Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tempête dans un verre d’eau sale : la France avait-elle vraiment besoin de l’avis d’Edouard Philippe sur les manuscrits antisémites de Céline ?

Le Premier ministre aime la littérature. Et il avait à cœur de le faire savoir.

Bagatelles pour Matignon

Publié le
Tempête dans un verre d’eau sale : la France avait-elle vraiment besoin de l’avis d’Edouard Philippe sur les manuscrits antisémites de Céline ?

Edouard Philippe est, selon toute apparence, un homme très occupé. Il s'occupe de la limitation de vitesse sur les routes, de la SNCF qui déraille, de la dette, du budget, de son parti qui marche de travers. Mais il a trouvé le temps de lire Bagatelles pour un massacre, L'Ecole des cadavres, Les beaux draps, les trois plus célèbres pamphlets antisémites de Céline. Et Edouard Philippe voulait que la France en soit témoin.

"Il y a d'excellentes raisons de détester l'homme mais nous ne pouvons ignorer l'écrivain ni la place centrale qu'il tient dans la littérature française" a-t-il déclaré. Il réagissait ainsi à la polémique qui, de Saint-Germain-des-Prés à Saint-Germain l'Auxerrois, déchire nos élites pensantes à propos de la réédition par Gallimard des trois textes de Céline. Edouard Philippe est pour à condition, que les pamphlets soient mis dans un préservatif qu'on appelle "appareil critique". Cette polémique ressemble à une tempête.

Une tempête dans un verre d'eau. Un verre d'eau sale : celle qui suinte des pages de Céline.

Après la guerre Céline avait interdit qu'on republie ces pamphlets : son ami Hitler avait alors mauvaise presse… Sa veuve, Lucette Destouches, fidèle exécutrice testamentaire, en avait fait de même. Puis Antoine Gallimard est allé voir cette dame âgée de plus de cent ans et a arraché de sa main tremblante une signature libératrice. Un éditeur ça édite. Ca cherche aussi à vendre. Avec Céline auréolé d'un parfum d'interdit c'est le jackpot garanti.

Dans le nouveau Dictionnaire des idées reçues l'auteur de Bagatelles pour un massacre occupe une place de choix. Obligation est faite à tous de répéter les phrases suivantes. "Certes Céline a écrit des textes antisémites mais c'était un grand romancier". "Certes Céline a etc… mais il était un génie de la littérature". "Certes Céline a etc… mais c'était un immense écrivain". "Edouard Philippe (et aussi Philippe Bilger dans Atlantico) n'ont pas dérogé à cette règle.

Quiconque a lu les trois pamphlets de Céline (aisément disponibles sur le net et chez les bouquinistes) a pu y découvrir autre chose que de l'antisémitisme banal. Une expression plate qui ne peut suffire à définir les passions et les pathologies de Céline. Chez lui la haine antijuive est rabique. La haine folle qui habite l'écrivain lui brûle le corps et les entrailles. Il hurle à la mort. Les Juifs sont des rats qui apportent la peste. Et il faut se débarrasser des rats!

Céline était un malade. Avec toutes les caractéristiques d'un psychopathe. Le Tout-Paris de la collaboration était à ses pieds. Le Tout-Berlin aussi. Comme l'a montré Taguieff dans un livre éclairant Céline, qui se plaignait toujours de manquer d'argent, allait tendre sa sébile à l'ambassade d'Allemagne. Quant à sa pathologie elle est attestée par une conversation dont l'écrivain Ernst Jünger alors officier à Paris s'est fait l'écho.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 11/01/2018 - 08:16 - Signaler un abus OUI mon Benoit

    Pourquoi t'appela

  • Par kelenborn - 11/01/2018 - 08:31 - Signaler un abus t'appelais-je Bruno? ....Le

