Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sputnik, Russia Today et consorts : ces médias russes en français financés par le Kremlin qui trouvent de plus en plus d’écho dans l’Hexagone

A l'occasion de la parution de son dernier livre "La France russe", Nicolas Hénin revient sur la façon dont la Russie de Vladimir Poutine transcende les clivages français et joue sur les fractures sociétales actuelles pour imposer son modèle civilisationnel.

Ouralico

Publié le - Mis à jour le 10 Juin 2016
Sputnik, Russia Today et consorts : ces médias russes en français financés par le Kremlin qui trouvent de plus en plus d’écho dans l’Hexagone

Atlantico : Dans votre dernier livre La France russe, vous décrivez la diversité des réseaux russes en France et la coercition douce menée par Moscou. A quel point le discours russe suscite-t-il l'adhésion en France ? Quels sont les différents groupes qui y sont sensibles ? 

Nicolas Hénin : Il est important de distinguer deux phénomènes. D'une part, un phénomène agressif : une politique d'influence musclée, organisée par le Kremlin visant spécialement la France.

D'autre part, un phénomène franco-français : une certaine affection soit pour la politique russe, soit carrément pour le personnage de Poutine de la part d'un certain nombre de Français du milieu politique, des affaires, culturel. Ce sentiment pro-russe traverse les clivages : on trouve des "pro" et des "anti" Poutine à gauche, à droite, parmi les catholiques, les juifs de France, au sein des milieux d'affaires ou militaires, etc.  

A gauche, la russophilie du PCF est historique. En effet, tout au long du XXème siècle, l'un des thèmes du PCF était celui d'un monde déséquilibré, dirigé par les États-Unis. Ainsi, même si la Russie soviétique n'était pas idéale, on la considérait comme un balancier nécessaire à l'équilibre du monde. Aujourd'hui, c'est davantage l'extrême-droite qui s'est emparée de ce discours, quand bien même on trouve encore une vraie proximité avec Moscou parmi les élus communistes ou chez Jean-Luc Mélenchon. 

L'idée globale qui rassemble les prorusses est la nécessité d'une altérité. Ces idées se déclinent en diplomatie internationale, dans les médias (beaucoup de sites de "réinformation" s'appuient sur le discours russe : c'était d'ailleurs l'un des grands slogans publicitaires de Sputnik "N'avez-vous pas envie d'entendre l'autre version de l'histoire ?"). 

Les poutinophiles en France sont largement détachés de la réalité de ce qu'est Vladimir Poutine. Mais en science politique, les représentations sont plus importantes encore que les réalités. Il est surprenant de voir comment le mouvement de la Manif pour tous a été travaillé par les réseaux russes. Ce mouvement s'est emparé de l'image russe, du modèle de civilisation russe et a été financé et soutenu par la Russie alors même que les mœurs en Russie sont particulièrement libérées et que les taux de naissance hors mariage ou d'avortements sont parmi les plus élevés d'Europe. Quant à la GPA, qui fait tellement bondir les partisans de la Manif pour tous, elle est autorisée en Russie. Cette contradiction apparente importe peu, car l'image fantasmée de Poutine est brandie comme un étendard de la cause pour laquelle ils militent. 

Soft power, diplomatie publique… aujourd'hui, tous les pays (et même les régimes autoritaires) semblent avoir compris l'importance des stratégies d'influence. Dans quelle mesure l' "offensive" de la Russie se distingue-t-elle des politiques d'influence menées par d'autres pays ?  En quoi cela pose-t-il un "problème" ? 

Tout pays fait du soft power, tout pays cherche à améliorer son image et à amener les autres pays, et notamment les puissances influentes, à se rallier à ses positions. C'est un aspect de ce que l'on appelle la diplomatie ouverte.

La spécificité de la politique d'influence russe est qu'elle cherche à modifier profondément la population cible. Les médias du Kremlin insistent particulièrement sur la couverture de la violence policière (cela va de l'arrestation du général Piquemal à Nuit Debout). En surtraitant ces sujets, l'idée est de jouer sur les fractures de la société française, de donner l'image d'une France au bord de la guerre civile, et de montrer que la Russie, avec son modèle un peu autoritaire, serait finalement un modèle de civilisation enviable. Ces méthodes ressemblent à la politique de démoralisation telle qu'elle avait été théorisée et mise en œuvre par les services spéciaux de l'Union soviétique. 

