Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les services de renseignement russes infiltrés au coeur de nos réseaux informatiques au moyen d’anti-virus que nous utilisons tous

Après le scandale de la surveillance des communications par la NSA, il semblerait que la Russie ferait de même. Les services de renseignements, le FSB, espionnerait plus de 400 millions d'internautes grâce à un fournisseur d'antivirus.

Virusskofs

Publié le
Les services de renseignement russes infiltrés au coeur de nos réseaux informatiques au moyen d’anti-virus que nous utilisons tous

Atlantico : Le fournisseur d'antivirus russe Kaspersky Lab collaborerait de très près avec le FSB, successeur du KGB, selon un article publié dans BloombergBusiness. 400 millions d'internautes pourraient ainsi être potentiellement espionnés par les services de renseignement russe. Quelle est la pertinence de cette assertion ?

Franck DeCloquement : Cette remarque a tous les attraits du bon sens. Le contraire eu été parfaitement étonnant de la part de tels spécialistes.

A l'image de ce qui se passe avec les très célèbres agences américaines de renseignement, qui collaborent quotidiennement avec ceux que l'on nomme communément : le "GAFA" (Google, Apple, Facebook, Amazon). Mais aussi avec bien d'autres entreprises de haute technologie. 

Les services de sécurités fédéraux de la Fédération de Russie et les experts du FSB ne seraient pas très professionnels, s'ils n'étaient pas eux aussi en pointe dans le registre de l'observation et de l'action par les moyens "cyber" dédiés. Et cela passe nécessairement par de discrets partenariats avec leurs grandes entreprises nationales d'expertises, leader sur le marché de la cyber-protection et des attaques de nature virale ou intrusive. Ne serait-ce que pour être renseigné à tout moment sur ce qui se passe dans le reste du monde, et qui risque de contaminer en retour - par effet de propagation à travers les réseaux - les entreprises nationales et les dispositifs de défense de la Fédération de Russie.

Toujours selon cet article, Kaspersky Lab a publié un certain nombre de rapports de qualité mettant en évidence des opérations d'espionnage menées par les Etats-Unis, Israël et le Royaume-Uni. La Russie n'a pas été mentionnée, alors que parallèlement la société américaine FireEye a montré que le pays avait mené des opérations équivalentes avec le logiciel espion Sofacy. De la même manière que les entreprises du web américaines sont très liées à la NSA, pourquoi leurs concurrentes russes ne le seraient-elles pas vis-à-vis des services de renseignement russes ?

Il est normal que Kaspersky Lab ne communique pas spécifiquement sur les agissements des autorités Russe de la Fédération de Russie en matière de cyber-attaques, si l'entreprise participe par ailleurs ; et en toute discrétion ; au dispositif national d'action et de protection dans ce registre, au profit des intérêts stratégiques du pays. Comme vous l'induisez également, et fort justement dans votre question, les services américains dédiés à la surveillance planétaire de leurs concurrents - mais aussi de leurs alliés - font de même. Et sans la moindre retenue, malgré les déclarations diplomatiques de façade de la présidence. 

Les Etats Unis restent bel et bien en pointe sur ce sujet technologique fondamental, dans le cadre d'une politique de puissance parfaitement assumée. Et ceci dans des proportions techniques et budgétaires inégalées dans l'histoire humaine, en matière de stockages et d'analyse de données sensibles.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 21/03/2015 - 14:17 - Signaler un abus Avec le marché unique, c'est le programme qu'aurait pu

    développer l'UE, en parallèle avec une défense et des frontières communes...Cela aurait été beaucoup plus intelligent que les normes débiles et le dumping fiscal et social, concoctés par les technocrates de l'UE! Malheureusement, toutes nos assemblées sont sous influence des écolo-trotskystes subventionnés par la russie...pas question de développer une défense commune et un service de renseignements communs, donc! Papa Poutine ne le tolérerait pas...

  • Par Nicolas V - 21/03/2015 - 16:27 - Signaler un abus Écolos trotskistes

    Les trostkos sont plutôt CIA. Les écolos-trotskistes ça doit être pareil. Quels écolos connus ont été invités Bilderberg ? Cherchez

  • Par bjorn borg - 22/03/2015 - 20:04 - Signaler un abus vangog

    est incorrigible! Qu'a donc fait Vladimir Poutine pour être ridiculisé à ce point ?? Influence écolo-trotskystes subventionnés par la Russie..., n'Est-ce pas plutôt par Marine Le PEN ?

  • Par cloette - 23/03/2015 - 13:58 - Signaler un abus Nicolas V

    Vous avez raison , les troskos sont à la CIA , c'est tout à fait exact !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Franck Decloquement

Franck DeCloquement est expert en intelligence économique pour le groupe Ker-Meur et ancien de l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE). Professeur à l'IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques) pour le Master 2 IRIS Sup' en « Géo-économie et intelligence stratégique », diplôme délivré conjointement par l'IRIS Sup' et l'ESC Grenoble, Franck DeCloquement est aussi conférencier sur les menaces émergentes liées aux actions d'espionnage, et les déstabilisations de nature informationnelle et humaine. Il est en outre intervenu récemment pour la SCIA (Swiss Competitive Intelligence Association) à Genève, et les assises 2015 de la FNCD (Fédération Nationale des Cadres Dirigeants) au Sénat.
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€