Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tensions sur les différents modèles d’intégration européens : le cas britannique

La Grande-Bretagne se remet difficilement du meurtre du militaire, assassiné à coups de machette par deux hommes d'origine étrangère ayant revendiqué leur crime au nom d'Allah. Le pays ne pourra sans doute pas s'exonérer d'une sérieuse remise en cause de son modèle d'intégration multiculturel et multiethnique. Deuxième article de notre série sur "les tensions sur les différents modèles d'intégration européens".

Remise en cause

Publié le
Tensions sur les différents modèles d’intégration européens : le cas britannique

"Dans le processus qu’est l’intégration, il y a des phases violentes mais nécessaires."  Crédit Reuters

Premier partie de notre série concernant les tensions sur les différents modèles d'intégration européens : le cas scandinave

Atlantico : En Suède, Stockholm et sa banlieue ont connu quatre nuits de violences entre mercredi et jeudi.

Les incendies de voitures, dégradations et jets de pierre, d'abord confinés à Husby, un des quartiers pauvres de Stockholm, se sont étendus aux autres quartiers défavorisés et abritant la plus forte concentration d'immigrés. En quoi la situation est-elle comparable aux émeutes de Londres en 2011 ?

Moustapha Traoré : L’intégration, tout comme la démocratie, est un processus idéal jamais achevé mais qu’on se doit toujours de tenter d’atteindre et d’améliorer. Exemple : les États-Unis pensaient être une démocratie dans les années soixante et pour cela ils s’opposaient à l’URSS, alors qu’en réalité nous le savons très bien qu’il ne s’agissait pas d’une démocratie puisque dans certains états du sud des États-Unis, les noirs n’avaient pas le droit de vote. Le même constat peut être fait avec les femmes en France en 1945. Ce que nous concevons comme étant démocratique aujourd’hui peut ne pas paraitre comme tel lorsque nous porterons un regard sur nos sociétés dans 50 ans. C’est la même chose pour le processus d’intégration. 

Dans le processus qu’est l’intégration, il y a des phases violentes mais nécessaires. Est-ce que les noirs  auraient eu le droit de vote aux États-Unis, s’il n’y avait pas eu les émeutes de Notting Hill, le mouvement des droits civique avec Martin Luther King, Angela Davis, Malcolm X, et Mohammed Ali et les Blacks Panthers ? J’en doute.

En Grande-Bretagne ce sont les émeutes de Brixton en 1981 qui vont marquer le début d’une réelle politique d’intégration. Le rapport  de Lord Scarman sur les raisons et le déroulement des émeutes est accablant. Il parle d’un système institutionnellement raciste et discriminatoire en Grande-Bretagne. Aujourd’hui la Grande-Bretagne est largement reconnue pour être un pays multiculturel à tout point de vue, même si à travers la famille royale, l’église Anglican et le "settlement Act 1701" on peut voir ses limites. Les émeutes de Londres en 2011 sont les premières émeutes post raciales dans la mesures ou les deux communautés largement impliquées étaient les blancs et les noirs (plus précisément les jamaïcains). La communauté indo-pakistanaise qui tient les affaires en a été victimes notamment dans la ville de Birmingham où deux d’entre eux ont été assassiné par des émeutiers alors qu’ils tentaient de protéger leur commerce. Les communautés musulmanes et sikhs ont toujours été très opposées et même rivales. Mais pour la première en 2011 on a pu assister à des rassemblements de musulmans indo-pakistanais et sikhs qui s’unissaient et se mobilisaient dans l’intention de faire face aux émeutiers.

Ce mercredi, un soldat britannique a été assassiné à Londres à coups de couteau et de machette par deux hommes d'origine étrangère qui ont revendiqué cet acte terroriste au nom d’Allah. Ce crime est-il, selon vous, lié, à un problème d'intégration ?

