le monde se rappelle que lui et son parti ont détruit la démocratie en Côte d’Ivoire en aidant GBAGBO à prendre le pouvoir et en le soutenant dans ses exactions. En final le chef de clan abandonne un champ de ruines aux africains et son discours va les faire basculer vers le monde anglo-saxon et les B.I.C et pouvoir respirer sans subir logorrhée verbales des intellectuels de salon de thé Ils veulent pouvoir se développer librement grâce à la création de richesses économiques et non par de l'assistanat assujettisant

  • Par vangog - 13/10/2012 - 19:31 - Signaler un abus Syndrome d'Oedipe-Sarkosy? ah, cette insoutenable légèreté...

    Flamby a du mal a dé-référencer son discours de celui de Sarkozy: Implicitement, il veut effacer le discours de son "père spirituel", alors qu'ils s'en défend catégoriquement, et toutes ses actions s'inscrivent dans les pas de papa, en essayant péniblement de faire l'inverse, ce qu'il parvient à peine à accomplir dans les mots (cf le traité budgétaire Européen...) Flamby est actuellement dans la phase de déni: Après le meurtre du père, après avoir couché avec la mère libérale et juste avant de se crever les yeux . Ah, cette insoutenable légèreté de l'être!

  • Par sheldon - 13/10/2012 - 20:44 - Signaler un abus Tintin ? NON : Tintin est sympathique et agit !

    Pauvre France de s'être fait un fois de plus berné par la gauche. Et encore au moins Mitterrand était (presque) un homme d'état. Il avait appris à gouverner avec la droite !

  • Par Altec - 13/10/2012 - 20:47 - Signaler un abus Fini l'arogance, fini le

    Fini l'arogance, fini le mépris, fini le bling bling...

  • Par jesuismoi - 13/10/2012 - 21:31 - Signaler un abus Un problème, Altec?

    ou bien on s'est trompé de sujet ? Je soupçonne une face "indécrottable" chez vous. Dommage.

  • Par Nico Attal - 13/10/2012 - 22:26 - Signaler un abus Un discours à peine prononcé et déjà oublié

    Hollande est allé, en Afrique, servir sa rhétorique insipide et aligner des platitudes. Un discours qui ne le fera pas "entrer dans l'histoire"!

  • Par jmpbea - 13/10/2012 - 23:04 - Signaler un abus altec: calte !

    ça veut dire, réfléchis avant de faire le perroquet de normal 1er

  • Par Bestfriend - 13/10/2012 - 23:06 - Signaler un abus Dans 5 ans, tout le monde aura oublié le discours de Hollande.

    Si en France, l'intelligentsia avait uniformément vomi sur le discours de Sarkozy, parfois sans même le lire, ne retenant que la petite phrase que Guaino avait puisé dans un discours du Général De Gaulle ("L'Afrique que la France a sortie des ténèbres de l'histoire"), au Sénégal, le discours a été l'objet d'une discussion nourrie car certains intellectuels ont pu écrire "Et si Sarkozy avait raison ?". Le discours de Hollande aurait pu être celui d'un De Villepin (qui aurait peut être fait encore plus gluant ) , d'un Chirac ou d'un Mitterand. Un discours lénfiant, lisse sans le moindre propos pouvant amener à se poser quelques questions, par exemple sur le sort de 400 000 enfants esclaves, souvent les 6e, 7e voire 11e enfant d'une famile qui les confie au Marabout, lequel les envoie mendier pour payer l'instruction corannique, par exemple sur les sectes comme celle des Mourides qui ne paient pas plus d'impôt au Sénégal que leurs banabanas n'en payent en France ect...

  • Par Bestfriend - 13/10/2012 - 23:12 - Signaler un abus 400 000 enfants esclaves, c'est rien que pour le Sénégal.

    Ce sont les talibés, cousins germains de Talibans des Madrassa pakistanaises. Le mot signifie "étudiant", les études consistants à apprendre par coeur les versets du Coran avec pour principal soutien scolaire des violences physiques répetées. Sinon, la hausse du cours des matières premières a donné l'illusion à certains qu'enfin le PIB des pays africains augmentait plus vite que la population. Certains états ont bien des résultats encourageants, mais c'est surtout en Afrique du Sud, Namibie ect... car d'autres sont clairement sur la voie du chaos généralisé, et en particulier la zone Sahelienne. Somalie, Soudan, Niger, Mali, Tchad, Mauritanie voire Sénégal.

