Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Théâtre National de Strasbourg : quand le gendre de Jack Lang remplace la nièce de Martine Aubry

La récente et mouvementée arrivée à la tête du Théâtre National de Strasbourg de Stanislas Nordey, qui succède à Julie Brochen, est une triste et remarquable illustration du système discrétionnaire qui prévaut pour les nominations par le ministère de la Culture.

Editorial

Publié le - Mis à jour le 26 Novembre 2014
Théâtre National de Strasbourg : quand le gendre de Jack Lang remplace la nièce de Martine Aubry

Il y a eu le feuilleton du Musée Picasso dont la réouverture après cinq ans de travaux a moins préoccupé le ministère de la Culture cette année que la polémique sur celui ou celle qui en tiendra désormais les rênes. La présidente de l’établissement jusqu’au mois de juin dernier, Anne Baldassari, étalant largement dans la presse les conditions troubles dans lesquelles elle a été débarquée par Aurélie Filipetti alors que son mandat courrait pourtant jusqu’en 2015.

Il y a eu aussi l’été dernier l’incroyable coup de malchance du directeur du Théâtre National populaire de Villeurbanne, Christian Schiaretti, qui était candidat au poste d’administrateur général de la Comédie-Française. Figurant parmi les trois noms les plus susceptibles de pouvoir prendre la tête du Théâtre Français, Christian Schiaretti a rédigé, à la demande du ministère de la Culture et comme les autres candidats, son projet pour la Comédie-Française. Mais pas de chance : le document s’est égaré quelque part entre la Rue de Valois et l’Elysée qui ne l’a donc jamais lu.

C’est bien sûr un malencontreux hasard si les deux dossiers parvenus à la présidence de la République ont été ceux des deux seuls candidats qui furent reçus personnellement au Château durant le processus de candidature.

A Strasbourg, un insistant parfum de copinage a une nouvelle fois embaumé tout le processus de nomination du nouveau directeur du Théâtre National.

En 2013, le bilan de la directrice de l’établissement public, Julie Brochen, n’a rien d’extraordinaire. Le nombre de spectateurs et d’abonnés est à la baisse. L’accueil réservé aux spectacles qu’elle a montés est mitigé (concernant sa mise en scène "d'En attendant Psyché" qui s’est fait éreinter par critique, c’est un euphémisme…). Plus important encore pour certains, le manque d’implication de Julie Brochen dans la vie de l’école d’art dramatique du TNS et la mauvaise ambiance qui y règne posent problème. La ministre de la culture Aurélie Filipetti souhaite donc ne pas reconduire la directrice puisque son contrat arrive à terme.

Mais Julie Brochen bénéficie de soutiens politiques. Le fait qu’elle soit la nièce de Martine Aubry n’a évidemment rien à voir avec cela. Mais les interventions et les coups de téléphone judicieusement passés rue de Valois réussissent à convaincre la ministre de la Culture de garder Julie Brochen à Strasbourg. Un étrange accord est alors conclu entre les deux femmes : le mandat de directrice du TNS est d’une durée de trois ans, mais il n’est renouvelé qu’à la condition que Julie Brochen s’engage à quitter ses fonctions au bout d’une année, soit en juin 2014. Tout le monde se tape dans la main. Mais lorsque l’échéance approche, problème : plus question pour Julie Brochen de laisser la place.

Après un bras de fer par avocats interposés, Julie Brochen finit par accepter de quitter son poste le 15 septembre dernier, contre réparation financière tout de même. Rien de grave : après tout, ça n’est que de l’argent public…

Stanislas Nordey peut donc enfin prendre la place toute chaude. Ce metteur en scène choisi par le ministère de la Culture a basé son dossier de candidature à la direction de l’établissement strasbourgeois sur son ambition de rendre le théâtre plus accessible à tous. "J’ai toujours travaillé pour les classes défavorisées", explique-t-il. L’objectif est plus que louable, mais personne rue de Valois ne semble avoir voulu se souvenir que, dans ce domaine, Stanislas Nordey traine une sacrée casserole.