Moustapha Traoré : Le meurtre d’un militaire britannique qui a eu lieu mercredi est un crime horrible. Cependant, comme je le disait dans mon livre L’intégration de culture musulmane en Grande-Bretagne, des principes à la réalité, (l’Harmattan, 2011), à l’heure de la mondialisation le concept d’intégration doit aussi être envisagé à l’échelle mondiale. En d’autres termes les pays qui ont fait le choix de l’intégration, et non de l’assimilation, doivent  prendre en considération qu’en intégrant de nouvelle population, leur société devient multiculturelle, multiethnique voire multiconfessionnelle. Il est nécessaire dans ce cas d’être vigilant en ce qui concerne le traitement que l’on fait des autres nations et ce surtout depuis les progrès informatiques et le raccourci des frontières que cela a engendré. Il apparait contradictoire d’œuvrer en faveur de plus de démocratie et de l’intégration des minorités dans son pays et en revanche en matière de politique extérieur mépriser ou produire de l’injustice dans les pays d’où sont originaire nos minorités. Dans un monde globalisé ou mondialisé cela porte atteinte forcément à la volonté et à la sincérité de notre démarche vers des sociétés et un monde plus démocratique et plus égalitaire. L’intégration est une démarche qui va dans le sens de l’équité et de la justice, et c’est en cela qu’il doit être analysé et compris en rapprochement avec la démocratie.

Selon l’auteur du crime de mercredi c’est la politique extérieure de la Grande-Bretagne qui a motivé son acte. Il y voit un "eux" et "nous", une opposition. Parmi ses identités multiples, il semblerait que celle de sa confession religieuse l’oppose à la politique extérieure menée par la Grande-Bretagne. Ceci nous invite donc à prendre en compte les politiques extérieures dans la conception du processus d’intégration.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Equilibre - 28/05/2013 - 10:42 - Signaler un abus 1984 et le camp des saints

    Remplacement de population et vocabulaire orwellien, avec oubli de certaines phases, manifestations. Pas un mot sur les manifs à Londres où on pouvait voir isslam will dominate the world et autres joyeux slogans multiculturelles Pas un mot sur la chasse aux pédés dans les quartiers isslamisé Rien sur une nouvelle "traite des blanches" via les pakistanais... Il y a autant de démocratie dans le multiKulturalisme que de neurones dans la tête du présiglan; ceci a été visible chez les ricains avec la campagne d'obamo et les latinos avec des mesures bien spécifiques; tout ceci n'est que perversion du mot Je n'apprécie guère les politiques menés à l'extérieur mais se servir de l'argument du multiKul est symptomatique d'une époque vide de sens quant aux arguments apportés. Je donnerai le mot de la fin à un prédicateur musulman qui n'a pas condamné le décapitation en règle et invite les anglais à partir de leur propre pays s'ils ne sont pas contents, vu qu'il est "anglais", lui. Le multiKulti, c'est la guerre, ce n'est qu'une phase transitoire jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'une, de culture, à la fin.

  • Par laïcité - 28/05/2013 - 10:49 - Signaler un abus Si cet assassinat barbare

    pouvait au moins ouvrir les yeux des Britanniques sur la réalité non seulement de l'islamisme mais bien de l'islam lui-même !...Tous ceux qui ont lu attentivement les textes sacrés de l'islam (biographie de Mahomet, le Coran et les principaux Hadiths ) sont bien sûr d'accord avec une Wafa Sultan pour qui c'est l'islam lui-même qui pose problème!...Mais oser dire cela dépasse le courage des responsables occidentaux actuels!...Comme pour la crise économique, ils pratiquent la fuite en avant en persistant dans la politique de l'autruche!...Jusqu'à quand, là est toute la question !!!

  • Par vangog - 28/05/2013 - 11:01 - Signaler un abus Fin de la naiveté et du clientélisme électoral!

    Blair et sa propagandiste pro-immigrationiste Yvette Cooper ont fait venir 5.5 millions d'immigrés dans les années 90, hors du traditionnel commonwealth et pour des raisons purement électoralistes, comme tous les gouvernements socialistes Européens. La GB va maintenant payer pour le clientélisme irresponsable des socialistes, comme tous les pays Européens qui ont utilisé ce stratagème pour compenser leur hémorragie électorale.

