Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Match Tapie Montebourg : l'intervention de l'Etat dans une transaction privée peut-elle se justifier ?

Dans une interview au JDD, Bernard Tapie affirme qu'il détient un enregistrement audio prouvant que le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a tenté de s'opposer à son rachat des journaux du pôle sud du Groupe Hersant Médias (GHM).

Duel à distance

Publié le
Match Tapie Montebourg : l'intervention de l'Etat dans une transaction privée peut-elle se justifier ?

Dans le JDD, Bernard Tapie assure détenir une cassette prouvant que le ministre du Redressement productif a tout fait pour l'empêcher de racheter les journaux du groupe Hersant. Crédit Reuters

Alors que Bernard Tapie a racheté le Pôle Sud du groupe Hersant Média, dont le journal La Provence fait partie, l'homme d'affaire a précisé qu'Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, aurait essayé de bloquer l'opération, ce que réfute l'exécutif. Le député socialiste Patrick Mennucci, demande même la création d'une commission d'enquête parlementaire. De manière générale, l'Etat doit-il intervenir dans le cadre d'une transaction privée, en particulier lorsqu'il s'agit de médias, c'est à dire d'un contre-pouvoir ?

L'Etat ne doit-il pas cependant veiller à la pluralité et à une faible concentration dans le secteur des médias ?

Aurélien Véron : Le rachat du Pôle Sud par Bernard Tapie n’est pas politiquement anodin. Mais la liberté de la presse est d’autant mieux respectée que les pouvoirs publics ne s’en mêlent pas… et ne faussent pas la concurrence en privilégiant trop lourdement les médias publics. Contrairement à l’idée dirigiste qu’un média public est plus indépendant qu’un média privé, nous observons tous comment chaque pouvoir politique successif pèse sur ses nominations et sa ligne. L’impact éditorial privilégie au mieux les journalistes respectueux du pouvoir, qui ne posent pas trop de questions sensibles, qui n’insistent pas. Au pire, il amène des amis du pouvoir aux postes décisionnels afin de taire les dissidences éditoriales… et les humoristes trop décapants.

La crainte du pouvoir, qu’il soit local ou national, c’est la pugnacité des journalistes à chercher l’erreur, à dénicher un scandale, à révéler l’incompétence des élus et de leur administration. Parfois à faire campagne contre lui, contrairement aux organes de presse alliés qui, eux, ne le dérangent pas. Face aux pressions politiques, l’insoumission des médias est un art difficile, surtout si on admet qu’il n’y a pas d’information neutre. Le choix des sujets, leur angle et leur interprétation sont autant d’actes subjectifs dans la chaîne de l’information. Le seul contrepouvoir efficace et juste, c’est la multiplicité de l’offre médiatique.

Benjamin Dormann : Presse et pouvoir sont aujourd’hui beaucoup trop proches. Sous couvert de « veiller à la pluralité », l’Etat impose ses choix d’opinion à une presse docile, homogène et décrédibilisée. Patrick Mennucci ne demande pas une enquête parlementaire au nom du respect d’un principe, mais au nom d’une crainte personnelle pour son propre mandat local. Il est navrant de voir les titres des journaux : « Tapie rachète La Provence, preuve qu’il a des ambitions pour la mairie de Paris ». Le lien est évident pour tous. Un homme d’affaire de près de 70 ans se lance dans la presse, sans expérience, à des fins d’influence, selon les observateurs : voici ce qu’est le soi-disant contre-pouvoir en France.

Qu’a dit Mennucci d’un groupe de presse, Sud-Ouest, propriété d’un parlementaire ami, qui vote ses propres subventions ? Rien... Qu’a-t-il dit du rachat du Monde par Matthieu Pigasse, ancien directeur adjoint de cabinet du n°2 du gouvernement actuel (Laurent Fabius) ? Rien... Alors que ces élus ne viennent pas nous parler de principes. Il y a longtemps qu’ils les ont piétinés au nom de leurs ambitions personnelles...

Les manque de rentabilité de la presse et sa dépendance aux investisseurs et aides publiques est-elle problématique ?