    t'appelais-je Bruno? ....Le docteur Freud , un jour de cuite , y aurait vu une sorte d'"acte manqué" : Bruno l'Ours! Mais tu as raison ! Demander à Bilger, cet allssassien au charme de Kougloff qui a rendu la justice de donner un avis sur Celine c'est comme si Jean-Pierre Coffe avait écrit une lettre d'amour à mademoiselle Bintje! Et avec Philippe, là on tombe des nues, lui qui dépense 750 000 euros d'avion pour rentrer parce que Bobonne lui a adressé un SMS lui expliquant qu'il avait oublié d'éteindre le gaz sous la tête de veau avant de partir, 750 000 euros, une broutille: exactement ce qu'a reçu Loïc Sécher ( non comme amende parce qu'il avait roulé à 85 km) mais en dédommagement de 7 années passées en prison pour un viol inventé de toute pièce par une émule de caroline My Ass! Oui Celine était un pauvre minable mais il faut bien laisser de la lecture aux Soral , aux Plennel et à tout ce que ce pays doit compter de défenseurs du Hamas. Ma grande tante était bonne chez des grands bourgeois, rue Lesueur, lesquels affirmaient qu'Hitler n'avait pas tué assez de juifs pendant la guerre/ Rue Lesueur, là où habitait Petiot , un grand médecin 'hein Adroiteprout) et ami des juifs

  • Par cloette - 11/01/2018 - 09:04 - Signaler un abus parlons de l'écrivain

    sans parler de l'homme. Eh bien je n'ai jamais pu lire plus de trois lignes , je déteste sa prose ,et me demande ce qu'on peut lui trouver .Beurk .

  • Par atlantique07 - 11/01/2018 - 09:48 - Signaler un abus D'accord avec votre conclusion

    Je suis allée sur internet pour voir....Et j'ai regretté d'avoir vu... Au bout de 4 pages de Bagatelles pour un massacre j'ai stoppé car nous ne sommes pas dans l'immonde nous sommes bien au delà.........Par contre je suis d'accord avec la conclusion c'est sans doute le meilleur antidote contre l'antisémitisme..

  • Par JLH - 11/01/2018 - 10:14 - Signaler un abus @cloette

    Je vois que je ne suis pas seul, j'ai essayé "Voyage au bout de la nuit", et comme je suis un peu obstiné, j'ai plus de 3 lignes, environ 150 pages, avec beaucoup d'acharnement, mais j'ai capitulé, je n'ai pas compris ce que les Goncourt trouvent à cette prose. J'ai téléchargé Ballade pour un massacre il y a au moins dix ans, c'est effectivement la prose d'un malade mental, 10 pages suffisent. Mais en réponse à M. Bilger, j'écrivais il y a quelques jours que rien ne peux permettre d'interdire une édition, on sait où çà commence mais on ne sais où çà pourrait s'arrêter, de même je suis opposé aux lois mémorielles qui excluent la "critique historique" qui est toujours indispensable. Ces lois sont l'expression de l'émotion de la société à un moment donné, (voire de rapport de forces), émotion exprimée par des personnes qui en général ne connaissent les sujets, qui les a vaguement potassés avant de bavarder à la télévision, elles n'ont rien à voir avec la réalité historique qui demande des recherches et du travail. Peut-être que je vais choquer M. Rayski, mais je peux citer un chiffre tabou : la shoa c'est 6 millions de morts est probablement exagéré.

  • Par JLH - 11/01/2018 - 10:21 - Signaler un abus @cloette, suite,

    Je l'écris en sachant que je n'ai aucun cousin, oncle ou tante, du coté juif de ma famille paternel, tous ont été assassinés, ils avaient la malchance d'être moldaves, polonais, roumains ..... Mais le nombre est intouchable, absolument pas critiquable (au sens grec du mot, c'est à dire jugé). Pourquoi aussi interdire à M. Faurisson d'exprimer son point de vue, dans le cadre d'un débat, avec un contradicteur, c'est interdit (et ce Monsieur est peut être mort aujourd'hui, ou bien vieux). Essayez aujourd'hui encore de contester les 65000 morts communistes pendant la dernière guerre, où d'expliquer que le Parti n'a pas été très "enthousiaste" à entrer dans la résistance...., il y a mille exemples, En conclusion, liberté de publier, liberté de débattre, quelque soit le sujet, suppression des lois mémorielles.

  • Par atlantique07 - 11/01/2018 - 10:58 - Signaler un abus Pas d'accord avec Cloette

    Faurisson est négationniste et a été condamné de nombreuses fois pour ce fait. Et je trouve que dans cette tragédie compter le nombre de sacrifiés est pour le moins inopportun....Et c'est un euphémisme...

