Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Taxation du livret A : le coup
de poignard de la Cour des comptes aux promesses électorales
de François Hollande

La Cour des comptes propose de taxer par des prélèvements sociaux de 15,5% les revenus dépassant les 15 300 euros placés sur le livret A. Une proposition qui vise à réconcilier les Français avec les entreprises et les entrepreneurs plus qu'avec la protection sociale.

Abbération

Publié le

Atlantico : Dans son rapport « L'État et le financement de l'économie » publié jeudi, la Cour des comptes propose de taxer par des prélèvement sociaux de 15,5% les revenus dépassant les 15 300 euros placés sur le livret A. Selon ce même rapport, 45% de l'épargne des Français finance des entreprises situées hors de l'Hexagone. Cette mesure peut-elle réorienter l'épargne vers les entreprises françaises par le biais de l'assurance vie, au détriment des logements sociaux financés par le livret A ?

Marc Fiorentino : Le livret A connaît un succès phénoménal depuis le début de la crise.

Et l’engouement ne s’est pas démenti avec la barre des 100 milliards de collecte déjà dépassée en 2012. Ce succès n’est pas une bonne nouvelle. Il reflète la peur des Français. Peur de l’avenir, peur du chômage, peur du financement de la retraite. Le livret A est un indicateur majeur d’aversion au risque.

Encourager les Français à investir dans le livret A ou dans les autres livrets défiscalisés est une aberration. Même si une partie des fonds collectés a une fonction de financement social, souhaitable et nécessaire, l’argent investi dans ces produits ultra sécuritaires est détournée de l’économie réelle. Si on ajoute à cela les dizaines de milliards qui sont drainés par l’Etat pour le financement de sa dette, on comprend mieux pourquoi les entreprises, surtout les petites et moyennes, celles qui créent les emplois de demain et font en Allemagne la force de l’économie, n’ont pas accès au financement de leur développement.

Je suis pour une taxation à 75%, puisque ce chiffre est à la mode,  et non 15.5%, sur les revenus dépassant le plafond actuel car je pense que relever le plafond du livret A est une totale absurdité.

Sachant que l'assurance vie est déjà taxée par la CSG et la CRDS, cette proposition est-elle insuffisamment incitative – ou contraignante  pour réorienter l'épargne des Français ? Comment parvenir à améliorer le financement des entreprises ?

L’orientation de l’épargne n’est pas liée à un différentiel de quelques pourcents de fiscalité. L’orientation de l’épargne des Français est liée à la confiance et au discours environnant. Si le taux d’épargne des Français a atteint les 18.6% ce n’est pas parce que le rendement des placements a augmenté, au contraire il n’a fait que chuter, c’est parce que les Français veulent avoir une épargne de précaution. Il faut rétablir la confiance. Dans l’Europe, dans la gestion de notre dette et de notre déficit. Et les épargnants retrouveront, à petites doses, le chemin du financement des entreprises par la Bourse.

Mais il y a également un problème culturel majeur : on ne peut pas être surpris par le fait que les Français n’aiment pas investir dans les entreprises quand les entreprises sont assimilées trop souvent au « Grand capital » et diabolisées. En France remplir son livret A et prêter à l’Etat toujours plus d’argent c’est bien, mais investir dans une entreprise c’est presqu’un crime de lèse majesté.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par carredas - 13/07/2012 - 10:18 - Signaler un abus En effet...

    tant que le langage politiquement correct repris dans les médias et jusque dans les fictions et autres séries télévisées désignera les patrons comme des voyous potentiels et comme l'ennemi du gentil travailleur, il est peu probable que le gentil travailleur investisse dans les entreprises pourtant créatrices d'activité et de richesses...! C'est la même logique qui conduit à surcharger celles-ci de taxes et à s'étonner ensuite que les entrepreneurs entreprennent moins. La France est encore imprégnée par un discours marxiste qui prône la lutte des classes contrairement aux pays nordiques qui ont depuis longtemps établi des relations de partenariat et non des rapports de force entre salariés et employeurs.