Aurélien Véron : Le financement et les réglementations de la presse ont engendré une addiction qui rend la mutation du secteur plus difficile. Le contenu attendu n’est plus le même avec la multiplication des médias indépendants sur le câble et sur le net. Qui se souvient du dernier scoop du Monde, pourtant une référence hors de nos frontières ? A côté, le « Pure Player » Mediapart est bien plus petit mais considérablement plus prolifique… et déstabilisant pour les dirigeants politiques et économiques du pays. Son succès prouve que l’indépendance redevient aussi primordiale que la qualité des contenus. L’Allemagne montre qu’avec 300 titres, la taille du lectorat n’est pas un problème pour une presse locale indépendante.

La presse d’investigation ne peut avoir de lien avec le pouvoir ou l’administration si elle veut rester un contrepouvoir efficace et craint. Elle ne doit dépendre que de ses clients, de ses annonceurs et de ses actionnaires. Sa liberté sera d’autant plus grande que ses concurrents seront nombreux et l’obligeront à se démarquer par des scoops et une information plus impertinente vis-à-vis des pouvoirs d’abord publics, mais également privés. Un actionnaire épargné par ses propres médias ne le sera pas par les concurrents avides de créneaux de tir dégagés.

Benjamin Dormann : La presse française est à un niveau de subventions inégalé dans le Monde. Plus de 20% de son CA. Plus de 50% pour certains titres, nationalisés de fait. Les chiffres officiels sont largement minorés, comme le prouve mon enquête « Ils ont acheté la presse », où figurent les vrais chiffres, avec détails.

Les journalistes eux-mêmes disent que c’est un problème, mais ils continuent à mendier des niches et avantages fiscaux pour leur corporation, sans le moindre scrupule, à commencer par Mediapart. Le débat est confisqué. Ils monopolisent la parole sur les plateaux télé et les ondes de radio, et ne supportent pas la critique. On entend que ceux qui ont conduit cette profession au bord du gouffre par leur incompétence, et leur incapacité à s’intéresser à leurs électeurs et à leur évolution.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par carredas - 25/12/2012 - 10:34 - Signaler un abus La presse et le pouvoir

    " Qu’a dit Mennucci d’un groupe de presse, Sud-Ouest, propriété d’un parlementaire ami, qui vote ses propres subventions ? Rien... Qu’a-t-il dit du rachat du Monde par Matthieu Pigasse, ancien directeur adjoint de cabinet du n°2 du gouvernement actuel (Laurent Fabius) ? Rien... Alors que ces élus ne viennent pas nous parler de principes. Il y a longtemps qu’ils les ont piétinés au nom de leurs ambitions personnelles..." Tout est dit...

  • Par Paul Emiste - 25/12/2012 - 10:54 - Signaler un abus Faut voir...

    En démocratie, non! En régime socialiste oui!

  • Par géodith - 25/12/2012 - 10:54 - Signaler un abus Si on laisse faire

    on est cuit.

  • Par belou43 - 25/12/2012 - 11:03 - Signaler un abus Pas de risque

    Pas de risque pour Atlantico, organe de presse du FN.

  • Par sicenetoi - 25/12/2012 - 11:19 - Signaler un abus la presse et l'Eat

    Cela a déjà été dit et il n'est pas inutile de le redire: la presse est trop proche du pouvoir. Mais cette presse vit aussi de l'aide de l'Etat, ce qui est anormal. Mais c'est de nouveau l'histoire de la poule et de l'oeuf.. presse chère parce que peu lue, ou peu lue parce que trop chère ? Les "tabloids" anglais sont beaucoup moins cher, tirent à des millions d'exemplaires, mais quid de la qualité de leur contenu ? Pour ma part, je lis au moins deux quotidiens par semaine ainsi qu'un hebdomadaire. A chacun d'en faire autant et la presse n'en sera plus à quémander l'aide de l'Etat. Celui-c n'aurait jamais du intervenir dans le rachat opéré par Tapie. Pour preuve, il n'a rien empêché..;Quant à Menucci, il a perdu une occasion de se taire.

  • Par Sesmar2 - 25/12/2012 - 11:21 - Signaler un abus l'Etat est bidon!

    Ce groupe n'est pas

  • Par jacques6870 - 25/12/2012 - 11:24 - Signaler un abus La Cour franco-française

    Comment concilier la véritable démocratie (droit d'initiative et droit de référendum accordés aux citoyens, façon modèle helvético-suisse) et la Royauté élue démocratiquement pour 5 ans, qui produit ou reconduit sa Cour ? Consternante République !Mais grâce à Noël, espérons mieux...