Rendre le théâtre plus accessible, c’était exactement l’ambition du jeune metteur en scène lorsqu’il dirigeait le théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis à la fin des années 90 avant de le laisser au bord de la faillite, confiant aux bons soins des contribuables de combler le déficit d’environ 10 millions de francs creusé en moins de deux ans. En matière de référence de bonne gestion, on a déjà vu mieux. Mais Stanislas Nordey est désormais aux commandes du prestigieux TNS, le seul théâtre national de France situé hors de Paris. Et le fait qu’il soit le beau-fils de Jack Lang n’a évidemment rien à voir avec cela (Stanislas Nordey était l’époux de la comédienne Valérie Lang, soudainement décédée l’année dernière).

Pour l’instant, Stanislas Nordey qui vient de s’installer dans ses nouvelles fonctions accompagne donc une programmation encore conçue par celle qui l’a précédé. Dans dix jours, ce sera la première représentation d’un Cyrano de Bergerac mis en scène par George Lavaudan. Peut-être l’occasion pour ce le petit monde du théâtre de se remémorer les paroles du héros d’Edmond Rostand : "Moi, c'est moralement que j'ai mes élégances".

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 25/11/2014 - 18:18 - Signaler un abus Une solution simple

    rendre au TNS sa vocation initiale Le parlement d'Alsace et Moselle (pas de Lorraine)

  • Par assougoudrel - 25/11/2014 - 18:53 - Signaler un abus Moi, Président

    de la République...

  • Par vangog - 25/11/2014 - 19:03 - Signaler un abus La prime aux mauvais!

    À force de mettre de bons socialos mais mauvais gestionnaires aux commandes de la Culture française, celle-ci est en chute libre, notre cinéma ultra-subventionné est minable et aucun acteur intéressant ( je parle de véritable acteur, pas d'humoriste ou de journaleux recyclé, ni de copain récurrent du pouvoir socialo, type Arditi...) n'émerge des 250000 intermittents grassement subventionnés par les français. Le nombre de bons acteurs était plus important, avant 1983 et les conneries socialistes, lorsque les acteurs n'étaient pas plus de 10000 et n'étaient pas subventionnés...cherchez l'erreur!

  • Par artesan - 25/11/2014 - 19:13 - Signaler un abus La culture Etatisée

    Merci M. Guyot pour cet article très éclairant. On se doutait tout de même que la culture subventionnée, étatisée, politisée (surtout à gauche, vu que c'est surtout elle qui défend le "monde de la culture" en l'abreuvant d'argent public) était un monde de copains et de coquins (au service bien évidemment, de la "démôcrass..ie" de notre "spécificité culturelle" et du "bon peuple"). Les mêmes causes produisent partout les mêmes effets. En France, comme en URSS, la culture étatisée, c'est la mort de la culture.

  • Par Texas - 25/11/2014 - 19:47 - Signaler un abus Et quand ils sont bons..

    ...comme Luc Besson , on ne manque pas de leur infliger des amendes disproportionnées ( 200000 Euros ) pour des " comptes imprécis " sur EuropaCorp ! . Tant pis pour le Milliard annuel de subventions aux productions bidons .

  • Par jmpbea - 25/11/2014 - 20:32 - Signaler un abus Et le fils de Taubira alors?

    Ah oui merde..il est en tôle c'est vrai!

  • Par le Gône - 25/11/2014 - 22:34 - Signaler un abus Ah nom de Dieu

    toutes ces magouilles socialo me font gerber...

  • Par ELLENEUQ - 26/11/2014 - 07:26 - Signaler un abus Quelles sales gueules !

    Les deux mafieux qui font leurs bédides magouilles entre coquins ! La France propre et donneuse de leçons ferait mieux d'aller se torcher d'abord !

  • Par Anguerrand - 26/11/2014 - 14:10 - Signaler un abus Jamais un pouvoir n'aura casé autant de copains

    Toute la promotion " Voltaire" de l'ENA et les copains- familles de copains ont été mis à la tête du pays. Le prochain président aura du travail à virer tout ce beau monde...et sera taxé d'épurer, par la gauche, on a déjà connu ça du temps de Mitterrand, mais la c'est encore pire.

  • Par crobard007 - 27/11/2014 - 03:19 - Signaler un abus Comme au bon vieux temps...

    de la dictature, n'oublions pas que nous sommes en république socialiste soviétique, ce qu'on appelle la droite fait de même. Un petit goût de corruption propre aux dictature !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Guyot

Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€