Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Suicide des médecins : silence médiatique sur un massacre programmé du système de santé

Alors que le système hospitalier français, et plus largement le système de la santé, connaît une réforme profonde, le nombre de suicides parmi les professionnels du secteur médical est en pleine explosion. La faute à un harcèlement bureaucratique et à un management d'entreprise qui a déjà fait des ravages, notamment chez France Télécom.

Mise à mort

Publié le
Suicide des médecins : silence médiatique sur un massacre programmé du système de santé

Médecins libéraux et du service public, aide-soignants...toute la profession connaît une recrudescence du nombre de suicides. Crédit Flickr

Le harcèlement quotidien des personnels de santé

Alertes répétées et à chaque fois silence ! Et le harcèlement des autorités contre le monde médical continue avec chaque jour son flot de mesures vexatoires, diffamatoires et dégradantes pour désespérer un peu plus l’ensemble de la profession. Une visite quotidienne du site Les médecins ne sont pas des pigeons vous convaincra de la gravité du harcèlement subi par les médecins libéraux qui n’a d’égal que le harcèlement des personnels hospitaliers par les restructurations conçues en dehors de tout consensus et réflexions a priori sur conséquences prévisibles avec les personnels concernés et compétents.

Les réunions dites de "concertation" ne sont que des simulacres de dialogue et ne consistent qu’à annoncer au personnel désespéré à quelle sauce il sera mangé sans possibilité de refus.

La médecine policière

La bureaucratie représentée par les Agences régionales de santé (ARS) toutes puissantes décide de la vie ou de la mort de tel service ou institution via la délivrance ou non de l’accréditation, soit de l’autorisation de traiter telle ou telle pathologie après des enquêtes, audits et interrogatoires policiers sur vos pratiques, votre obéissance aux recommandations venues d’en haut, les travaux coûteux effectués pour correspondre de nouvelles normes à chaque fois modifiées, bref du harcèlement administratif et autocrate.

Moralité : les suicides et tentatives se multiplient, s’ajoutant aux arrêts de travail pour dépression ou équivalents aggravant la déshumanisation, conséquence de la froideur dans laquelle les personnels victimes de burn out  (épuisement professionnel : on se brûle, on se consume littéralement) se réfugient avant la décompensation finale du suicide. [1]

Le nombre de suicides des médecins trois fois supérieur à celui de la population générale a été dénoncé de nombreuses fois depuis plusieurs années. En 2008 par exemple le Dr Fougeron se suicidait suite à un raté diagnostique. Le président de l’Ordre du Pas-de-Calais se déclarait "non étonné" . Selon lui, 14 % des morts de médecins chaque année sont liés à un suicide contre 4 % dans la population française globale.

Le management à la France Telecom

En 2013, le désastre des restructurations hospitalières s’aggrave, les suicides se multiplient et toujours dans le même silence médiatique. Le patron de la pneumologie de Nevers s’est suicidé le 23 avril 2013, et même le Conseil départemental de l’Ordre des médecins de la Nièvre s’est indigné "du silence des autorités locales, régionales voire nationales et des médias locaux " [2]. Le président, le Dr.  Badoux, insiste dans un courrier d’alerte adressé à Marisol Touraine, au préfet, à l’ARS de Bourgogne et aux instances ordinales. Quelle fut leur réponse à part le bruit assourdissant du silence ? Si elle existe, elle n’a pas inondé les ondes. Le Dr Badoux  a évoqué ce médecin "pilier de la pneumologie", "apprécié de toutes et tous pour sa technicité et sa gentillesse". L’Ordre local "choqué" s’interroge : "Pourquoi une telle indifférence ? La vie des uns et des autres n’a-t-elle pas la même valeur ? Le suicide d’un médecin aurait-il moins d’importance que celui d’un employé de grandes entreprises nationales comme France Telecom ou Renault ? Ce chef de service est revenu à l’hôpital pour mettre sa blouse en cette matinée tragique avant de se taillader les veines et se sectionner la carotide. Qu’on ne nous dise pas qu’il n’y a aucun lien avec le travail quotidien."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Benvoyons - 12/08/2013 - 11:23 - Signaler un abus Madame vous devriez vous adresser à Martine Aubry grande