  • Par golvan - 28/05/2013 - 11:33 - Signaler un abus " Cela nous invite à prendre

    " Cela nous invite à prendre en compte les politique extérieures dans le processus d'intégration" Elle est bien bonne celle là . On pourrait plutôt penser qu'il conviendrait de limiter l'immigration à des populations dont on pense qu'elles seront capables de se fondre dans une culture qui leur est jusque là étrangère. Ca s'appelle de la prévention et c'est la pierre d'achoppement de la politique socialiste dans le domaine de la délinquance, du moins théoriquement.

  • Par mado83@free.fr - 28/05/2013 - 11:43 - Signaler un abus propagande

    Les Anglais ont laissé des propagantes meurtrières (à Central-Park et ailleurs) se multipier, le résultat est là.. L'intégration N'EST PAS SOUHAITE par ces populations qui restent "entre elles" et se servent du pays d'accueil comme d'un support qui leur permet d'exister..Les extrèmistes de tout poil sont "nourris" par nos démocraties trop permissives!! CQFD..

  • Par Alex de M. - 28/05/2013 - 11:46 - Signaler un abus Si tous les systèmes d'intégration sont en "difficulté"

    Peut être faut il ENFIN inverser la lecture de la problématique. Si différents système d'intégration qui fonctionné par le passé ne fonctionnent plus. C'est peut être que le problème n'est pas dans le système mais dans la population à "intégrer". Quand certains ne viennent QUE pour profiter d'avantages économiques qu'ils sont incapables de se bâtir, leur objectif n'est pas de "s'intégrer" mais uniquement de profiter. Et donc il leur vient forcément après quelque temps la sensation qu'ils ne 'profitent ' pas assez ! Il est donc temps d'essayer ENFIN l'intégration par le retour au pays d'origine. ABROGATIONS !

  • Par Oli38 - 28/05/2013 - 12:18 - Signaler un abus @ Alex de M.: Bon sens!

    Alex de M. fait uen remarque pleine de bon sens: "Quand certains ne viennent QUE pour profiter d'avantages économiques qu'ils sont incapables de se bâtir, leur objectif n'est pas de "s'intégrer" mais uniquement de profiter. Et donc il leur vient forcément après quelque temps la sensation qu'ils ne 'profitent ' pas assez !" C'est aujorud'hui le coeur du probleme d'une immigration massive dans une societe assez permissive... Quand les italiens ou les polonais venaient en France, ils cherchaient des conditions meilleures et etaient pret a accepter ce qu'on leur proposait, c'est-a-dire l'assimilation plus ou moins forcee. Aujourd'hui, trop d'immigres EXIGENT de meilleures conditions de vie, ce qui est legitime, mais le considere comme un du sans contrepartie. Il y a la un basculement qui rend la situation explosive.

  • Par arobase - 28/05/2013 - 12:54 - Signaler un abus et bien agissons , signez là ...

    http://www.activism.com/fr_FR/petition/demande-d-un-projet-de-loi-par-la-france-d-interdiction-de-l-id-ologie-islamiste-radicale/44203

  • Par vangog - 28/05/2013 - 12:59 - Signaler un abus @ Oli38 Oui, à la différence près, que certains socio-démagogues

    ont promis aux étrangers ces meilleures conditions de vie, agrémentées d'allocations à profusion et de dérogations au mode de vie occidental (polygamie, prière de rue, alimentation exclusive, foulard etc...) La responsabilité est donc plus du coté des socio-démagogues irresponsables qui ont attiré les étrangers venant de contrées moins assimilables, car trop archaïques en terme de Religion et de mode de vie. Depuis Mitterrand, nous savons que les socialo-écolo-cocos ont attiré ces communautés pour combler leur hémorragie électorale causée par leur incompétence et l'inflation de la dette qu'elle provoque. Et les Français continuent à voter en masse pour les mêmes incompétents... Vous voyez que les responsabilités sont plus partagées qu'on ne croit, entre votants, socio-démagogues et immigrés qui ont cédé aux sirènes de ces socio-démagogues...

