Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Surveillance des déficits français : la commission européenne est bien partie pour compliquer l’année politique d’Emmanuel Macron

Malgré les annonces du gouvernement et la sortie de procédure pour déficit excessif, la France ne fournirait pas les efforts nécessaires pour colmater son déficit structurel.

Série noire

Publié le
Surveillance des déficits français : la commission européenne est bien partie pour compliquer l’année politique d’Emmanuel Macron

 Crédit Reuters

Atlantico : Alors que la France avait "fêté" sa sortie de procédure pour déficit excessif il n'y a que quelques mois, la Commission européenne ne serait pas très optimiste sur la capacité de l'exécutif à réduire le déficit structurel du pays, conformément aux règles du Pacte de stabilité. Comment expliquer ce qui ressemble à des informations contradictoires ? Faut-il considérer que la sortie de procédure pour déficits excessifs n'était que cosmétique ? 

Jacques Bichot : La Commission européenne applique des principes simplistes : si le déficit public dépasse un certain pourcentage du PIB pendant un certain temps, vous êtes mauvais, s’il est inférieur à ce pourcentage, vous êtes dans les clous.

Il serait autrement réaliste de prendre aussi en considération des critères qualitatifs.

Faisons une comparaison avec les entreprises. Selon les raisons de leur endettement, les analystes financiers s’inquiètent ou les félicitent. Ils s’inquiètent quand une société a recours aux banques ou au marché obligataire parce qu’elle est déficitaire, qu’elle n’arrive pas à vendre correctement ce qu’elle produit, et qu’il faut payer aux fournisseurs et aux salariés plus que ce qu’elle obtient de ses clients. Et encore faudrait-il nuancer : si elle est en phase de démarrage, si bien qu’il lui faut payer des investissements importants qui ne se traduiront que plus tard par des ventes accrues et des bénéfices corrects, son besoin de financement peut être parfaitement normal.

En revanche, si cette entreprise a le matériel requis, le personnel voulu, mais pas assez de clients pour payer ses employés et ses banquiers, dans ce cas il y a lieu de s’inquiéter, et de mettre au point un plan de redressement, voire d’engager une procédure de liquidation. Car cela veut dire qu’elle ne produit pas ce dont ses clients potentiels ont besoin ou envie, ou qu’elle ne sait pas le produire à un prix compétitif, ou qu’elle est très mauvaise sur le plan marketing.

Pour les finances publiques, mutatis mutandis il faudrait voir les choses de la même manière. Toutes sortes de critères doivent être pris en considération : par exemple, le déficit public sert-il à réaliser des investissements publics intelligents qui se traduiront dans quelques années par une croissance plus rapide et des rentrées fiscales ou sociales plus abondantes ? Ou encore, le pays est-il en croissance démographique importante, ce qui justifie de fortes dépenses pour investir dans la jeunesse qui, dans quelques années, deviendra une force de production capable de générer des recettes fiscales et des excédents de la balance des paiements ?

La France a un atout par rapport à la majorité des autres membres de l’Union européenne : sa démographie, bien que mauvaise, est moins catastrophique que celle de l’Allemagne ou de l’Italie. Ce facteur devrait être pris en compte : il justifie une petite différence entre les finances publiques de ces deux pays. De même, bien que nos forces armées soient loin de recevoir le matériel dont elles auraient besoin, leur situation est moins catastrophique que celle de leurs homologuesallemandes : là aussi, cela devrait être pris en compte. En revanche, notre administration pléthorique par rapport à sa production de services, pas seulement au niveau de l’Etat, mais également des collectivités territoriales et des hôpitaux, est un facteur qui justifie que Bruxelles nous tape sur les doigts.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gilbert perrin - 06/09/2018 - 08:12 - Signaler un abus j'applaudis !!! mais pourquoi donc attendre l'europe ?

    les français, les parlementaires ne sont ils pas compétents pour suivre les affaires ??? voilà le problème et VOILA l'obligation de modifier notre constitution et d'avoir un comité de citoyens élus au suffrage universel poru controler l'état et l'administration… QUAND allez vous comprendre ?

  • Par vangog - 06/09/2018 - 10:11 - Signaler un abus Ah! Rothschild et Goldmann-Sachs grands gagnants

    de la politique macroniste...Miam-Miam le déficit excessif . Surtout si les taux remontent, iles sponsors de Macrouille vont s’en mettre plein les poches...vous en aviez douté?

  • Par Ganesha - 06/09/2018 - 10:31 - Signaler un abus Urgences hospitalières

    Citation, dernière phrase de la page 1 : ''notre administration pléthorique par rapport à sa production de services... au niveau... des hôpitaux'' Question : quelle est la durée moyenne d'attente dans les services d'urgence hospitalière ? Un mec qui écrit de telles conneries, de telles contre-vérités, devrait être définitivement interdit de publication sur Atlantico !

  • Par Ganesha - 06/09/2018 - 10:50 - Signaler un abus Vibrant plaidoyer

    Cet article nous présente également un vibrant plaidoyer pour la retraite ''par capitalisation'' ! Il faut dire que la plupart des abonnés de ce site sont déjà retraités : un changement de système ne concernera que les générations futures, ce dont ils se moquent complètement ! Vous n'avez donc pas de petits-enfants ?

  • Par Ganesha - 06/09/2018 - 10:53 - Signaler un abus Super-expert

    Il faut dire que, parmi les lecteurs d'Atlantico, nous avons au moins un ''super-expert'', qui nous le répète sans relâche : ''dans le passé, il y a eu régulièrement des Krach boursiers, mais la Bulle financière actuelle est tellement gigantesque, que je vous le jure, croyez-moi : elle n'explosera jamais !''

