Samedi 19 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les solutions esquissées pour une juste concurrence mondiale ne sont pas à la hauteur des défis !

L’Initiative Citoyenne Européenne est lancée dans 9 pays de l’Union Européenne afin d'obliger les dirigeants politiques à s’engager à appliquer une nouvelle politique commerciale commune vis-à-vis des pays tiers pour protéger le commerce européen.

Tribune

Publié le 17 mars 2012
 

Les objectifs fondamentaux de l’Union Européenne -plein emploi et croissance équilibrée- ne sont pas atteints et tous les pays européens s’en éloignent, à de rares exceptions près.

Avec 23 millions de chômeurs, 80 millions de pauvres, l’explosion du travail précaire, la stagnation des salaires et du pouvoir d’achat, l’apparition de travailleurs pauvres, l’effondrement des classes moyennes et l’explosion des inégalités de revenus, la cohésion sociale et la paix sociale sont menacées.

Avec la désindustrialisation et les délocalisations massives, les surendettements publics, les déficits extérieurs de la majorité des pays européens et l’accumulation par certains pays émergents comme la Chine de réserves de change colossales, la cohésion économique et l’indépendance économique de l’Europe sont menacées.

La concurrence mondiale actuelle  entre les pays développés et certains pays émergents en est la cause principale :

  • différences radicales des normes sociales, environnementales, sanitaires et juridiques, 
  • croissance de certains pays émergents fondée sur leurs exportations au détriment de leur demande intérieure, 
  • restrictions multiples et sévères aux importations et aux investissements étrangers imposées par la plupart des pays émergents, 
  • protectionnisme monétaire pratiqué par la Chine.

 

Ce diagnostic est partagé par un nombre croissant d’économistes et de dirigeants politiques européens. On le retrouve en France dans la plupart des projets politiques, de l’extrême gauche à l’extrême droite, en passant par l’UMP et le PS. On le retrouve dans un projet de Rapport de la Commission du Commerce Extérieur du Parlement Européen.

Mais les solutions esquissées ne sont absolument pas à la hauteur des défis, de l’urgence et de la gravité de la situation. Face aux restrictions aux importations et aux investissements étrangers, le principe de réciprocité ne doit pas se limiter aux marchés publics. Face à l’accumulation des réserves de change et au protectionnisme monétaire des Chinois, l’appel au bon vouloir des dirigeants chinois est pathétique. Face aux différences radicales des normes sociales, environnementales, sanitaires et juridiques, il ne suffit pas de réclamer de nouvelles règles d’organisation du commerce mondial tenant compte de ces normes : il faut préciser ces nouvelles règles.

Le moment est venu pour les citoyens européens de faire entendre leurs voix pour obliger leurs dirigeants politiques à s’engager à appliquer une nouvelle politique commerciale commune vis-à-vis des pays tiers, politique qui protège les emplois, les droits sociaux et les intérêts économiques des peuples européens et qui provoque une renaissance de l’industrie européenne, condition indispensable pour retrouver le plein emploi et une croissance équilibrée.

Les enquêtes d’opinion démontrent que 2/3 des Français, mais aussi des Italiens, des Espagnols et des Allemands y sont favorables.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cqoiqéqon - 18/03/2012 - 12:42 - Signaler un abus @ golvan

    je suis très honoré de vous entendre citer ma prose mais désolé je comprend pas!
    le sujet ou son interprétation on du être mal posés ici.
    rdv plus loin j’espère

  • Par golvan - 18/03/2012 - 11:25 - Signaler un abus Les gens qui s'expriment sur

    Les gens qui s'expriment sur ce forum sont rarement des chômeurs européens. Ils parlent certainement pour eux-mêmes lorsqu'ils décrivent des Européens gros et gras et vieux et feignants etc... Il faudrait peut-être dissocier la grande bourgeoisie européenne qui s'enrichit grassement en faisant travailler les esclaves chinois pour vendre leurs produits au prix de biens produits en Europe, réalisant au passage des marges délirantes, de tous ceux qui n'y ont qu'un intérêt très relatif.
    Cher Harmaggedon vous êtes apparemment une belle âme qui se préoccupe du sort des pauvres à l'autre bout de la planète, pourquoi pas vous préoccuper du sort de vos concitoyens pauvres ? Parce que les pays émergents ( mais qui ont déjà émergé depuis belle lurette) pourraient aussi développer leur marché intérieur pour améliorer le sort de leurs populations.
    Le rétablissement de règles commerciales est inéluctable, ce qui n'empêchera pas une relative baisse du niveau de vie en Europe, mais déshabiller Pierre pour habiller Paul, ce qui semble l'unique credo de l'OMC et de l'inénarrable Pascal Lamy est une belle imposture.

  • Par Harmaggedon - 18/03/2012 - 07:27 - Signaler un abus toujours la faute des autres !