  • Par casanova - 28/05/2013 - 13:54 - Signaler un abus Tous les modèles européens d'intégration ont échoué

    Le problème qui se pose maintenant pour tous nos leaders et gouvernement sociaux-démocrates ou sociaux-libéraux (qui se partagent le pouvoir depuis plus de 30 ans) est de savoir si les populations autochtones accepteront de gré ou de force et sans de s'intégrer aux étrangers qui envahissent nos territoires Ce, d'aucuns appellent à juste titre le "grand remplacement" des populations européennes. Peuples d'Europe réveillez vous avant qu'il ne soit vraiment trop tard!

  • Par casanova - 28/05/2013 - 13:56 - Signaler un abus Tous les modèles européens d'intégration ont échoué

    Le problème qui se pose maintenant pour tous nos leaders et gouvernement sociaux-démocrates ou sociaux-libéraux (qui se partagent le pouvoir depuis plus de 30 ans) est de savoir si les populations autochtones accepteront de gré ou de force et sans risque de guerre civile de s'intégrer aux étrangers qui envahissent nos territoires. Le choix de la préférence étrangère, ce, d'aucuns appellent à juste titre le "grand remplacement" des populations européennes. Peuples d'Europe réveillez vous avant qu'il ne soit vraiment trop tard!

  • Par unlecteur - 28/05/2013 - 13:58 - Signaler un abus Un peuple, une terre...

    Toutes les sociétés pluri-ethniques/confessionnelles sont en tension perpétuelle, ou se séparent d'elles-mêmes, exemple : http://www.fdesouche.com/376448-caroline-du-nord-la-fuite-des-blancs-inquiete-les-autorites-scolaires

  • Par Duffy - 28/05/2013 - 14:00 - Signaler un abus A ma connaissance les noirs ont eu le droit de vote en 1870.

    15e amendement. En 1965, certain frein au vote - des noirs dans des états du Sud - ont été bannis (celui de savoir lire en particulier). Les femmes l'ont obtenu en 1919. Les USA étant une république depuis 1776.

  • Par Duffy - 28/05/2013 - 14:06 - Signaler un abus Pays qui ont choisi l'immigration et l'intégration?

    A quelle occasion? Je ne me souviens pas du référendum gagné par le parti européen pour le remplacement de la population. Cet article est une provocation.

  • Par prochain - 28/05/2013 - 15:40 - Signaler un abus Non-modèles de non-intégration

    La France n'a jais eu une véritable politique d'immigration ne pouvant offrir ni le logement ni du travail aux multitudes sans métier, le regroupement familiale de Giscard a simplement ouvert les vannes. "Modèle" propre à être imité selon Larousse.

  • Par Geolion - 28/05/2013 - 16:57 - Signaler un abus On n'intègre pas et on n'assimile pas l'Islam !

    La Suède comme et la Grande Bretagne sont confrontées à une réalité qu'elles n'imaginaient pas ! Car, on n'intègre pas ou on n'assimile pas des cultures qui ne veulent pas l'être ! Et parmi ces cultures il en est une, qui est la culture musulmane qui permet l'intégrisme. Lisez le Coran et vous verrez que les intégristes, sont plus proches des préceptes, recommandations et injonctions de cet ouvrage que les musulmans modérés...Car dans cet ouvrage il y a des appels au meurtre et mutilations des non croyants ou infidèles à savoir des non musulmans. Il est écrit : "vous ne ferez jamais amis avec les chrétiens et les juifs car ils sont amis entre eux" ...Mais où va-t-on ?? Tapez : "sourates violentes" sur Google et vous serez horrifiés à la lecture de certaines d'entre elles ! La mondialisation de tout fait qu'avec son prosélytisme violent, cette religion, souvent dévoyée par absence structurelle de leader, avance partout ses pions. Et au nom de cette religion, on tue de par le monde aussi bien des musulmans, parce qu'ils sont modérés que des chrétiens et des juifs.. Et surtout, cette religion asservit le politique au religieux ! Alors quid des démocraties occidentales ??