  • Par Sesmar2 - 25/12/2012 - 11:25 - Signaler un abus suite

    le groupe n'est pas aidé par l'état que je sache! mais avec les socialos on va arriver à être les nouveaux serfs du 22me siècle, nous devenons la propriété de l'état, humains et matériel, avec hollande c'est une dictature déguisée. Honte à nos dirigents lamentable politiciens de gauche.

  • Par jmpbea - 25/12/2012 - 11:34 - Signaler un abus la liberté de la presse....

    c'était quand ils n"étaient pas au pouvoir! maintenant: aux ordres! je ne veux voir qu'une seule tête !

  • Par Liberte5 - 25/12/2012 - 11:51 - Signaler un abus une presse décrédibilisée

    une presse aux ordres avec des journalistes formatés à gauche,c'est la recette pour la désinformation.heureusement il y a internet.

  • Par choubidou - 25/12/2012 - 11:58 - Signaler un abus Pire que l'intervention de l'Etat , celle de la Justice

    Que Patrick Mennucci demande aussi une enquête parlementaire sur le rapprochement de ces 2 journaux tendance PS qu'on lit tous les jours, contrepartie de 15 ans d’impunité garantis à ce milliardaire, directeur de campagne de F. Mitterrand passé avec 30 Mf à travers le parquet de Paris et aussi .. et aussi ... grâce à un non lieu d'anthologie de 8 lignes 3 erreurs grossières produit par un juge d'instruction défendant les intérêts de l'un des deux journaux et se présentant aux législatives pour le PS, devenu définitif grâce à un magistrat qui vient de rejeter les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.

  • Par yeswecan - 25/12/2012 - 11:58 - Signaler un abus la presse a toujours été majoritairement à gauche

    La presse en France a toujours été majoritairement à gauche. Pour preuve, elle vomissait quotidiennement sur Sarkozy et ne dit rien des horreurs du locataire actuel de L'Elysée, qui mene une politique stalinienne. Avec un Ayrault coutumiers de l'espionnage de ces concitoyens

  • Par pardi - 25/12/2012 - 12:23 - Signaler un abus Un enregistrement, oui, mais tous les titresdu Sud-Est, non

    Que Tapie détienne un enregistrement, tant mieux. RAF. Il peut même en détenir deux ou dix, ça nous est complètement égal. Ce qui est regrettable, ce n'est pas que Montebourg ait souhaité lui barrer la route, mais qu'il ait échoué. Personne ne souhaite voir la presse concentrée dans les pognes d'une petite poignée de propriétaires-parasites. Ce que nous souhaitons?: une presse indépendante. Pas étonnant que le périodique qui vive le mieux soit actuellement le Canard enchaîné. C'est pratiquement le seul qui soit resté indépendant. Quant à dire que le gouvernement actuel est stalinien... on est en plein délire. Le gouvernement actuel ne gouverne rien et n'a pas d'idées, malheureusement. On ne souhaite pas qu'il soit stalinien, mais qu'il ait un peu d'imagination et nous sorte des ornières dans lesquelles nous ont jetés les trente dernières années (de gouvernance incompétante, d'endettement aveugle, d'Europe sans cerveau, de libéralisme anachronique, d'ouverture béante).

  • Par Pierre Gouverneur - 25/12/2012 - 16:36 - Signaler un abus De bon ton de se déclarer de gauche

    est le leitmotiv de bien des médias en France. Comme si se déclarer de gauche suffisait pour avoir un bon comportement citoyen et humain. La séparation des pouvoirs est indispensable dans une démocratie républicaine. La liberté des médias y est notamment indispensable, - ce qui implique le refus de toute ingérence du gouvernement. Et pourtant ... A l'évidence, il reste encore beaucoup à faire pour que chaque citoyen ne soit plus manipulé. Cela passe par le développement de sa lucidité et de son sens des responsabilités, afin de pouvoir, déjà, élire des représentants à la hauteur de leurs tâches et non de leurs ambitions ou idéologies dépassées. La gauche française est encore sous l'emprise des idéaux collectivistes du siècle dernier, - qui ne peuvent se satisfaire sans tenter de tout régenter. www.transrealisme.org

