Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Soviétique : la vraie nature de la VIe République de Jean-Luc Mélenchon

Ce samedi, Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé depuis la place de la Bastille pour appeler à la mise en oeuvre d'une VIe République.

Octobre Rouge

Publié le
Soviétique : la vraie nature de la VIe République de Jean-Luc Mélenchon

Certains peuvent se laisser abuser par le projet en apparence simplement révolutionnaire de Jean-Luc Mélenchon. Mais le bonhomme dissimule, sous son mauvais caractère et sa verve mordante, un projet d'une ambition soviétique qui n'a rien à envier à celui de Lutte Ouvrière. Il en assure la promotion politique en le rattachant à la tradition révolutionnaire française. Mais c'est une vision beaucoup plus "orientale" qui le porte. 

La presque sympathique VIe République

Le programme de Mélenchon met en avant le thème de la VIe République. En lui-même, il peut fédérer beaucoup de monde, tant la décomposition atteint notre régime, et tant nous sommes nombreux à penser que la France n'a pas besoin de tourner une page, mais bien de clore un chapitre de son histoire, y compris institutionnelle. Toute la difficulté est de savoir quel mandat on donne à l'Assemblée constituante supposée se réunir pour préparer cette nouvelle étape constitutionnelle. Dans l'esprit de beaucoup, il s'agit de corriger les tares de notre système actuel et de limiter les pouvoirs d'une aristocratie décadente, voire de la renouveler.

 Quand on lit le programme de Jean-Luc Mélenchon, on s'aperçoit qu'il s'agit plutôt d'annoncer l'avénement d'un régime chavézien, mais en pire. Quelque chose qui ressemblerait plutôt à l'Union soviétique. 

La nationalisation de pans entiers de l'économie

On lira par exemple cette phrase qui obligera beaucoup à se frotter les yeux pour être sûrs de l'avoir comprise: "Protéger les biens communs : l'air, l'eau, l'alimentation, le vivant, la santé, l'énergie, la monnaie ne sont pas des marchandises. Ils doivent être gérés démocratiquement : le droit de propriété doit être soumis à l'intérêt général, la propriété commune protégée et les services publics développés".

Le droit de propriété (privée s'entend) n'irait donc plus de soi dans le domaine de l'air (dont on aimerait connaître les contours exacts), de l'eau (ça veut dire qu'on mettre Evian et Vittel sous contrôle de l'Etat?), de la santé (le fameux mythe de la santé gratuite défendu par tous les thuriféraires de l'industrie), de l'énergie (y compris pétrolière on imagine), du vivant (ce qui inclut la recherche biologique). 

Mais on aimerait, dans cette énumération, comprendre ce que signifie la gestion démocratique de l'alimentation. Faute de détails, on comprend qu'elle vise une nationalisation de fait de l'agriculture et de l'industrie alimentaire. Cette idée géniale a causé des millions de morts par la famine en Union soviétique dès les années 1920. Et là, tu te dis: mais combien de Français vont-ils oser pour cette dangereuse ânerie?

Un droit effectif au travail?

On lira avec intérêt une autre élucubration mélenchonienne dont on comprend les risques de soviétisation qu'elle comporte: "Constitutionnaliser et rendre effectifs les droits au travail et au logement".

On voit là encore de quoi il s'agit: une loi proclamera l'abolition du chômage et du mal logement. On anticipe ici une probable occupation forcée, sous une forme ou sous une autre, des logements vacants, et un recrutement massif de fonctionnaires. En l'état, le programme sectoriel prévoit l'interdiction des expulsions sans solution de relogement, l'interdiction des "licenciements boursiers", et divers autres amusements qui accélèreront le marasme français. Sur ces points, bien entendu, on ne perdra pas de temps à énumérer les risques concrets que les mesures démagogiques de Mélenchon porteront à l'économie du pays. Par avance, Mélenchon a la réponse: tant mieux ! Nationalisons. Ainsi la France devint le nouvel eldorado soviétique. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par horus35 - 18/03/2017 - 17:55 - Signaler un abus 6eme republique..... ou piege a cons !