    prêtresse des 35h. Dans votre présentation moi je ressens que votre institution a besoin d'une grande réforme, mais pas celle qui consisterait à revenir en arrière car cela est impossible. Il faut éviter quand on fait une réforme vouloir rester avec l'ancien et de mettre une nouvelle couche comme cela se passe à chaque fois en France. Couche par couche de réforme vous arrivez à une situation de carcan que vous décrivez parfaitement. Donc il faut une vraie reconstruction du système en tenant compte des outils nouveaux et surtout des outils futurs à 10 à 20 ans et qui sont déjà connus. La pensée initiale (philosophie ) de la construction de notre système est totalement dépassée. Il faut donc repenser tout le système avec une nouvelle vision technique d’organisation en tenant compte aussi d'une nouvelle philosophie de fond. Mais il vous faudra accepter( avec beaucoup d'autres personnes) des choses qui pour vous, car vous êtes ancrée dans l'ancien système, (donc que vous allez refuser de suite sans autre forme de procès) que cela soit la jeune génération, qui en soit la meneuse. Ce qui est pour vous sera inaceptable le sera par la nouvelle génération sur la nouvelle organisation

  • Par rudi11 - 12/08/2013 - 12:42 - Signaler un abus philosophie de fond ?

    dans un hopital,le bien etre des malades doit passer avant celui des comptables....priver les medecins des moyens nécessaires rend evidemment leur profession tres difficile quant aux jeunes generations de nouveaux managers, j en ai vu passer;;ils sortent des ecoles, sans jamais avoir travaillé, et se melent de tout changer pour avoir l air d un chef...resultat, grand bordel et fuite des effectifs (quand c est possible) helas, en france, avoir l air de quelque chose semble plus important que de travailler efficacement !!!

  • Par DEL - 12/08/2013 - 13:49 - Signaler un abus Simple rappel

    le site faisait récemment la pub d'un ouvrage dont le thème était: apprendre à gérer ce qu'une entreprise à de plus précieux: les gens. C'est ce qui manque à tout "géreur financier": à force de ne voir que de l'argent et des dossiers, ils oublient l'humain...Et c'est une catastrophe.

  • Par Benvoyons - 12/08/2013 - 13:59 - Signaler un abus DEL - 12/08/2013 - 13:49 Les gens sont en effet très important

    et c'est pour cela qu'une saine gestion d'entreprise fait appelle au même raisonnement de gestion de ces mêmes gens, c'est à dire, pas n'importe quoi, sauf pour les irréductibles que tout est gratuit.

  • Par Ganesha - 12/08/2013 - 14:03 - Signaler un abus Compassion

    Lorsque quelqu'un écrit un article sur le suicide, la première réaction doit être de lui envoyer un message de soutien et de compassion... La médecine doit être exercée et dirigée par des professionnels (médecins, infirmières) qui ont la formation et une expérience pratique : rien de plus terrible que se trouver face à des cons qui n'y connaissent rien et dont l'unique but est de satisfaire leur ego surdimensioné ! La dérive financière et mercantile est effrayante, notamment avec l'évolution des vaccins, inefficaces et dangereux, parce que ne protègeant que contre certaines souches et selectionnant ainsi naturellement les autres... Ce qui fait la raison de vivre d'un médecin, c'est d'être, au moins de temps en temps, capable de poser un bon diagnostic et disposant d'un traitement efficace, de rendre un réel service à un malade...

  • Par un_lecteur - 12/08/2013 - 15:37 - Signaler un abus Instrumentation

    Cette situation est ancienne et internationale. Mettre en cause le système de santé français est abusif. Voir : http://www.vetos-entraide.com/sites/default/files/le_risque_de_suicide_chez_les_medecins.pdf http://www.exmed.org/archives07/circu527.html Par contre un gros problème chez les médecins en France : le mandarinat. Voir http://dr.moulinier.fr/il-faut-sauver-le-soldat-nicole-delepine/ Enfin voir la lettre du dr delepine au ministre de la santé, qui montre comment la soviétisation du système de santé -voulue par son père - aboutit au résultat de tous les systèmes soviétiques : bureaucratie et implosion. http://dr.moulinier.fr/wp-content/uploads/2013/05/Nicole-Delépine-lettre-ouverte-mai-2013.pdf

