Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

SNCF : pourquoi le renoncement aux petites lignes ferroviaires locales n’aurait pas d’impact sur l’aménagement

Les conclusions du rapport Spinetta sur l'avenir du trafic ferroviaire en France incite l'Etat à fermer une partie des lignes de train au lieu de les réhabiliter. Un très bon moyen d'accentuer le sentiment d'abandon par l'Etat qu'éprouve la population qui habite dans ces territoires.

Rapport Spinetta, suite

Publié le
SNCF : pourquoi le renoncement aux petites lignes ferroviaires locales n’aurait pas d’impact sur l’aménagement

Atlantico : Selon le rapport Spinetta " l’avenir du transport ferroviaire", la question de la pertinence du maintien des "petites lignes" se poserait en France, indiquant notamment : « Il paraît impensable de consacrer près de 2 milliards d’euros à seulement 2 % des voyageurs, grondent les auteurs du rapport. Le maintien des lignes héritées d’une époque où le transport ferroviaire était l’unique moyen de déplacement doit être revu ». Du point de vue géographique, quelles pourraient être les conséquences d'une telle décision sur les petites lignes ?

Laurent Chalard : Les conclusions du rapport Spinetta incitent l’Etat à fermer une partie des petites lignes de chemin de fer, plutôt qu’à les remettre à niveau, et plus particulièrement celles qui se situent dans des zones peu densément peuplées. Il s’ensuit que la fermeture de ses lignes n’aurait pas un grand impact géographique, dans le sens que la voiture est reine dans ces territoires depuis plusieurs décennies, le train n’étant plus concurrentiel du fait de l’obsolescence de l’infrastructure. D’ailleurs, s’il transporte aussi peu de voyageurs, c’est tout simplement parce que les habitants utilisent d’autres moyens de transports plus efficaces. Le chemin de fer est essentiellement utilisé par des personnes captives habitant à proximité de gares (pour les autres, l’autocar et la voiture dominent), qui pourraient tout aussi bien être transportées par des autocars. Cependant, il ne faut pas sous-estimer l’impact de ces fermetures de ligne, qui serait beaucoup plus d’ordre psychologique. En effet, dans des territoires qui voient les services publics disparaître au fur-et-à-mesure du temps (postes, écoles, maternités, tribunaux…), la fermeture d’une ligne ferroviaire ne fera qu’accentuer le sentiment de déclin et d’abandon de la part des autorités, même si, en l’occurrence, cette fermeture relève plus d’une inadaptation de l’offre à la demande qu’autre chose.

Comment imaginer les solutions locales pour les personnes utilisant ces trains ? Quels seront les modes de transport alternatifs possibles ?

Les personnes utilisant ces trains étant très peu nombreuses (la part des touristes est loin d’être négligeable !); les solutions locales existent déjà avec les transports routiers (voitures, motos, autocars), voire le vélo pour les trajets courts. Les vrais « captifs » du train sont très rares, la plupart faisant le choix du train au lieu de la voiture pour des raisons de facilité, plus que par obligation. Les modes de transport alternatifs sont donc routiers, ce qui explique d’ailleurs pourquoi les élus des territoires ruraux sont beaucoup plus mobilisés contre le projet de limitation de la vitesse à 80 kilomètres par heure sur le réseau secondaire que par la disparition annoncée depuis un certain temps des petites lignes les moins rentables. Néanmoins, leur avenir ferroviaire n’est pas forcément définitivement condamné, dans le sens qu’elles peuvent retrouver une fonction touristique, voire une nouvelle fonction utilitaire, si l’Etat venait à les privatiser. Cela fonctionne dans d’autres pays européens, donc pourquoi pas chez nous ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par A M A - 17/02/2018 - 11:35 - Signaler un abus Supprimer les lignes non

    Supprimer les lignes non rentables au lieu de chercher à les rendre rentables, voilà une politique de "Gribouille". Le rail a été la solution du développement et l'est plus que jamais. En confier l'avenir à un ancien d'Air-France, l'inspirateur du TGV, la ruine de la SNCF, est une farce de mauvais goût. Au moment où il faudrait renforcer le maillage du train, ne voilà t'il pas que certains "crânes d'œuf" bobos parisiens veulent l'aérer en détruisant le tissu économique..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Chalard

Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€