    à longueur de temps on nous ressasse le dumping social, le dumping fiscal, le dumping...
    Cela masque quasiment à chaque fois, un réflexe d'enfant gâté.
    Via des aides communautaires, les grecs ont été poussés à vivre "au-dessus de leurs moyens, on en voit le résultat aujourd'hui.
    Ce serait la faute aux armateurs, à l'église orthodoxe, à des impôts non payés... en fait en leur imposant nos normes, on les a appauvri. On en voit le résultat, aujourd'hui.
    Au début du XXème siècle, à 10 ans, on travaillait, parfois même dans les mines.
    Dans les années 60, la majorité des jeunes, en France, entraient en apprentissage... à 14 ans !
    La semaine de congés payés, date de 1936... aujourd'hui, nous en sommes à 5, sans compter les RTT.
    De quel droit, pourrions nous imposer à des pays émergents, nos normes actuelles, simplement pour faire tourner notre économie de "favorisés"?
    Corruption mise à part, comment ces pays pourraient-ils se payer le luxe d'une éducation nationale, comme la notre?
    Pourquoi continueraient-ils à se laisser exploiter pour leurs matières premières?
    S'adapter ne veut pas toujours dire "progresser", mais aussi parfois savoir "régresser"!

  • Par cqoiqéqon - 17/03/2012 - 19:15 - Signaler un abus nous on aimerai bien que les

    nous on aimerai bien que les autres soient toujours le problème.
    malheureusement c'est toujours le cas... donc ce n'est pas un problème.
    il faudra peut être un jour commencer à se regarder en face.
    trop vieux, trop gras, trop riches... vieille Europe conservatrice peureuse et frileuse. Voilà l'unique problème qu'il faut résoudre.

  • Par cqoiqéqon - 17/03/2012 - 19:05 - Signaler un abus petit mot a l'auteur

    au vu de ce petit exemple et il y en a à la pelle des comme celui là, je pense qu'à l'heure où les divisions (et les incompréhension...parce que ce monde est compliqué) sont légion et particulièrement bloquantes à la bonne marche de la démocratie européenne, il faut que des gens comme vous soyez très vigilant à ne pas reproduire les erreurs des parlements nationaux.
    allez! je vous aide ; Etablissez avec Initiative citoyenne Européenne une pétition établie sur cette base :
    http://www.le-message.org/
    et on va vous faire exploser le tweeter.
    Merci pour votre action démocratique

  • Par cqoiqéqon - 17/03/2012 - 18:53 - Signaler un abus Romain Rochas, Chef de

    Romain Rochas, Chef de division honoraire de la Cour des comptes européenne.
    Mais ces petites contradictions [du MES] ne sont que peccadilles. Il y a pire. Au moment même où l’Union se livre avec le MES à une étonnante initiative intergouvernementale radicale et sans précédent, la même Union entreprend la discussion d’un vaste programme de gouvernance économique et budgétaire, détaillé dans 6 propositions de la Commission ahurissantes par une volonté d’intégration communautaire extrême et par un technocratisme qui touche au délire. Au même moment donc, on assiste à deux initiatives relevant de systèmes juridiques radicalement opposés.

  • Par cqoiqéqon - 17/03/2012 - 18:39 - Signaler un abus une pétition au parlement

    une pétition au parlement nécessite 100000 de signataires pour être simplement lue.
    On pourrait penser que ce droit établi un pas vers une stochocratie.
    En fait il n'en ai rien car une participation citoyenne dans ce parlement nécessite un regroupement important de voix et d’intérêts...de là à imaginer qu'il peut y avoir des pressions ; il n'y a qu'un petit pas. De même, essayez de regrouper 1000 000 de tartempion! sous un motif simple hein par ce que le quidam il a bien des avis sur tout mais quand il faut prendre une décision ,sorti du très binaire référendum, y a plus personne.
    Bayrou a raison. Obligez le parlement à publier son Agenda longtemps à l'avance, les TV participeront et tout le monde pourra suivre ces couilles molles bien élevées. On pourra leur balancer des tomates et les entarter, comme à de vrai élus qu'ils ne sont même pas d'ailleurs!
    Nous aurons ainsi une Europe démocratique bien vivante.
    je sais faire sourire certains mais croyez moi, blesser l'amour propre et l’orgueil fera toujours plus d'engagement (ou de dégagement) responsable que n'importe quelle élection.
    le zélu ou l'oligarchus sont des espèces qui ne sont pas en voie d'extinction,à ne pas protéger.

Gilbert Ribes

Gilbert Ribes est Polytechnicien, ancien dirigeant dans l’industrie, membre du Forum Démocratique et co-organisateur de l’Initiative Citoyenne Européenne.

Voir la bio en entier

Fermer