  • Par Benvoyons - 12/08/2013 - 15:51 - Signaler un abus un_lecteur - 12/08/2013 - 15:37 J'ai du mal à te suivre? tu dis

    Mettre en cause le système de santé français est abusif. après tu dis: Enfin voir la lettre du dr delepine au ministre de la santé, qui montre comment la soviétisation du système de santé -voulue par son père - aboutit au résultat de tous les systèmes soviétiques : bureaucratie et implosion. Donc Il faut remettre en cause où pas? Il est bien évident que les options prisent il y a entre 1950 et 1970 ne correspondent plus du tout à la problématique de 2013 à 2030 et qu'il faut tout remettre à plat pour revenir à quelque chose de fluide et adapté pour les technologies de maintenant et de demain (sur 20 à 30 ans) et du raisonnement humain de maintenant et de demain sur 20 à 30 ans. un lecteur moi aussi.

  • Par un_lecteur - 12/08/2013 - 18:12 - Signaler un abus @benvoyons :

    - Le système de santé français est en pleine implosion, et la lettre au ministre le montre clairement. - La surmortalité par suicide des médecins se produisant ailleurs dans le monde, il est abusif de la mettre sur le dos du système de santé francais.

  • Par Peter6809 - 12/08/2013 - 18:32 - Signaler un abus @ rudi11

    Votre remarque sur les jeunes managers est très pertinente. Dans le milieu médical, je ne sais pas (je ne parle que de ce que je connais un peu, pas comme certains). Mais dans l'industrie, c'est assez inquiétant. Ils veulent tous être chefs de projet...mais qui va faire le boulot? Heureusement, il y a les anciens! Je suis censé transmettre ma petite expérience de mes 40 ans de carrière à des jeunes ingénieurs...mais je fais le boulot et eux les papiers! Le milieu médical mériterai quand même d'évoluer vers une saine gestion des hôpitaux. Je pense qu'on peut faire mieux avec l'argent qu'on y place...en évitant les enquêtes, cabines de conseil et autres!

  • Par un_lecteur - 12/08/2013 - 19:21 - Signaler un abus @peter6809

    pour comprendre le fonctionnement des hôpitaux, pas besoin d'y travailler : il suffit d'y aller comme patient. trois personnes qui bavardent à l'accueil, une infirmière qui s'occupe seule de 20 ou 30 patients. l'hôpital est aussi - et pour certains d'abord - un réservoir de voix aux élections.

  • Par vangog - 12/08/2013 - 21:30 - Signaler un abus L'Hopital est responsable de plus de la moitié du trou de la SS!

    Mais chut, pas touche, circulez journaleux et faites silence, si vous voulez garder votre bonne pitance, car il n'y a rien à dire, rien à écrire, pour éviter le crime de lèse-gauchisme! Et ça dure depuis quarante ans...

  • Par Ganesha - 13/08/2013 - 00:40 - Signaler un abus Médicaments

    La question des médicaments : ils représentent une part importante des dépenses... Pour de nombreuses maladies, on n'a pas encore trouvé mieux que de vielles molécules, dont le prix n'a pas été "actualisé" et qui se vendent désormais pour quelques euros... Alors, pour "vivre", les industriels sortent des copies légèrement modifiées, mais beaucoup, beaucoup plus chères... avant de découvrir qu'elles sont plutôt moins efficaces...et présentent des effets secondaires inattendus ! Le Viagra à dix euros le comprimé était une véritable nouveauté, par contre, les prothèses PIP, cela fait beaucoup moins rire, et il y a quelques mois, on parlait d'un très grand fabricant suisse qui voulait conserver le monopole d'un médicament pour les yeux (collyre) qu'il vendait à mille euros l'ampoule et empêcher un de ses compatriotes de vendre le même à cent euros... Ici comme ailleurs, il faut revenir à l'honnêteté, au bon sens...et un écart maximum des bénéfices !