  • Par Teo1492 - 13/07/2012 - 11:08 - Signaler un abus Avez-vous remarqué ?

    Désormais, le pouvoir socialiste s'est trouvé une caution morale supplémentaire : la Cour des comptes ! Comme si la Cour des comptes était un organisme indépendant et apolitique... Que ne naïveté...

  • Par PASCONTENT - 13/07/2012 - 14:58 - Signaler un abus Quelle bande de guignols

    qui ne connaissent u'une chose :mettre des Impôts sur les classes moyennes. ! qu'ils commencent à diminuer leur indemnités considérables payées avec nos impôts et taxes diverses.

  • Par amusée - 13/07/2012 - 15:09 - Signaler un abus Bof !

    Tout ça ne me fera pas épargner un seul centime sur un placement fiscalisé (au finish ça ne compense même pas l'inflation) ni même sur de l'assurance vie, donc ça ne changera rien pour moi. La Cour des comptes a juste peur de voir l'épargne se tirer des placements à long terme devenus non rentables.

  • Par GFPGF - 13/07/2012 - 16:22 - Signaler un abus Precedant

    Le précédant Président a,lui aussi, agit comme il convient, en nommant un expert Président de la Cour des comptes. L'actuel Président, futur Président sortant, aura certainement à cœur de lire le Rapport de la Cour des Comptes sur l'état de la France, comme celui de Mr Sartorius sur celui de Peugeot.

  • Par Aiglemalin - 13/07/2012 - 16:39 - Signaler un abus Fontionnaires

    Nous sommes gouvernés par des fonctionnaires et, facteur aggravant, leur cerveau est largement infecté par le tenace virus Karl Marx, qui a fait tant de mal dans le monde entier. Ces gens ne comprennent pas l'économie réelle et n'ont jamais travaillé dans une entreprise privée. Désormais au pouvoir, ils sont bouffis d'arrogance et de certitudes. Dans ces conditions, comment imaginer que notre gouvernement sorte de son dogmatisme idéologique ? Comment les amener à comprendre que le monde est une jungle ouverte ? Comment leur faire entendre que la "morale", la "justice sociale" et l'indignation sélective ne résoudront aucun des problèmes graves auxquels nous sommes confrontés ? C'est désespérant. Twitter : @aiglemalin

  • Par bobocleaner - 13/07/2012 - 19:11 - Signaler un abus son ennemi c'est la finance !

    et ca commence à 15 000 euros sur un livret A . ordures de spéculateurs ;-) peuvent pas vivre à crédit comme tout le monde ? qu'on les mélenchonise , aprés une bonne cure de culpabilisation : le riche c'est TOI lé pépé ou la mémé au Livret A .

  • Par Edomar - 14/07/2012 - 03:11 - Signaler un abus Quid de la capitalisation des intérêts

    La majeure partie des intérêts versés sur les livrets "type A" absorbe tout juste l'érosion du pouvoir d'achat. Leur capitalisation sera-t-elle incluse dans le plafond ? Dans ce cas, mieux vaut le dépenser. Mais pour moi, surtout pas en France ! Bonnes vacances en Grèce ou en Espagne.

  • Par mounette - 14/07/2012 - 19:47 - Signaler un abus je trouvais que doubler le

    je trouvais que doubler le plafond du livret A était idiot, mais je suis contre la taxation de ses intérêts.Si l'on veut aider les entreprises par l'assurance vie, il faut rendre celle-ci plus attractive et nous convaincre qu'elle esr sûre. le président de la Cour des Comptes est socialiste, si je ne me trompe, et a été nommé par Nicolas Sarkozy.Non?Je l'approuve quand il conseille au gouvernement de réduire les déficits publics plutôt que d'augmenter les impôts.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marc Fiorentino

Marc Fiorentino a œuvré pour des banques d'affaires américaines en Europe durant seize ans, puis a créé sa propre société de Bourse, Euroland Finance, et en 2007, un site de conseil en investissement financier, Allofinance.com.

Il est l'auteur de Sauvez votre retraite, paru le 17 janvier 2013 aux éditions Robert Laffont

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€