    Avec melanchon( je ne vous dis meme pas avec quoi ca rime) la felicité a la sovietique façon stalinienne pure et dure nous guette ! Ecouter les elucubrations de ce pauvre type , cela pourrait etre jouissif, si penser remettre au gout du jour des methodes qui ont causé des dizaines de millions de morts n'etait pas une aberration ! Sa place n'est pas dans une election presidentielle , mais bien dans le plus securisé des asiles psychiatriques ! Que des francais puissent oser voter pour CA ne laisse penser que nous meritons bien l'etat de decomposition dans lequel notre pays est en train de sombrer ! Ecoeurant !

  • Par Deudeuche - 18/03/2017 - 19:27 - Signaler un abus Un fort secteur public en France

    éloigné de toute contrainte de rentabilité explique cette vision bolchevique de la société et le nombre de ses supporters. C'est grave docteur !

  • Par A M A - 18/03/2017 - 19:48 - Signaler un abus Si Mélanchon a de l'audience....

    Le soviétisme est né de l'état de pourrissement du gouvernement tsariste. Le nazisme est né des dérives ahurissantes de la République de Weimar. Si Mélanchon a de l'audience, avec ses idées étatistes, et sans le soutien d'une puissante URSS, c'est qu'il y a un état de décomposition avancée dans le monde politique actuel. Gauche et droite,sans vergogne, avec un mépris consommé du "populisme", ont abusé de la situation depuis un bon moment. S'en prendre à Mélanchon, c'est accuser les effets de la maladie sans s'intéresser aux causes . Heureusement qu'électoralement il n'a aucune chance. Et dans le médiocre éventail des candidats à cette élection, il tient sa place, comme les autres, même les plus prisés par les médias.

  • Par Deudeuche - 18/03/2017 - 20:51 - Signaler un abus @AMA

    Ne Mélanchon pas tout! C'est un provocateur professionnel qui bénéficie d'une caste journalistique abreuvée à l'extrême gauche. Personne ne le décrit comme "populiste" ce populiste fou furieux. MLP en disant La moitié est traînée plus bas que terre, et les médias oublient de mentionner les chiffres de la préfecture de police. Il suffit de mettre les chiffres dans le casier MPT ou Fillon et ils les retrouveront.

  • Par Liberdom - 19/03/2017 - 10:17 - Signaler un abus Bon vieux relent...

    Le parleur sthénique n'est qu'un dictateur rouge dont les vielles recettes n'ont fait que précipiter dans la misère les peuples auxquels ont les a appliquées. Mais Mélenchon compte sur la mémoire courte des électeurs.

  • Par Kuntz - 19/03/2017 - 12:39 - Signaler un abus C'est oublier les constituants

    Ce que vous dites est vrai, il y a de forts relents soviétoïdes. Mais vous oubliez que dans son projet, le but est de donner le pouvoir en dernier ressort à l'assemblé constituante, et non pas à JLM lui même. Il se réserve uniquement un rôle d'avis. Sachant que cette assemblée doit être tirée au sort, il y a statistiquement peu de chances (voire aucune) de tomber sur une majorité d'extrême gauche. De toutes façons, je dis ça pour approfondir son programme, mais je trouve que l'idée d'une nouvelle constitution est en soi une erreur. En changeant les hommes, la Ve marchera très bien. De plus, cela nous ferait perdre de précieuses années sans parler du sujet majeur : l'UE. On pourra faire les plus belles institutions du monde, si le pouvoir reste à Bruxelles (donc dans les mains des multinationales), ça ne sert à rien de se donner toute cette peine.

  • Par viandapneu - 19/03/2017 - 21:06 - Signaler un abus Hélas

    Votre analyse est très pertinente, mais comme le dit Mélenchon lui même, la campagne électorale n'aborde pas le fond, tant elle est totalement engluée dans les palabres interminables sur les turpitudes réelles ou supposées de tel ou tel. Il est sûr que tant que les grands partis d'opposition n'auront à nous proposer comme candidats que des caricatures de Thénardier, il y aura de beaux jours pour un Melenchon qui, lui, parle clair, et pas la langue de bois, semble n'avoir pas de casseroles ce qui plait à au moins 12%de l'électorat....quand vous pensez qu'en Russie, le PC a bien moins de sympathisants que ça, surtout parmi les jeunes...Incroyable, un partisan des soviets partout va faire plus de 10% aux élections présidentielles françaises !!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€