  • Par lsga - 13/08/2013 - 10:10 - Signaler un abus Réduire le temps de travail

    Les médecins sont trop peu nombreux, faute au lobbying des spécialistes du privé qui touchent des sommes affolantes et ne veulent pas de mise en concurrence.   Dans un pays reposant sur la sécurité sociale, la notion même de médecine "privée" est une aberration. Tous les médecins sans exception sont de fait payés par la caisse d'assurance maladie, et sont donc tous des fonctionnaires. D'autant plus qu'ils ne payent pas leurs études.   En conséquence, on devrait largement diminuer leur temps de travail en augmentant leur nombre et en diminuant leurs salaires. Ils se porteraient mieux, les français aussi. ( bien entendu, les candidats au départ aux USA devraient rembourser leurs études. Les médecins américains trentenaires ont plus d'un million d'euro de dette à rembourser pour leurs études, d'où l'écart de salaire. )

  • Par sansblaze - 13/08/2013 - 10:54 - Signaler un abus A philosophe de fond

    100% d'accord avec vous Le bien de nos patients est passé depuis longtemps au second plan des préoccupations des décideurs, aujourd'hui, il faut se battre pour tout et c'est épuisant et décourageant, le burn out est présent dans tous les services, tout le personnel est épuisé et les arr¨ts de travail se multiplient, alors, il faut revenir sur les repos ce qui génère encore plus d'épuisement et c'est sans fin; tout cela est flagrant et la situation ne fait qu'empirer, ma conclusion et que ce qui est programmée est la mort des hôpitaux publics

  • Par orthocratie - 13/08/2013 - 11:47 - Signaler un abus Pas très sérieux !

    Si le sujet abordé est légitime et intéressant, on ne peut pas dire que vos sources sont très fiables, notamment en citant le président de l’Ordre des Médecins du Pas-de-Calais : "4 % de suicide chaque année dans la population française globale". Fallait oser ! L'INSEE dénombre 14,7 suicide pour 100 000 habitants en 2010. SOIT : 0,0147 %, donc entre 0,01 et 0,02 %. Défendre un point de vue exige un minimum de rigueur.

  • Par vache a lait - 13/08/2013 - 20:41 - Signaler un abus femme de medecin

    commentaire factuel est non partisan: chaque année, un confrère à mon mari est soit retrouvé mort dans sa chambre de garde , soit par suicide. le constat: études 10 ans 7j/7 12 h/j de labeur diplôme en poche: minimum légal: 48h/sem 52 sem /an en réalité 70 à 90 h:SEM A 49 ANS mon mari a bossé l équivalent de 2 carrieres completes de 41,5 ans. ce n est pas un choix mais un devoir , car pas de médecins. quant aux idiots dont les seuls commentaires sont pécuniaires au taux horaire ils sont à 20 euros de l heure de jour. esperance de vie officielle (10ans de moins que la population ) mais payer votre plombier 200 euros de l heures et la coupe de cheveux de madame 75 euros ne choque personne. et pauvres infirmieres qui font 35 h /sem lissées sur l année quand les médecins en font 80/sem dont la moitie de nuit , toute une vie de travail en decalé , 300h/mois , mais cela n'est pas penible les facs sont ouvertes a tous venez nombreux perdre 10 ans d esperance de vie, a ne pas voir grandir vos enfants,. vos commentaires me donne envie de vomir heureusement j ai un toubib en burn out à la maison

  • Par DegiSeb - 14/08/2013 - 02:07 - Signaler un abus Interne en colère

    Il y a clairement un biais d'une partie de la population exterieure au monde hospitalier dans la façon d'analyser la situation de l'hôpital public aujourd'hui... (Enfin c'est mon point de vue en lisant certains commentaires) En même temps je ne suis que peu surpris par ce biais, car certains ne sont même pas capables de comprendre un article de presse : Orthicratie par exemple, on ne parle pas de la prévalence des suicides en France mais du taux de décès en terme de cause. Évidemment qu'il n'y a pas 14% des médecins (tout comme 4% de la population) qui meurent par suicide chaque année sinon dans 5 ans la moitié des médecins de France sont décédés ! Il juste dit que sur l'ensemble des médecins décédés en une année, 14% sont des suicides. C'est pourtant simple a comprendre...