  • Par l'enclume - 06/09/2018 - 10:54 - Signaler un abus Ganesha - 06/09/2018 - 10:31

    Ganesha - 06/09/2018 - 10:31 - "Un mec qui écrit de telles conneries, de telles contre-vérités, devrait être définitivement interdit de publication sur Atlantico !" A commencer par vous, ignoble individu qui passez votre temps à injurier les lecteurs d'Atlantico qui n'hadèrent pas à vos commentaires stupides.

  • Par Ganesha - 06/09/2018 - 11:20 - Signaler un abus Arguments !

    Les intervenants, incapables de participer aux dialogues en présentant le moindre argument contradictoire, ne sont que de minables parasites, des abrutis parfaitement grotesques !

  • Par ajm - 06/09/2018 - 11:25 - Signaler un abus Conditions pour un régime par capitalisation de retraite.

    Une retraite par capitalisation totale supposerait un environnement de taux "normal" et pas poussé artificiellement vers un quasi zero pour les dettes les mieux notées, des marchés financiers en France plus vastes et profonds et aussi la garantie qu'un Etat prédateur comme celui que nous avons ne pourrait pas piocher dans les réserves des fonds de pension pour éponger ses déficits récurrents. En plus , le passage ne pourrait être que très progressif (deux générations ).pour protéger les droits antérieurs acquis dans le cadre de la répartition.

  • Par ajm - 06/09/2018 - 11:44 - Signaler un abus Marché et bulles.

    Dans un marché quelqu'il soit, il y a toujours des phénomènes de bulle , ces bulles finissent par se dégonfler, c'est normal. Après l'éclatement des bulles, les marchés repartent sur une base assainie. Le rôle des politiques est d'empêcher que l'éclatement de la bulle ne contamine l'ensemble de l'économie, voir la paralyse, pas de pervertir ou de fausser le marché, faute de quoi on crée des situations de penurie structurelle comme on le constate dans certains secteurs (par exemple le marché de la location résidentielle).

  • Par Ganesha - 06/09/2018 - 12:01 - Signaler un abus Les voyants sont au rouge !

    https://fr.express.live/2018/05/03/les-voyants-annonciateurs-de-la-prochaine-crise-financiere-sont-deja-passes-au-rouge

  • Par gilbert perrin - 06/09/2018 - 13:07 - Signaler un abus et ???? les dépenses publique augment . Ganesha que dites vous ?

    Vous n'avez pas encore compris que pour sortit le pays, il faut les baisser ces DEPENSES PUBLIQUES EXHORBITANTES, ces FONCTIONNAIRES souvent payés à ne rien faire, car l'organisation est tellement déplorable que nul ne connait le nombre de salariés par ministère ? Vous trouvez cela normal ????

  • Par lasenorita - 06/09/2018 - 18:35 - Signaler un abus Qui est responsable?

    Ce ne sont aux ''retraités'' actuels,qui ont travaillé 48 heures par semaine pendant 45 ans et qui avaient 3 semaines de congés payés(seulement) au mois d'août ,à qui incombe cet état de fait!...Malgré les ''35 heures'' le chômage n'a pas diminué en France:nous avons 11 millions de chômeurs et 400.000 offres d'emploi qui ne trouvent pas preneurs..L'évasion fiscale représente 80 milliards par an..et 45% des Français seulement sont imposables..il n'est pas besoin de sortir de l'ENA pour se rendre compte qu'il y a ''un problème''..et nos énarques,qui dépensent sans compter,ne sont pas capables de résoudre ''ce'' problème!...

  • Par lexxis - 07/09/2018 - 05:21 - Signaler un abus DES ÉLECTIONS? VOUS VOULEZ RIRE!

    "Il faudrait aussi réfléchir aux moyens qui permettraient de faire de ces échéances autre chose que des combats de coqs" dites -vous. Il faudrait surtout éviter que l'élection présidentielle puisse, comme la dernière, être cyniquement confisquée par des médias et des magistrats dont l'indifférence actuelle par rapport à l'affaire Fillon confirme bien qu'il s'agissait d'un coup d'État électoral et de rien d'autre. Nous avons un Président qui n'a pas été réellement élu mais coopté par des élites dont la morale citoyenne inspire un profond dégoût. Alors après, parler de gouvernance est presque secondaire, quand la démocratie apparaît à ce point contournée et méprisée.

  • Par gilbert perrin - 08/09/2018 - 07:49 - Signaler un abus vous avez raison lexxis et la senorita....

    les élections dont on se préoccupe, les européennes en particuliers ne servet à rien… Vous y reverrez les mêmes "chevaux de retour" de toutes les couleurs, incapables de prendre des décisions pour la France et les FRANCAIS… alors choisissez euroseptique !!!! Nous les vieux, ceux qui ont reconstruit la FRANCE avec de GAULLE, comprenons le et agissions… Gilbert Perrin

  • Par gilbert perrin - 08/09/2018 - 07:51 - Signaler un abus le responsable aujourd'hui

    MACRON le NUL …..

  • Par gilbert perrin - 08/09/2018 - 07:54 - Signaler un abus croyez à l'esclavagisme français ????

    allez dites le !!! MOI j'ai déjà annoncé en son temps : l'INVASION et l'ESCLAVAGISME pour les français … nous y sommes le TOP au premier janvier prochain… VEZ autour de vous ????

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacques Bichot

Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.

Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le dictionnaire de la réforme. L’Harmattan, 2010, Les enjeux 2012 de A à Z. L’Harmattan, 2012, et La retraite en liberté, au Cherche-midi, en janvier 2017.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€