  • Par cloette - 11/01/2018 - 15:31 - Signaler un abus @atlantique07

    Je n'ai rien dit de tel dans le fil des réponses. Mais j'avais pu émettre un tel avis ( c'était à-propos de Dieudonné, en fait ,je ne sais plus ce qui est le mieux, je suis sans avis à présent . Sauf que de l'interdit nait le fantasme , mais d'autre part, on ne peut nier non plus n'importe quoi )..mais prenons un exemple sans rapport,celui de l'avion MH 370 ,imaginons qu'on interdise toute hypothèse non officielle sur sa disparition, ce serait gênant , c'est pourquoi, on doit être prudent .Aux US rien n'est interdit, et les extrêmes ont droit de dire ce qu'ils veulent : résultat: ils sombrent dans le ridicule comme le Ku Klux Klan ou les créationnistes .

  • Par Alain Briens - 11/01/2018 - 15:39 - Signaler un abus Sujet complexe !

    J'ai eu l'occasion de feuilleter "Bagatelles...", c'est à la fois abominable et ridicule. Il faudrait d'ailleurs mettre en garde les amoureux du "Voyage" ou de "Mort à crédit" quant à l'impact d'une telle publication sur l'image des œuvres de Céline..au delà du blabla sur la nécessaire séparation de l'écrivain et de ses ouvrages, "Bagatelles..." est tellement nauséeux qu'il devient difficile de tout oublier en lisant les aventures de Bardamu. Alors, publier, ne pas publier ? En ce qui concerne les pamphlets de Céline ça me parait très dispensable mais on retombe toujours sur la même question : qui décide de ce qui est publiable et de ce qui ne l'est pas ? L'esprit de complotisme est-il favorisé par la libre divulgation des théories les plus grotesques et les plus odieuses ou au contraire par leur censure qui donne l'impression qu'"on" veut cacher la vérité ? Question qui mérite mieux à mon sens que des affirmations manichéennes.

  • Par moneo - 11/01/2018 - 17:26 - Signaler un abus je vais le répéter

    voir article Bilger 1/ Celine grand écrivain ? ma foi ,chacun ses goÛts ;moi je n'ai pu terminer voyage au bout de la nuit (il y n a d'autres) 2/ j'ai lu les 3/4 de Mein Kampf ;impossible de terminer c'est pire que Celine question Style et c'est une abomination pathologique. mais je rejoins mr Rayski il faut les publier ( Gallimard renonce je rejoins FOG nous sommes dans un pays de merde ou les libertés disparaissant les unes après les autres et on nous prend pour des demeurés dont il faut tenir la main et diriger le regard) ce qui sont anti sémites le resteront , ceux qui n'ont pas d'opinion ne le deviendront pas et les autres auront la confirmation que Celine et les antisémites sont des malades mentaux

  • Par Rayski - 11/01/2018 - 18:22 - Signaler un abus moneo

    Excellent commentaire

  • Par vangog - 11/01/2018 - 19:26 - Signaler un abus J'adore céline, mais je n'ai pas lu sa prose antisémite...

    et je ne la lirai pas. Non pas par amour pour Rayski, mais parce que Céline, lui-même avait regretté l'avoir écrite. Chaque homme a droit à la rédemption, si ses regrets sont sincères. et je rejoins Moneo, car il faut les publier, pour éviter que la la censure de ces ouvrages ne nourrisse l'antisémitisme.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 11/01/2018 - 21:46 - Signaler un abus Encore et toujours la langue

    Encore et toujours la langue de bois....Tout le monde tourne autour du pot, et personne n'ose dire que le fond du problème est avant tout de ne pas donner des "munitions" aux islamistes .... En plus c'est con parcequ'ils sont déjà presque tous convaincus et les autres, savent à peine lire.... Mais bon, ça fait vendre du papier.....

  • Par Le gorille - 12/01/2018 - 00:23 - Signaler un abus Eau de boudin

    Qui avait raison, au bout du compte ? Céline ! Il avait interdit... il a été obéi ! Peut-être pas pour les "bonnes" raisons, je vous l'accorde !

  • Par ISABLEUE - 12/01/2018 - 11:41 - Signaler un abus de quoi je me mêle .. On se fout parfaitement du goût

    du premier ministre en littérature ou en cuisson de sa viande. Je en sais pas s'il faut publier le vomi de celine mais sans moi. peut être ont-ils peur que les racailles les lisent ?? Cela m'étonnerait jamais vu une racaille dans une librairie.. à la fnac, ils ne montent pas à l'étage de la librairie

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€