  • Par Vinas Veritas - 14/08/2013 - 08:06 - Signaler un abus On voit toujours le coté

    On voit toujours le coté Marxiste de'une société comuniste vu par Isga. Et vas-y que je tape sur les médecins, vas-y que je baisse le salaire, vas-y que je veux tellement que ces médecins soient tous fonctionnaire de l'Etat tout puissant et tout sachant que j'en oublie les autres, tous les autres qui eux ne sont pas ou pas encore fonctionnaires, qui ne touchent aucun salaire, Oui monsiuer les médecins libéraux du privé perçoivent uniquement des honoraires sue lesquels ils doivent entretenir leur outil de travail et payer leurs um^pots et charges avant de manger. Et si l'hôpital absorbe 50% (environ) du budget maladie de la SS, il serait pas mal de comparer le nombre d'hôîtaux et le nombre d'actes réellement hospitaliers qu'ils procurent. j'irais plus loin en focalisant le seul service des urgences, le plus encombré mais aussi celui qui est le plus mal utilisé de tous.

  • Par urbigen - 15/08/2013 - 16:26 - Signaler un abus Nous en avons assez d'être

    Nous en avons assez d'être pris pour des nantis ! Nous ne volons pas notre salaire qui est le fruit d'un investissement ! Nous aimons notre métier et c'est encore heureux parce que sinon il n'y aurait plus grand monde pour se taper un soir d'hiver 30 km sous la neige, se taper 80 heures par semaine,...

  • Par stella34 - 16/08/2013 - 14:12 - Signaler un abus Harcèlement

    Le harcèlement bureaucratique est en train de faire crever la France ! Et ce n'est certainement pas la gôche qui va changer ça : c'est la seule catégorie où ils sont champions !

  • Par barba-papa - 18/08/2013 - 10:16 - Signaler un abus Cet article melange l'effet et la cause

    medecin genraliste 65 ans a l retraite depuis 6 mois, j'ai exerce 80 ù de mon temps en liberal et 20% comme attaché hospitalier. Je peux vous garantir que les conditions de travail liberales sont plus difficiles que celles de l'hopital. Neanmoins je crois que la difference de taux de suicide entre les medecins et la population generale est plutot du au fait que c'est un metier qui attire plus de gens intellectuellement selectionnés mais psycholgiquement plus fragile et que c'est le non depistage de ces gens a probleme en cours d'etude que les conditions de travail qui fait la difference et non le contraire.

  • Par icare73 - 18/08/2013 - 10:47 - Signaler un abus Libre assurance

    Dans 1 premier temps: Les Labos mafieux vendraient leurs ibuprofene ,dolirhume paracetamol et aspirine bref le nécessaire à des prix corrects... Il y aurait beaucoup moins de pseudo patients pour se faire rembourser une boîte de comprimés vendu 9€. Certain pour ce prix vont chez le médecin et tout leur est rembourser. Dans un 2eme temps faire une minimum de 10€ non remboursé lors d'une consulte et ce ....POUR TOUS cmu, ame y compris et ceci même aux urgences . Déjà rien qu'avec ces 2 principes les corps de santé retrouveraient un peu de confort.

  • Par icare73 - 18/08/2013 - 11:10 - Signaler un abus libre assurance

    et enfin écoutez ceci pour enfin tout comprendre: http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=AMDzUopJRYg

  • Par mich2pains - 18/08/2013 - 12:22 - Signaler un abus Questions à " ISGA " (10:10)

    " Les médecins sont trop peu nombreux ; la faute aux lobbying des spécialistes du ...PRIVE " (sic) ! Et vas-y mon Jeannot ! Plutôt que de se concentrer sur la Gestion au sens large , telle que pratiquée dans le secteur Hospitalier du PUBLIC , on dénonce ce qui se passe dans ...le PRIVE ! Est-ce une façon productive de faire avancer le Schmilblick ? Est-ce une version moderne de " la paille dans l'œil du Privé devrait nous faire oublier la poutrasse plantée dans l'œil du PUBLIC " ? N'est-ce pas des salariés du PRIVE et uniquement du PRIVE qui produisent votre alimentation ,vous coiffent , vous habillent , réparent votre plomberie , construisent votre maison etc.... ? Est-ce de leur faute de ces catégories de salariés du PRIVE si le PUBLIC , dans son ensemble , est gérée par des bouricots ?

  • Par mich2pains - 18/08/2013 - 13:10 - Signaler un abus RESPECT TOTAL POUR LES MEDECINS !

