Mercredi 23 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un terroriste peut-il aujourd'hui changer l'Histoire ?

Les terroristes qui perpétuent des attentats de façon isolée comme Anders Breivik à Oslo ont-ils raison de penser qu'au-delà de l'horreur, leur geste pourra changer l'Histoire ? Que le sang vaut la peine d'être versé s'il peut faire avancer une cause ou éviter d'en faire couler encore davantage ? Gavrilo Princip n'a-t'il pas été le déclencheur de la première guerre mondiale en assassinant l'archiduc François Ferdinand, héritier du trône d'Autriche Hongrie, en 1914 ?

Retour vers le futur

Publié le 5 août 2011
 
Attentat de Sarajevo

Attentat de Sarajevo

Tout terroriste prétend changer l'Histoire : d'un coup de poignard ou de pistolet, il espère renverser un rapport de force, supprimer un obstacle à la libération, réveiller un peuple... Platon et Aristote discutaient déjà de la légitimité du tyrannicide : l'assassinat d'un dictateur est il juste si sa mort rend le pouvoir au peuple ? Les terroristes révolutionnaires qui se multiplient dès la fin du XIX° siècle en Russie et en Europe vont plus loin : ils démocratisent le principe. Ils acceptent de se rendre coupables, pour que, selon l'expression de Camus, « la terre se couvre d'innocents ». Comprenez : la mort de quelques cibles symboliques (policiers, bureaucrates, politiciens complices du système) peut accélérer la Révolution, et donc, au final, économiser le sang d'une émeute menée par les masses, mais plus risquée et plus tardive. Les successeurs donneront une définition encore plus large de la cible légitime (des gens dans un autobus, si leur mort peut constituer un message efficace et faire céder un gouvernement injuste, par exemple).

« Économe de la mort »

La démarche qui amène Breivik à tuer 76 personnes avec la froideur d'un bourreau est-elle si différente ? Acceptant, il le dit lui-même, d'apparaître comme le plus grand criminel depuis la seconde guerre mondiale, il est persuadé que son nom sera réhabilité dans quelques décennies. Probablement en 2083, date pour laquelle il a prévu la libération de l'Europe. Il pense en effet que son geste servira de détonateur : les bons Européens prendront conscience qu'ils sont menacés d'asservissement par l'Islam, "religion génocidaire" aidée par ses complices "multiculturalistes", comme les jeunes travaillistes "collabos", qui, dans son optique, ont bien mérité leur sort.

Qu'est-ce qui est délirant chez Breivik ? D'avoir la phobie de l'islam, de détester "l'Autre", de se replier sur son identité ou de refuser "la différence" comme on nous le répète a satiété depuis quinze jours ? Peut-être, mais à ce compte ceux qui haïssent le capitalisme ou le bolchevisme, le subversif ou le colonialiste, l'occupant anglais ou espagnol, le sioniste ou le feddayin (et leurs inévitables "complices") sont des millions.

La spécificité d'un Breivik c'est de se comporter en économe de la mort : tant de sang versé vaut tant de publicité pour ses idées ; cela fait gagner tant de temps dans la prise de conscience du peuple. Même si ledit peuple n'a nullement mandaté le Norvégien pour le sauver, il investit des morts pour toucher les dividendes de l'Histoire. Pour le moment, les réactions ne semblent guère lui donner raison. On peut parier que pendant quelques années, quiconque se risquera à douter de la douceur foncière de l'Islam ou des bienfaits de la diversité se verra accuser de nourrir les fantasmes annonciateurs de massacres d'Oslo. Mais qu'un raisonnement soit démenti par les faits ne l'a jamais empêché de trouver repreneur.

Massacre, mimétisme et efficacité

Demain, un écolo fou, le sectateur d'une religion apocalyptique, ou un obsédé d'un complot quelconque peut-il imiter Breivik ? La réponse est dans la question : c'est Breivik qui, d'une certaine façon, a imité Unabomber (années 1980), Baruch Goldstein (au tombeau des Patriarches en 1994), Timothy McVeigh (à Oklahoma City, 1995), ou le gourou d'Aum Shinrikyō (dans le métro de Tokyo, 1995), sans parler des jihadistes solitaires ou spontanés. Or le principe de mimétisme peut jouer demain pour une autre Cause.

