Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 18 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sommet Franco-Allemand : Paris et Berlin enfermés dans une bulle de plus en plus éloignée de la réalité européenne

Le sommet franco-allemand sera l'occasion de montre une nouvelle fois leurs convergences pour Angela Merkel et Emmanuel Macron. Mais l'agenda très technocratique qui est au programme montre une certaine incompréhension très partagée de ce qu'est l'Europe.

A l'ouest

Publié le
Sommet Franco-Allemand : Paris et Berlin enfermés dans une bulle de plus en plus éloignée de la réalité européenne

Atlantico : Le sommet Franco-Allemand se tiendra ce 19 juin, à Berlin,​ à l'occasion duquel les ministres des deux pays aborderont la tenue prochaine du Conseil européen et les réformes qui y sont associées. De plus, une annonce concernant l'harmonisation fiscale de l'impôt sur les sociétés entre les deux pays est également à l'ordre du jour. Comment expliquer un tel agenda pouvant être perçu comme "technocratique", notamment sur cette question d'harmonisation fiscale, alors même que l'Union européenne semble être dans une situation de réelle urgence, de Berlin à Paris, en passant par Rome ?

Christophe Bouillaud : L’harmonisation fiscale, c’est en effet une vieille idée qui traine dans les méandres européens depuis des lustres. On en parle, on en parle, et on ne la fait jamais vraiment. Cela fait partie dans ce cas précis d’un plus vaste projet d’union franco-allemande qui lui aussi ressort périodiquement. En effet, puisqu’il parait impossible d’avancer à 27 sur ce sujet, les deux poids lourds économiques de la zone Euro voudraient mettre presque à égalité leurs deux systèmes fiscaux et sociaux, pour ensuite imposer de fait cette norme commune franco-allemande à tous les autres. C’est la même idée qui a présidé à l’institution d’un SMIC en Allemagne. En effet, ce pays n’en avait pas. Du jour où il en a un -ce qui a été décidé sous Merkel-, puisque la France et l’Allemagne ont  la même monnaie, l’Euro, il devient possible de fixer un jour prochain un SMIC unique franco-allemand, qui deviendrait alors la norme pour tous les autres. Avec l’harmonisation fiscale à deux, c’est la même idée. Malheureusement, le diable est dans les détails. En fait, en pratique, il est très difficile de mettre vraiment à égalité des mécanismes sociaux et fiscaux construits par l’histoire longue des deux derniers siècles. C’est pour cela d’ailleurs que l’harmonisation des normes avait été abandonnée comme méthode dans les années 1970-80, et qu’on avait adopté pour avancer dans l’intégration économique la reconnaissance mutuelle des normes – sous réserve d’un socle minimal commun. 

Comment expliquer un tel intérêt pour cette question de l'harmonisation fiscale entre Paris et Berlin ? Quels sont les véritables enjeux pour Paris​ et Berlin ? En quoi sont-ils, ou non, déconnectés de la situation actuelle ? 

C’est d’abord un moyen de communiquer sur le fait que l’intégration économique franco-allemande doit continuer – donc qu’au-delà des craintes exprimées dans les médias, tout va pour le mieux entre la France et l’Allemagne. 

Ensuite, sur le fond, les deux Etats ont besoin de recettes fiscales supplémentaires en provenance des entreprises. Cela est vrai bien sûr pour la France, mais aussi pour l’Allemagne. Si cette dernière veut mener à bien la remontée en capacités opérationnelles de ses forces armées, il va lui falloir des ressources fiscales nouvelles si elle ne veut pas faire augmenter son endettement public. Même remarque pour ses infrastructures vieillissantes. Face aux menaces d’être livré à eux-mêmes en matière de défense par l’administration Trump, il y a un moment où les gouvernants allemands et français ne peuvent plus tolérer de subventionner les paradis fiscaux internes à l’Union européenne, comme l’Irlande ou le Luxembourg. Il y va de leur puissance. Mais aussi de leur stabilité politique interne : à force d’augmenter les impôts sur leurs classes moyennes, d’affaiblir leur Etat Providence, et d’accepter une détérioration du sort des salariés via le chômage de masse ou le précariat, ces deux pays sont confrontés à une radicalisation d’une partie de leur électorat. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 19/06/2018 - 11:05 - Signaler un abus Article réaliste

    Voici un article qui, si vous vous donnez la peine de le lire, nous présente un tableau assez sombre de la situation ! Et qui contredit le discours habituel sur ''l'Allemagne, perfection et modèle absolu'' ! Non, la solution n'est pas que la France devienne une ''Allemagne-bis'' ! Mais pourrais déjà citer les noms des germanolâtres, réactionnaires débiles, thuriféraires du Libéralisme, qui viendront nous affirmer le contraire !