    A la lecture du témoignage réaliste et poignant de " VACHE A LAIT " ( mail de 20:41) , comment ne pas être solidaire du sort des médecins en France ? Ce témoignage ne fait que confirmer ce que COLUCHE dénonçait il y a déjà longtemps : " En France , il y en a qui sont PLUS EGAUX que d'autres " ! (sic) De telles injustices sociales ( les 35h pour certains mais pas pour tous ...) sont d'autant plus inacceptables qu'elles ont été créées et maintenues en l'état par des G000chos ne privilégiant que leurs castes ou Nomenklatura , au détriment des autres citoyens ! Plus encore que certains commentaires ici , ç'est à l'évidence ces monstres d'égoïsme qui donnent le plus envie de vomir ....! Le mieux étant de les virer définitivement des Pouvoirs !!!!!

  • Par titan47 - 18/08/2013 - 13:21 - Signaler un abus privé de quoi

    il y a déjà plus de 20 ans que la facilité donnée au medecin public d'exercer à titre privé dans son hôpital a fait ses ravages la patient qui prend rdv public allonge son delai d'attente,la faucheuse je voulait dire ce maudit controle de la rentabilité et de la pressurisation du personnel oukase sans humanité ,harceleur criminogéne rendra le systéme de santé au bord du gouffre et ca explosera.

  • Par Sophile - 18/08/2013 - 14:11 - Signaler un abus @vacheàlait

    Je comprends vos doléances, mais quelles solutions préconiserait votre mari-médecin ?? J'aimerais savoir. Car je me demande si tout ceci n'est pas fait pour faire exploser notre mode de santé.

  • Par Satan - 18/08/2013 - 15:46 - Signaler un abus Vive la privatisation de la médecine!

    Et vive les mutuelles et compagnies d'assurances privées! + les gogos sont malades + ont va se faire de frics!

  • Par aubagne - 18/08/2013 - 16:25 - Signaler un abus VACHE A LAIT

    Et oui,31 ans dans un hôpital d enfants,et pas prete a vous contredire.Mon patron,grand ponte et chirurgien d exeption nous répétait sans cesse. "Dans 20 ans ,trouver un médecin deviendra difficile".Reste encore 6 ans....Beaucoup d étudiants ignorent certaines pathologies contraignantes et se dirigent vers le rentable (la plastie entre autres).Stop a la gynécologie (trop dangereux).Les étudiantes désirent aussi une vie de famille et les week end avec les enfants.Actuellement les heures de présence tournent autour de 70 et 80 par semaine.Les payes,loin d etre mirobolantes ,vu les responsabilités qui ne cessent de croitre.Bref,un sacerdoce.Beaucoup de médecins étrangers pour endiguer l absence .Le tout dans l injustice la plus totale et le manque de reconnaissance.Mais,nul n est prophète en son pays,c est bien connu....

  • Par aubagne - 18/08/2013 - 16:36 - Signaler un abus SOPHILE

    Vous avez peut etre raison,l hôpital ,un gouffre financier,mais avec un matériel au top,et quoi que l on dise,un personnel adéquat.Aujourd hui" l usine a viande"pratique,le chiffre et les médecins confrontés a " l activité".Les déficits a l image de notre dette nationale.Nous tournons autour du pot depuis le début des années 80.Encore un abcès a crever mais qui commencera??

  • Par ctrape - 18/08/2013 - 22:38 - Signaler un abus Tout était prévisible

    Seule une véritable libéralisation, permettra de faire repartir l'économie de la santé et sa qualité, avec une destruction de la SS actuelle, et une reconstruction. Le conventionnement de 1973 a agi comme une drogue avec un effet "plaisir" de courte durée, puis un déplaisir et une dépendance de longue durée, au diktat de la SS, avec une déchéance, à la clé, de la pratique médicale objectivée par un déficit chronique financier, un déficit d'effectifs, des impossibilités d'investissements... Dans cette affaire, tout le monde est coupable, autant les médecins qui ont mis en place un système inflationniste compensateur de ce conventionnement tarifaire délétère, depuis 40 ans, et concurrentiel avec toutes les dérives au frais de la princesse SS,...etc ; que les patients qui n'ont été que déresponsabilisé financièrement, par ce conventionnement, confondant une chance et un dû, détournant l'idée du Général de Gaulle. Avoir oublié que les règles économiques sont identiques dans tout secteur, ne pouvait aboutir qu'à une catastrophe. Les français, et probablement beaucoup de médecins, n'ont pas encore réalisé ce qui se profile à l'horizon. Les dernières statistiques du Conseil de l'Ordre,