  • Par xenophon - 28/05/2013 - 18:31 - Signaler un abus Bigre

    " Ceci nous invite (donc) à prendre en compte les politiques extérieures dans la conception du processus d’intégration. J'en frémis, en pensant à la variété des populations d' origine étrangère vivant en France, dont, pour beaucoup, le seul point de convergence est l' Islam. Par conséquent, pour plaire à l' auteur, si nous voulons jouer à l' Intégrateur, notre seule politique étrangère possible est de s' adapter à toutes les couleurs de l' Islam, en attendant que Roms et autres citoyens de l' Est soient en nombre suffisant pour que nous nous conformions à je ne sais quoi. L' Intégration, c' est donc quand l' Intégrateur est absorbé pat l' Intégré. C' est une époque merveilleuse; plus besoin de Quai d' Orsay!!!

  • Par consulaire - 28/05/2013 - 18:59 - Signaler un abus Evidemment, les méchants

    Evidemment, les méchants policiers blancs, à Londres, à Brixton, ne pouvaient pas aller contrôler les criminels noirs ! ( toutes les personnes de couleur, c'est sûr, ne sont pas des criminels!). Quand une de ces opérations tourne mal parce que face aux policiers il y a des gens qui veulent se soustraire à la justice, qui n'ont pas respecté les règles du jeux, c'est évidemment la faute aux méchants blancs. Et on continue, puisque selon ce brave traoré, s'il n'y pas intégration, c'est la faute aux blancs européens qui ne veulent décidément pas se plier aux règles des gentils casseurs-immigrés, musulmans et autres, et parce que les démocraties européennes ne prennent pas leurs ordres des pays arabo-musulmans. CQFD. Ce monsieur doit être assez copain avec cet autre grand hypocrite qu'est tariq ramadan

  • Par Bara - 28/05/2013 - 20:35 - Signaler un abus Un article fascisant dans Atlantico ?

    L'auteur conclut "Ceci nous invite donc à prendre en compte les politiques extérieures dans la conception du processus d’intégration.". Ce faisant, il excuse le crime des Nigérians: selon lui, si un pays d'immigration n'adapte pas sa politique extérieure à ceux qui viennent s'établir chez lui, il risque de voir se multiplier ses crimes. Or, en démocratie, la politique extérieure se fait par le vote du peuple souverain, pas sous la pression des assassinats, qu'ils soient commis par des fanatiques religieux ou non. Ce raisonnement fait de Moustafa Traoré fait de lui un fasciste, prêt à soumettre le gouvernement à la terreur. Le problème, c'est qu'il ne s'agit pas d'une exception: combien d'immigrés ne sont pas mûrs pour une démocratie, une laïcité qu'ils ne comprennent pas ? Ceci nous invite donc à prendre en compte les politiques d'ouverture des frontières dans la conception de la démocratie.

  • Par Quid Novi - 29/05/2013 - 05:22 - Signaler un abus Docteur Moustapha Traoré

    "L’intégration est une démarche qui va dans le sens de l’équité et de la justice". Eh bien non, cette affirmation est gratuite et ne repose sur aucun élément concret, ou alors vous confondez avec un album du groupe Cure. L'intégration est un processus visant à ce qu'un étranger (ou désigné comme tel) s'intègre dans une société ou une communauté. Vous commettez une formidable erreur en proclamant le contraire. S'intégrer est un processus qui ne relève en rien d'une quelconque équité ou justice (?), mais bel et bien d'une procédure d'intégration menée par un candidat à celle-ci. En résumé, une communauté est libre d'intégrer qui bon lui semble, ici se situe la justice, et non pas celle exogène que vous souhaitez imposer.

  • Par fentreti - 02/06/2013 - 23:47 - Signaler un abus Il y a une chose à laquelle n'ont pas penser les états

    C'est que la société multiculturelle , une grande partie du peuple n'en veut pas .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Moustafa Traoré

Moustafa Traoré est diplômé d'un doctorat en études anglophones de la Sorbonne. Il est spécialiste du système d'intégration en Grande-Bretagne et de ses limites.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€