Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 01 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Smartphones : ces applications qui vous aident à améliorer votre français

Les applications visant à perfectionner notre usage de la langue prolifèrent. Derrière des aspects pratiques non négligeables, ces outils techniques mettent en question notre rapport au langage.

Professeur numérique

Publié le
Smartphones : ces applications qui vous aident à améliorer votre français

Les personnes qui se servent avec pertinence de ces outils sont celles qui savent reprendre et corriger leurs écrits. Crédit Reuters

Toute question relative aux langues est complexe et celles relatives à l’usage de la langue française le sont tout autant. Pourquoi ? Il y a d’abord une confusion première entre langue et écrit : presque constamment, l’on confond l’une avec l’autre quand l’écrit (et on est davantage sur l’orthographe[1]) n’est toujours qu’une technique au service de la langue, elle-même en constants et nécessaires changements ; investis de valeurs symboliques, identitaires, sociétales, les discours survalorisant l’écrit rendent, au moins dans les pratiques et les représentations, toute intervention sur la langue difficile, conflictuelle et surtout empreinte de déloyauté linguistique : vouloir simplifier l’écriture de sa langue (et notamment le français) relèverait d’une totale inconséquence et viserait la destruction de la nation.

Évidemment tous ces discours alarmistes n’ont de fonction que de rendre possibles des postures de replis identitaires posés comme garants de la pérennité et du salut  de la langue. Ensuite, car en même temps que les langues continuent de changer en lien étroit avec les pratiques sociales, l’émergence des technologies de communication accroît de manière exponentielle la pratique de l’écrit, rend davantage visibles dans le champ social non seulement les changements (ortho)graphiques, mais plus encore identifiable l’émergence des formes linguistiques nouvelles ; il suffit de penser aux SMS rédigés dans des situations de contacts de langues (ailleurs qu’en France mais aussi en France), combinant – de manière tout à fait efficace et sans remettre en cause les identités et pratiques culturelles– les différentes normes des langues. Autrement dit, plus on écrit visiblement, plus semblent manifeste les écarts à une norme fantasmée de l’écrit.

L’illusion de la norme est là : chaque francophone sait que ses compétences de langue seront d’abord jugées sur les compétences orthographiques qu’il est censées maîtriser, ce qui – n’en déplaise à ceux qui énoncent le contraire – n’a jamais été le cas et ne peut donc pas être le sien. Jamais ses compétences ne sont évaluées à l’aune de ses capacités à écrire dans la multitude des variétés de sa propre langue mais toujours, au final, à son aptitude illusoire à connaître un ensemble de règles arbitraires, datées historiquement et sans peu de cohérence avec la diversité de la langue qu’il parle en tant que telle[2].

Ainsi, l’ensemble des outils proposés aux usagers pour "améliorer votre français" ne se trompent pas de cible marketing puisqu’ils s’adressent à des individus persuadés d’être en permanence en défaut par rapport à la norme de l’écrit et conscients par ailleurs que cet écart peut dans certains cas les discriminer.  En ce sens ils ont leur efficacité. Là où le bât blesse c’est que celles et ceux qui vont se servir avec pertinence et profit  de ces outils sont déjà ceux et celles qui savent reprendre et corriger leurs écrits, adopter des stratégies de contournement de leurs difficultés (ne pas savoir écrire un mot et avoir suffisamment de vocabulaire pour en choisir un autre équivalent et dont la graphie est connue, par exemple) ; les autres seront laissé-es à l’écart, voire les utiliseront en produisant plus d’erreurs encore. La véritable limite de ces outils (qui ne font que reproduire des pratiques correctives antérieures) est de reprendre l’idée qu’une langue est homogène, a une seule norme et pré-existante à son usage, alors que c’est bien évidemment l’inverse.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jean-paul - 25/11/2012 - 12:06 - Signaler un abus déjà il faut dire ORDIPHONES si vous voulez...

    déjà il faut dire ORDIPHONES si vous voulez vraiment améliorer votre "français"

  • Par kettle - 25/11/2012 - 16:25 - Signaler un abus ORDIPHONES???

    Smart != Ordi

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thierry Bulot

"Thierry Bulot est sociolinguiste, et travaille essentiellement sur la diversité des langues urbaines, sur les faits de discriminations sociolinguistiques et à la professionnalisation de la recherche dans ce domaine  ; il a mené plusieurs recherches portant sur les langues régionales (le normand entre autres) et sur le discours d'interface (particulièrement sur les particularismes du langage dans la relation homme-machine)."

Il a ouvert en 1999 chez L’Harmattan une collection de publications  intitulée Espaces Discursifs pour favoriser la diffusion des travaux de recherches linguistiques.

Il participe également au site www.sociolinguistique.fr

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€