  • Par ctrape - 18/08/2013 - 22:40 - Signaler un abus SUITE Tout était prévisible

    Les dernières statistiques du Conseil de l'Ordre, montrent que dans les quinze ans qui viennent, 70 000 médecins cesseront leurs activités. Ce sont ceux là même qui ont accepté, à l'origine, de ne plus être des médecins libéraux mais des médecins sous tutelles de la SS. Si ce secteur était si idyllique, il n'y aurait pas autant de médecins étrangers (24 % des nouveaux inscrits ou 9 % des totaux), sans parler des départs de Chef de Service, vers d'autres cieux ; ce qui n'était que proprement inconcevable, il y a 40 ans. Il est vrai que la fuite des cerveaux, du monde scientifique, ne touche pas que la médecine. L'observation de plus de suicides ou plus d'infarctus, ou d'autres paramètres, ne font que confirmer une médecine française, comme une société française, dans son ensemble, en perdition. La pelote ne s'est pas encore déroulé jusqu'au bout, pour voir une renaissance, fidèle aux évolutions héraclitéennes des sociétés.

  • Par Fort_Niagara - 18/08/2013 - 23:07 - Signaler un abus Auto mécication ?

    Alors, vers l'auto médication ?

  • Par lejustemilieuestdor - 18/08/2013 - 23:21 - Signaler un abus Les médecins sont des rentiers "éreintés" par appât du gain

    Tout d'abord, après lecture des commentaires, et avant d'apporter ma petite contribution, je souhaite approuver à 100% l'intervention précédente de "ISGA" qui a tapé juste dans ses remarques. Pour revenir à la problématique des médecins en France, ces derniers sont en réalité des RENTIERS (comme les notaires), contrairement au secteur en libre commerce sans quota à l'installation (la rente est étatique, produite pas le numerus clausus qui induit une pénurie de médecins): bilan, plusieurs semaines d'attente pour obtenir un rdv avec un ophtalmo dont le planning est surchargé (4 patients par h à plus de 40 euros le 1/4 d'h, le tout sur 8 heures/par jour, 5 jours par semaine). BINGO. C'est le loto gagnant à 100%, d'autant plus que le client (pardon, le patient) ne sort qu'un petit euro de sa poche (voire zéro si CMU). Je suis commerçant et si mes clients étaient remboursés de leur achat par l'état, je peux vous dire qu'il y aurait queue devant ma boutique. Parce que, en ce qui me concerne, les 80 h/semaine, je les fais aussi et souvent, pour des cacahuètes. Multiplions le nombre de médecins, ils seront moins sous pression, pourront faire 35 h, mais adieu, golf et voitures allemandes..

  • Par LECANDIDE - 19/08/2013 - 08:43 - Signaler un abus @ lejustemilieuestdor

    Votre post est lamentable. Longueur et difficulté des études sont comptés pour zéro dans votre réflexion qui compare allègrement le mercanti avec bac +0 et le médecin spécialiste avec bac +12. Ensuite on ne voit pas pourquoi quelqu'un qui bosse est un rentier simplement parce qu'il a une grosse patientèle. Un rentier est par définition quelqu'un qui touche des rentes, c'est-à-dire de l'argent sans rien faire. Votre post est en réalité le symbole de la jalousie du médiocre qui bave d'envie devant, je cite, "golf et voitures allemandes.."

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicole Delépine

Nicole Delépine ancienne  responsable de l'unité de cancérologie pédiatrique de l'hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches( APHP ). Fille de l'un des fondateurs de la Sécurité Sociale, elle a récemment publié La face cachée des médicaments, Le cancer, un fléau qui rapporte et Neuf petits lits sur le trottoir, qui relate la fermeture musclée du dernier service indépendant de cancérologie pédiatrique. Retraitée, elle poursuit son combat pour la liberté de soigner et d’être soigné, le respect du serment d’Hippocrate et du code de Nuremberg en défendant le caractère absolu du consentement éclairé du patient.

Elle publiera le 4 mai 2016  un ouvrage coécrit avec le DR G Delepine chirurgien oncologue et statisticien « Cancer, les bonnes questions à poser à mon médecin » chez Michalon Ed.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€