  • Par Canossa - 25/12/2012 - 16:59 - Signaler un abus Presse indépendante oui, mais de gauche…

    En fait à lire certains commentaires (qui oublient que BT fut un jour ministre sous la gauche) on comprend vite que l'idéal serait de n'avoir qu'une presse inféodée à Solférino. Il est quand même pitoyable et "minable" de voir Menucci, allié du clan Guérini (bel exemple démocratique) vouloir réduire "façon puzzle" l'association Hersan/Tapie !! Ce genre d'individus (Menucci) ne doutent de rien et j'espère qu'un jour un membre de la société civil viendra barrer la route à ce politicard professionnel…

  • Par jean-paul - 25/12/2012 - 17:14 - Signaler un abus la france me rend triste :(

    .

  • Par MONTCLAR - 25/12/2012 - 17:41 - Signaler un abus Des preuves en veux-tu en voila

    On se souvient que François Hollande a démenti l'existence d'une lettre adressée par lui à Edouard Balladur. Eh bien, je suis en mesure d'affirmer que cette lettre a bien existé puisque je l'ai reçue sous enveloppe cachetée avec instruction de la remettre moi-même au destinataire. Je n'ai pas ouvert l'enveloppe, l'ai détruite immédiatement et en conséquence le destinataire n'en a jamais pris connaissance. Si ce n'est pas une preuve, ça ...

  • Par Joséphine - 25/12/2012 - 18:26 - Signaler un abus B A BA

    Si l'Etat avait fait en sorte que Tapie paie ses impôts (ce qu'il ne fait pas depuis des années), si une conspiration d'Etat n'avait pas fait en sorte qu'il reçoive 40 milions d'euros d'indemnités pour préjudice moral (alors qu'un innocent emprisonné pendant 7 ans reçoit quelques centaines de milliers d'euros) , Tapie n'aurait pas les moyens aujourd'hui de faire main basse sur la presse provençale. Il ne sert à rien de pleurer sur les conséquences des causes que l'on a favorisées.

  • Par laurentso - 25/12/2012 - 19:20 - Signaler un abus Bernard Tapie est un homme intègre

    qui a toujours conduit ses affaires avec probité et honnêteté. Il aime la presse et les journalistes indépendants. C'est pour cela qu'il va leur faire signer une charte de déontologie. Pour mieux les protéger. Ce Menucci c'est rien qu'un arriviste qui a peur pour son poste. Et les journalistes, c'est tous des trotskystes comme l'a dit M. Zemmour. La preuve, même au Figaro ils font grève!

  • Par belou43 - 25/12/2012 - 19:49 - Signaler un abus @ MONTCLAR

    Suite à ton post du 25/12/2012 - 17:41 CE N'EST PAS UNE PREUVE. A la limite un témoignage, puisque tu dis avoir brulé la lettre cachetée sans la lir

  • Par belou43 - 25/12/2012 - 19:51 - Signaler un abus @ MONTCLAR

    Suite à ton post du 25/12/2012 - 17:41 CE N'EST PAS UNE PREUVE. A la limite un témoignage, puisque tu dis avoir brulé la lettre cachetée sans la lire. . Désolé, il manquait la fin de mon post.!

  • Par OlivR - 25/12/2012 - 20:07 - Signaler un abus Des preuves et des...démissions

    Tapie produit ton enregistrement...et porte plainte Montebourg DEMISSION ! Mediapart/Gonelle produisez toutes vos preuves afin que la justice soit saisie Cahuzac DEMISSION ! Si vous voulez pas passer pour des charlots va falloir faire monter le pression d'un cran les mecs, et au moins à l'avenir vous pourrez continuer à les faire bien flipper parce qu'à mon avis les cadavres dans les tiroirs c'est pas fini !