Mais l'affirmation que le terrorisme change l'Histoire est ambiguë. Certes, l'assassinat de Kennedy, de Yitzhak Rabin ou d'Indhira Gandhi ont bouleversé la donne. Certes, l'homme qui fait exposer une bombe contre l'hôtel King David, la gare de Bologne ou le Drakkar de Beyrouth pèse plus qu'une armée sur le cours des événements. Mais en quel sens à long terme ?

Israël, l'Algérie ou l'État palestinien auraient-ils existé plus tôt, plus tard ou pas du tout, si leurs partisans n'avaient pas tué des innocents pour la cause ? Provoquer une réaction adverse, comme une répression disproportionnée ou une guerre (deux dans le cas du 11 septembre) fait-il avancer ou reculer les valeurs que l'on défend ? Du gouffre de cette question indécidable peuvent surgir ceux que Dostoïevski, le premier écrivain à décortiquer le raisonnement terroriste, nommait les Démons.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par veryliberalguy - 06/08/2011 - 00:46 - Signaler un abus @Chamaco. Bin si tous les

    @Chamaco. Bin si tous les extrêmes sont dangereux. Ca n'aurait pas poser problème que Breivik déteste l'immigration ou la gauche. En démocratie, les partis politiques sont censés représenter les opinions de tout le monde. Y a pas de pensée unique qui tienne ok, mais de là à être haineux au point de commettre un carnage génocidaire... Même son père veut qu'il se suicide !

  • Par Chamaco - 05/08/2011 - 19:10 - Signaler un abus @ veryliberalguy

    si je vous lis bien le terrorisme d'extrême gauche est tolérant, non dangereux ni non menaçant "pour nos nations".
    *
    j'aime beaucoup ce niveau de commentaire !

  • Par veryliberalguy - 05/08/2011 - 17:39 - Signaler un abus J'espère que cet acte

    J'espère que cet acte terroriste permettra aux Norvégiens de rester davantage unis et fermes face au racisme. Il est important de comprendre que le terrorisme d'extrême-droite est aussi dangereux et potentiellement menaçant pour nos nations, que le djihadisme. Un point commun entre ces deux types de terrorisme : l'intolérance sous toutes les formes.

  • Par australis - 05/08/2011 - 14:47 - Signaler un abus remarques

    La guerre de 14-18 aurait eu lieu avec ou dans l'attentat de Sarajevo et avec ou sans l'assassinat de Jaurés.
    Il existe un cas où le terrorisme a changé l'histoire politique d'un pays. Il s'agit de l'attentat de Madrid en Avril 04, 3 jours avant une élection qui devait reconduire Aznar. Pensant à juste titre que l'attentat était d'AQ, les Espagnols ont élu Zapatero qui a retiré ses armées d'Irak.

  • Par Chamaco - 05/08/2011 - 14:40 - Signaler un abus il faudrait un ouvrage entier.

    comment ignorer - surtout aux 20e et 21e s.- le terrorisme d'état et les "false-flags" ?

François-Bernard Huyghe

François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’IRIS.

Spécialiste des stratégies de l'information (chercheur à l'Iris responsable de son Observatoire Géostratégique de l'Information) il est l'auteur de nombreux ouvrages - dont "l'Ennemi à l'ère numérique" (PUF),  "Comprendre le pouvoir stratégique des médias" (Eyrolles), "Les terroristes disent toujours ce qu'ils vont faire" (avc A. Bauer, PUF) et "Terrorismes, Violence et Propagande" (Gallimard).

Son dernier ouvrage : "Think tanks, quand les idées changent vraiment le monde" (Vuibert).

Son site internet est le suivant : www.huyghe.fr

Voir la bio en entier

Fermer