  • Par gabbrielle - 13/10/2012 - 23:37 - Signaler un abus Tintin au Congo, bien trouvé!

    Tintin au Congo, bien trouvé! Mais, rappelez-moi, le petit chien qui le suivait partout, Milou, c'était quoi déjà comme chien? Un rottweiler?

  • Par pimousse - 14/10/2012 - 07:49 - Signaler un abus toujours nul

    hollande toujours complexé par rapport a son predecesseur a aligné qq banalités et tenez vous bien contribuables promis d etudier une indemnisation pour avoir colonisé lcertains pays il me semble que beaucoup d africains profitent deja en france d avantages et que fait la concubine ds un voyage officiel et que fait le ministre d operette mme benguigui ds des avion s privés et pendant ce temps on taxe retraités 2 e poste tv la biere etc sans toucher aux tabeaux que collectionne la gauche caviar bravo

  • Par pimousse - 14/10/2012 - 07:49 - Signaler un abus toujours nul

    hollande toujours complexé par rapport a son predecesseur a aligné qq banalités et tenez vous bien contribuables promis d etudier une indemnisation pour avoir colonisé lcertains pays il me semble que beaucoup d africains profitent deja en france d avantages et que fait la concubine ds un voyage officiel et que fait le ministre d operette mme benguigui ds des avion s privés et pendant ce temps on taxe retraités 2 e poste tv la biere etc sans toucher aux tabeaux que collectionne la gauche caviar bravo

  • Par fauvette13 - 14/10/2012 - 09:58 - Signaler un abus c'est plutôt oui-oui en Afrique

    il s'empêtre dans son anti sarkozysme à un point qu'il se ridiculise dans tous ses gestes. Putain ! dire que cette chose est le président !

  • Par Altec - 14/10/2012 - 11:11 - Signaler un abus En lisant les commentaires je

    En lisant les commentaires je me rend vraiment compte des ravages de la consanguinité...

  • Par caposse - 14/10/2012 - 12:47 - Signaler un abus Passé ou Présent

    Mr Mattéi délivre une analyse éclatante de Vérité...Nous aurions cependant aimé qu'il assène la force indépassable du concept d' " Histoire" dont les Occidentaux ont tout à la fois défini les contours et fécondé l'Espace défini par ces mêmes contours : L' Histoire c'est " l ' Évolution de l'humanité à travers son passé, son présent, son avenir." Je dirai simplement que l'erreur somme toute mineure de "Sarkozy -Guaino" fut de conjuguer le verbe "rentrer" au passé .... En effet l'Homme Africain participe-t-il de l'Histoire en "refusant" la démocratie , la laïcité , la tolérance ( pour beaucoup) , la rigueur, l'éducation et le combat plutôt qu'en privilégiant l'émigration vers l'Occident honni...

  • Par Gégé Foufou - 14/10/2012 - 16:24 - Signaler un abus Bla bla bla

    Vous avez vu l'attitude enflammée des auditeurs..... Un bide

  • Par léonard simon - 14/10/2012 - 16:52 - Signaler un abus à ALTEC

    Que vos commentaires soient stupides et lipidaires,le lecteur tel que moi ne peut rien pour y remédier. Ayez qu'en même l'obligeance de soigner votre orthographe pour si peu de mots.

  • Par Gambus - 14/10/2012 - 22:03 - Signaler un abus Le fameux "discours de Dakar"

    Le fameux "discours de Dakar" de Sarkozy a eu le tort d'être trop intelligent. N'importe quel penseur de l'Afrique de Césaire à Senghor aurait pu y souscrire. Mais il fallait compter avec les anti colonialistes forcenés et décalés et les anti sarkozystes patentés... Le discoure de Hollande est d'un creux abyssal... tant pis..

  • Par Gambus - 14/10/2012 - 22:08 - Signaler un abus @ Bestfriend ( J'aime bien votre message )

    Au moins vous, vous connaissez le sujet... Et le Sénégal et le restes de l'esclavage aujourd'hui... Merci.

  • Par MONEO98 - 14/10/2012 - 22:30 - Signaler un abus heureusement que le ridicule ne tue pas

    la société africaine est tribale ,clanique ,inégalitaire par nature , lui plaquer nos "valeurs" droitdel'hommiste égalitaire n'a aucun sens sinon que l'on pourrait cela qualifier de néo colonialisme Les chinois ont déjà gagné , ls ne viennent pas donner des leçons ils viennent faire du business avec les poches pleines Apparemment nos échecs moyen orientaux ne nous apprennent rien. nous faisons de l'américanisme à notre mesure c'est affligeant de bêtise

  • Par Bestfriend - 14/10/2012 - 22:31 - Signaler un abus Gambus, suis d'accord mais pas pour Cesaire et Senghor.