C'est un vrai problème car la Russie cherche à semer la zizanie dans nos sociétés en France et en Europe car derrière la France, c'est l'Europe qui est visée. En effet, l'Union européenne est l'une des premières cibles de la Russie (les sanctions contre la Russie ont, par exemple, été prises à l'échelle de l'UE et non pas au niveau des pays). C'est donc cette cohésion, à la fois nationale et à l'échelle de l'UE, que la Russie cherche à saper.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 04/06/2016 - 10:40 - Signaler un abus Politique russe

    Elle joue surtout sur des problèmes dont nous sommes responsables: la parole n'est plus libre en France que pour les thuriféraires du PS. Mais il n'en reste pas moins vrai que notre intérêt est de nous rapprocher de la Russie, et non pas de lui permettre de nous imposer ses opinions.

  • Par zouk - 04/06/2016 - 10:41 - Signaler un abus Politique russe

    Elle joue surtout sur des problèmes dont nous sommes responsables: la parole n'est plus libre en France que pour les thuriféraires du PS. Mais il n'en reste pas moins vrai que notre intérêt est de nous rapprocher de la Russie, et non pas de lui permettre de nous imposer ses opinions.

  • Par Hieros888 - 04/06/2016 - 11:40 - Signaler un abus Novlang nein danke

    "qui touchent de plus en plus d'écho" !?! Svp, atlantico, on n'est pas à nuit debout ici et on aimerait que la novlang des déstructurés du bulbe ne rencontre... aucun écho ici ! Merci d'avance.

  • Par padam - 04/06/2016 - 12:16 - Signaler un abus "Nos cher amis" d'outre-Atlantique

    On pourrait tout aussi bien écrire le même livre "en miroir" que celui de monsieur Hénin, en remplaçant simplement Kremlin par CIA ou Pentagone, Poutine par président "démocrate" de la Maison Blanche et ses faucons, etc... La nouvelle version y gagnerait sans aucun doute en objectivité et en vérité.

  • Par Deudeuche - 04/06/2016 - 14:03 - Signaler un abus Hénin et son mépris à peine voilé

    de grand bourgeois libertaire post-moderne. Son ordre est menacé, au secours Obama, Bergé, Delanoë, Elton John, Taubira, Clinton etc....

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 04/06/2016 - 14:13 - Signaler un abus L'Europe ne pourra exister sans la Russie.

    Les Américains craignent tellement que l'Europe se fasse avec la Russie qu'ils ont tout fait pour différer cette échéance inéluctable en créant le conflit Ukrainien. Comme ils sont pragmatiques, ils savent qu'ils ne pourront s'y opposer éternellement car de plus en plus d'Européens considèrent Poutine comme l'ultime défenseur de la civilisation chrétienne occidentale, et même orientale grâce au conflit Syrien.

  • Par Carlsag - 05/06/2016 - 08:37 - Signaler un abus abc

    Depuis longtemps on subit l'influence des USA via le cinéma et les séries télé et bizarrement personne ne semble considèrer ça comme de la propagande alors qu'objectivement ça en est

  • Par Mkutch - 05/06/2016 - 10:37 - Signaler un abus Et revoilà le méchant loup.

    Tous les médias et sites de prétendue "information" (Euronews, en tête, I.télé, BFM tv, etc...) nous abreuvent tous les jours de jugements anti-Poutine ; et c'est lui qui fait de la manipulation? Quel est votre employeur Mr Hénin?

  • Par bd - 05/06/2016 - 10:48 - Signaler un abus L'union pour chez eux et la zizanie pour les autres...

    La manipulation est une constante politique en Russie. Cet article est très clairvoyant sur la schizophrénie réminiscente du sovietisme entre la politique intérieure et la politique extérieure russe. La renaissance Russe ne peut pas se faire au détriment des autres mais en construisantune société ouverte et réellement démocratique.