  • Par pitron67 - 19/06/2018 - 12:04 - Signaler un abus trop tard

    il est surtout trop tard ,le mal est fait, chacun a joué son jeu pour profiter au maximum du bordel engendré et maintenant il n'y a plus que des deçus.la construction européenne a partir de l'intégration des pays de l'est s'est transformée en jungle ou il n'y eut que des perdants

  • Par Poussard Gérard - 19/06/2018 - 13:16 - Signaler un abus Les 2 M.....

    se retrouvent isolés face aux peuples qui se rebiffent enfin..par la voix des urnes.. Aux européennes, la droite va gagner..car on ne veut plus de clandestins sur notre sol..Nous voulons d'abord aider nos paysans, nos ouvriers, nos retraités, nos employés..

  • Par vangog - 19/06/2018 - 13:34 - Signaler un abus Harmonisation fiscale avec qui, Bouillaud?

    Vous n’irez jamais au bout de votre raisonnement égalitariste, car vous n’aurez jamais le courage de dire avec qui il faut harmoniser?...avec l’enfer fiscal et social français, ou avec les paradis fiscaux et sociaux luxembourgeois, ou de l’est européen? ...et même si l’harmonie est au centre, vous imaginez Macrouille demander à son ministre du budget de passer de 46,7% de prélèvements obligatoires à 32,7%, soit quinze points de moins de PIB????? Alors que depuis Macrouille, ministre des finances, les prélèvements socialistes ont augmenté de près de trois points de PIB????...impossible! Oubliez votre fantasme, Bouillaud...

  • Par Lazydoc - 19/06/2018 - 13:35 - Signaler un abus Impôt sur les sociétés

    16% en Allemagne 33% en France Il y a du boulot pour converger!

  • Par Marie-E - 19/06/2018 - 14:59 - Signaler un abus ces 2 la

    ont simplement oublie d'ecouter leurs peuples.Il n'y a pas a dire ils sont vraiment a l'ouest. La messe est dite, les Europeens ne croient plus en l'Europe et surtout ils ne supportent plus les mensonges sur l'immigration. Signe : Marie Esther une europeene germanophile convaincue il y a 30 ans et qui a perdu depuis ses illusions.

  • Par ajm - 19/06/2018 - 19:27 - Signaler un abus IS Allemand.

    Lazydoc: l'IS en Allemagne comprend deux parties, une partie fixe de 15% et un impôt municipal qui peut varier , au total, en moyenne 29%.

  • Par vangog - 19/06/2018 - 21:56 - Signaler un abus @Marie-Esther désillusionnée...

    Il existe une autre Europe possible, moins technocratique, moins idéologique aussi, fondé sur la cultures des différences , et non sur une convergence impossible.." Macron est le fils spirituel de Kalergi et de Monet, et leur modèle à totalement échoué, tous les européens s’en rendent compte...Les patriotes veulent une identité européenne fondée sur les différences, et souhaitent simplement que ces europeistes revanchards ne soient pas aveuglés au point de faire sombrer l’Europe sous la submersion migratoire, par simple dépit que leur idéologie europeiste ait échoué ...

  • Par zen-gzr-28 - 20/06/2018 - 19:38 - Signaler un abus Le compte COUDENHOVE-KALERGI

    doit se retourner dans sa tombe. En 1939, il proposa son projet d'Europe dont les grandes lignes sont une Europe où les peuples seraient à égalité, suffisamment soudés pour pouvoir tenir tête aux trois autres blocs USA,URSS et Chine, allant de la simple union économique et monétaire, avec une armée forte commune qui aurait facilité la mixité des peuples européens BLANCS, chrétiens de culture gréco-romaine garantissant l'indépendance et l'intégrité de tous les états associés (EURONATIONS) développant une mystique européenne fondée sur : a)la culture européenne, b)la foi chrétienne, c)la conception de l'honneur des chevaliers médiévaux. Il insiste : l'Europe doit être une Europe majoritairement blanche, chrétienne....Cette définition d'une Europe des Nations, réunissant les peuples européens blancs, excluant les pays communistes et musulmans a mis les "gauches européennes" en fureur. Elles ont haï kelergi l'ont même accusé de raciste alors qu'il était marié à une juive jusqu'au moment où elles ont trouvé le moyen de récupérer son projet pour faire un plan totalement détourné de l'original. Macron, fils spirituel du plan Kalergi ????

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€