    Effectivement,, c'est une posture condescendante que de considérer que les africains n'étaient pas capable d'analyser par eux-mêmes le discours de rupture de Sarkozy, et qu'ils avaient besoin de Libération ou des délires de Ségolène Royal pour cela. D'ailleurs, certains l'ont fait et le président de l'Afrique du Sud l'a applaudi; Abdoulaye Wade n'a pas aimé la fameuse phrase de Guaino mais a apprécié le reste du discours. Je ne sais plus si Aimé Cesaire ou Senghor étaient vivants à l'époque mais on ne peut pas dire que je leur porte une grande estime. Car pour bien connaître effectivement le dossier, il me semble que Senghor a infantilisé son peuple, a laissé sa famille détourner beaucoup d'argent (son frère Adrien était appelé Monsieurs 10% car il exigeait 10% de tous les contrats d'équipement passés par le pays). Par ailleurs, je n'aime pas du tout les discours de Césaire considérant que si l'on fait tant de cas de la Shoah et si peu de la traite atlantique (comme si les "blancs" avaient eu le monopole de l'esclavage) c'est parce que les juifs étaient aussi des impérialistes.

  • Par cd233 - 15/10/2012 - 08:54 - Signaler un abus le discours de Sarkozy a été injustement décrit

    En disant que l'homme africain n'était pas suffisament entré dans l'histoire, Nicolas Sarkozy ne fait qu'exprimer un fait: la majorité des occidentaux (qui font l'histoire, c'est comme ça) ne peut pas citer 10 grands personnages africains. Cette phrase ne rendait pas les africains responsables de ce fait, mais l'histoire de ce continent. Il fallait que les journalistes soient en campagne électorale pour le PS permanente pour y lire autre chose. Mais cette fois ci, le discours a été génial selon eux, donc tout va pour le lieux en Hollandie et honni soit qui mal y pense.

  • Par caposse - 15/10/2012 - 10:11 - Signaler un abus STOP

    La traître négrière fut une abomination...elle fut le fait des Anglais , des Hollandais , des Espagnols , des Portugais , des Américains , des "Nègres" eux-mêmes et des .....Arabes dont la traite nilotique vit plusieurs millions d'africains noirs asservis , déportés , vendus....Rappelons que ces mêmes Arabes organisaient aussi des marchés aux esclaves chrétiens ( Français , Espagnols , Italiens , Espagnols , Anglais , Hollandais ...) dans les Régences d'Alger , Tunis , Tripoli..... alors sous domination ottomane !!! Qui le rappelle ? La contrition , oui ...mais générale...encore qu'il vaille mieux se projeter dans l'avenir ..

  • Par cappucino - 15/10/2012 - 11:58 - Signaler un abus On parle toujours de la traite négrière.

    Mais jamais de la traite Ottomane de la Turquie sur les pays de l'Est. Celle-ci a-t-elle moins de valeur parce que se sont des blancs qui en subir les conséquences?

  • Par cocooning - 15/10/2012 - 21:12 - Signaler un abus contrition instrumentalisée...

    Que la traite ait été inhumaine est une réalité. Ce qui me dérange dans cette contrition et ce travail sur l'histoire, c'est qu'il soit à nouveau le seul fait des colonisateurs... Les pays concernés devraient aussi travailler la question et se demander dans quelles conditions tout cela a pu se produire. Ce sont des pages d'histoire qui devraient aussi déranger les Africains car tout cela n'aurait pu se faire sans l'appui de certaines ethnies. Que l'on retravaille l'histoire, c'est une nécessité, mais qu'elle soit travaillée de façon plus équilibrée l'est aussi. La relation d'attraction-répulsion que l'Afrique entretient avec la France démontre qu'il n'y a pas eu que du négatif dans la colonisation. Non à la paresse intellectuelle, qu'entretiennent effectivement et souvent à dessein, des régimes qui nous demandent toujours plus de repentance mais se gardent d'ouvrir eux-mêmes les débats que pourraient utilement inspirer leur histoire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-François Mattéi

Professeur de philosophie politique et sociale à l'université de Nice Sophia Antipolis et membre de l’Institut universitaire de France.

Auteur de plusieurs essais sur le monde moderne et la culture européenne, dont Le procès de l'Europe (PUF, 2011)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€