  • Par Mkutch - 05/06/2016 - 10:58 - Signaler un abus Démocratie

    Parce que vous observez que la France est en démocratie?

  • Par bd - 05/06/2016 - 12:00 - Signaler un abus Les pays "vraiments démocratiques"... selon sputniknews

    Vous aimez vous faire manipuler? Désinformez-vous ici: Tapez "pays démocratiques" et "sputniknews" dans votre moteur de recherche.

  • Par bd - 05/06/2016 - 12:17 - Signaler un abus La Russie a un PIB inférieur à l'espagne!!!

    Ouvrez les yeux, et posez-vous les bonnes questions, bordel... Est-ce un régime souhaitable que celui qui laisse la Russie à tel niveau? http://www.journaldunet.com/economie/magazine/1171985-classement-pib/ ... Les source de cet article sont très crédibles et proviennent du FMI.

  • Par cloette - 05/06/2016 - 15:01 - Signaler un abus Si on veut s'informer

    C'est èvidemment sur les mèdias russes qu'il faut aller, la presse française n'est plus fiable , quant à Poutine il fait partie des géants , c'est lui qui sauvera l'Occident .

  • Par Deudeuche - 05/06/2016 - 16:25 - Signaler un abus @bd le pb ce n'est pas le PIB

    Mais faire opposition à l'influence tarlouzo-américaine

  • Par vangog - 05/06/2016 - 23:09 - Signaler un abus Si l'Europe avait eu des couilles...

    elle aurait constitué un contre-pouvoir à l'influence nord-américaine, basé sur une défense commune, et une presse libre et non subventionnée...ainsi, elle n'aurait pas besoin de se demander s'il faut aller chercher des informations contradictoires chez les russes...Car ceux-ci profitent de l'anti-americanisme primaire promu par les gauchistes (les partis-frères) et de la supériorité flagrante des systèmes d'information anglo-saxons pour pousser leurs pions stratégiques ( et le cœur de la stratégie, c'est l'information). Mais les russes ne sont pas plus crédibles que les américains. Le problème à résoudre est la faiblesse chronique de l'UE, dans tous les domaines, y compris celui de la communication, pour cause de subventionnement et de soumission aux idéologies surannées...

  • Par haltostress - 06/06/2016 - 09:17 - Signaler un abus Propagande, l'art de désigner les ennemis publics

    Vastes généralités, propos peu étayés, cet article n'est pas une étude sérieuse mais une simple opinion, à laquelle on pourrait effectivement adhérer si elle était un peu plus argumentée ou nuancée.. L'auteur dénonce la propagande du Kremlin mais son article est du même style.

  • Par Ganesha - 06/06/2016 - 11:04 - Signaler un abus Le Poutine français

    Marine Le Pen sera-t-elle le Poutine français ? Personnellement, je l'espère !

  • Par ISABLEUE - 06/06/2016 - 14:57 - Signaler un abus je cite :

    " la semaine dernière ait été en grand partie consacré à la question des migrants et à comment réduire le flux de réfugiés". Je suppose que l'horreur pour vous est le mot REDUIRE ! Parce que les Français sont tellement idiots qu'ils n'y ont pas pensé tous seuls !! Quelle propagande !!! Quand à dire qu'on aime Poutine car il a l'air d'avoirs des c ouilles, oui, tout à fait. Car nous depuis 2012 on a honte !! et le pdt des USA laisse un monde dans un état lamentable.

  • Par ISABLEUE - 06/06/2016 - 14:59 - Signaler un abus suite

    et quelle honte d'avoir dénoncé un contrat avec la Russie. les sous-marins vont aller je ne sais où, à des bons démocrates arabes, mais on critique les russes !!!! Le monde à l'envers.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Hénin

Grand reporter et journaliste d'investigation, diplômé d'histoire et de relations internationales, Nicolas Hénin a connu un grand succès avec Jihad Academy (Fayard, 2015), traduit en cinq langues et distingué parmi les livres de l'année par Newsweek et The Guardian. Il a reçu en 2014 le prix de la Fondation May Chidiac pour le courage en journalisme. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€