  • Par sheldon - 25/12/2012 - 20:56 - Signaler un abus Tapie gêne beaucoup la gauche "moralisatrice" post Mitterand

    1. Tapie est une homme du peuple qui a réussi : Hollande et le PS n'aiment plus ceux qui arrivent : ça ne peut être que sur le dos des autres (Hollande : on est riche au dessus de 4000€/mois !!!) 2. Tapie a encore beaucoup d'amis et de personnes du peuple qui l'aiment à Marseille : problème pour l'avenir des Menucci et de Carlotti 3. Tapie leur rappelle la dérive des années Miterrand où ils se sont rendu compte que la France ne pouvait pas être en Europe, dans le monde et avoir une économie dirigée marxisante 4. Tapie a soutenu Sarkozy en 2007, d'où l'acharnement contre le règlement des affaires avec le CL Et cerise sur le gateau Tapie leur renvoie en pleine figure la gabegie des nationalisations : le Crédit Lyonnais nous sommes tous en train de le payer et encore pendant longtemps !!!

  • Par Lama1983 - 25/12/2012 - 21:12 - Signaler un abus Michel Rocard donne désormais raison à NDA, MLP et JLM

    Au sujet de la BDF, il a reconnu que si l'on avait gardé la BDF sans intérêts, comme avant 1973, notre dette ne représenterait que 17 % de notre PIB ! Bref il donne raison à NDA et tous ceux qui s'opposent à la loi de 1973 ! Vous pourrez le lire sur mon blog http://bougerlafrance.kazeo.com/

  • Par 20pierre - 25/12/2012 - 22:12 - Signaler un abus NANAR est dans son JUS

    La castagne, la tuerie, la boucherie, ça : IL AIME

  • Par wolfgangamadp - 26/12/2012 - 10:36 - Signaler un abus Dans un état qui se

    Dans un état qui se revendique de gauche, l'économie dirigée est de mise. On le voit déjà dans le logement où les loyers sont encadrés et la liberté des conventions est bafouée. On a eu la loi de 1948 véritable cancer du logement, la loi de 1982, la loi de 1989. On aura celle de 2013. On est loin de la liberté voulue par les rédacteurs du code civil qui a fait la fierté de la France dans le monde et dont il ne restera bientôt plus grand chose quand la réforme du mariage et de la filiation sera votée... La régression sous motif de modernité. Même la droite actuelle ne s'assume pas. Un mec de droite en 2012 pense comme un gauchiste de 1970. A force, la pensée des gens s'est gauchisée. Bienvenue chez les bolcheviques.

  • Par zelectron - 26/12/2012 - 13:09 - Signaler un abus L'Etat s'occupe de bien trop de choses ...

    ... et a les yeux plus gros que le ventre. Qu'il s'occupe de ses propres domaines régaliens avant de croire un seul instant qu'il est capable de régler un certain nombre de problèmes économiques à propos desquels il n'a non seulement aucunes compétences mais qui plus est se permet de prendre des décisions plus que contre-productives. Quelqu'un comme Montebourg est le parfait exemple de quelqu'un qui s'y croit et à supposer qu'il soit de bonne volonté (ce qui n'est pas prouvé, loin de là) croit niaisement que parce qu'il décide, tout va se mettre en ordre de marche avec l'opération du Saint Esprit (auquel il ne croit pas!).

  • Par MEPHISTO - 26/12/2012 - 16:56 - Signaler un abus Arrière Pensée politicienne

    N' est ce pas la Gauche et plus précisément le Parti Socialiste qui veut s' offrir " une tribune locale " pour conserver ses " bastions du terroir " ou en gagner d' autres.... ce sera sans doute une prochaine marée bicolore bleue et marine qui recouvrira ces littoraux teintés de nuances roses , rouges et vertes

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aurélien Véron et Benjamin Dormann


Aurélien Véron est président du Parti libéral démocrate.

Il est aussi membre du bureau de Réforme et Modernité, association présidée par le député Hervé Mariton. Depuis septembre 2008, Aurélien Véron a lancé les campagnes suivantes : lutter contre la dette en réduisant la dépense publique, baisser la pression fiscale pour libérer la croissance, introduire la capitalisation dans la réforme des retraites.

 


Benjamin Dormann a été journaliste dans la presse financière et trésorier d'un parti politique.

Depuis 14 ans, il est associé d'un cabinet de consultants indépendants, spécialisé en gestion de risques et en crédit aux entreprises. Il est executive chairman d'une structure active dans 30 pays à travers le monde.

Il est l'auteur d’une enquête très documentée : Ils ont acheté le presse (Jean Picollec. Fev 2012). Le débat continue d'ailleurs sur Facebook : ils.ont.achete.la.presse

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€