Dimanche 20 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Faut-il séparer garçons
et filles à l’école ?

D’après un article publié par la revue Science, aucune étude scientifique sérieuse ne montre qu’une éducation "unisexe" améliore les résultats scolaires des enfants. En revanche, elle renforce les stéréotypes liés au sexe.

Boys don’t cry

Publié le 26 décembre 2011 - Mis à jour le 12 mars 2012
 

Les garçons sont meilleurs en maths, moins sensibles au bruit, préfèrent l’action et le mouvement. Les filles préfèrent la douceur, la lecture et les poupées. En se basant sur ce genre d’affirmations, une école de la banlieue de Saint-Louis, aux Etats-Unis, a décidé de séparer filles et garçons dans des classes différentes. En 2009, la chaîne MSNBC s'est rendu dans cette école où filles et garçons étudient séparément, dans un environnement censé favoriser leur développement et améliorer leurs résultats scolaires.

Visit msnbc.com for breaking news, world news, and news about the economy

D'après le New-York Times, il existait aux Etats-Unis deux écoles séparant filles et garçons au milieu des années 1990. Aujourd'hui, elles sont plus de 500. La National association for single sex public education, qui promeut ce type d'éducation, estime que "si l'on enseigne les mêmes sujets et de la même manière aux filles et aux garçons, à l'âge de 12 ou 14 ans, nous avons des filles qui pensent que "la géométrie c'est dur", et des garçons qui trouvent que "l'art et la poésie c'est pour les filles." Le manque de compréhension des différences entre les sexes a comme conséquence non intentionnelle de renforcer les stéréotypes. A l'inverse, si vous comprenez ces différences, vous pouvez les éviter.

Mais un article récent du magazine Science prend le contre-pied de l'idée selon laquelle une éducation différenciée est meilleure pour les enfants."Il n'y a pas d'études bien construites montrant qu'une éducation "unisexe" améliore les performances académiques, mais il existe des preuves que la séparation des sexes augmente les stéréotypes et légitimise le sexisme institutionnalisé."

Cette étude s'intitule "La pseudo-science de l'éducation séparée des filles et des garçons". Ses auteurs, tous scientifiques, sont membres de l'American council for coeducational schooling. Ils demandent au président Barack Obama de revenir sur une décision prise par l'administration Bush qui a facilité l'ouverture des classes "unisexes". Il a fallu pour cela contourner la règle qui empêche l'inégalité de l'éducation.

Le département de l'Education a pris connaissance de cette étude, et déclaré en étudier les conséquences. "Quand on parle de séparer les élèves, de les traiter différemment, on doit le faire en respectant la constitution, et on veut s'assurer que cela est justifié. Nous voulons nous assurer qu'il existe des garanties contre la fabrique des stéréotypes."

Parmi les stéréotypes, l'idée que les filles ne sont pas faites pour les maths. Une étude américaine montre qu'entre le primaire et le lycée, le nombre de filles qui disent aimer la science tombe de 66 à 48%. Dans le même intervalle, celles qui souhaiteraient arrêter l'étude des mathématiques passent de 9 à 50%. Ce n'est donc pas le cerveau qui est en cause, mais plutôt l'acceptation progressive de l'idée selon laquelle les filles "ne seraient pas faites pour ça". En intégrant ces stéréotypes, les parents peuvent les transmettre à leurs enfants. 

Un autre aspect de l’éducation "unisexe" est l’idée selon laquelle les garçons ont plus besoin de se dépenser physiquement. Le reportage de MSNBC montre par exemple que les garçons sont encouragés à se déplacer quand les petites filles sont tranquillement assises à lire. Le professeur Charles Hillman (Université de l’Illinois) a étudié l’importance des activités physiques dans l’éducation. "Nous n’avons jamais trouvé de différences liées au sexe au cours de notre travail. Nous avons pris en compte le sexe comme variable dans notre étude, et nous n’avons jamais trouvé de quoi soutenir cette idée."

Il existe plusieurs autres recherches montrant qu'il n'y a que de très légères différences entre le cerveau des filles et celui des garçons. L'une d'elle vient du docteur Lise Eliot, neurobiologiste à la faculté de médecine de Chicago. Elle est l'auteure du livre Cerveau rose, cerveau bleu, dont vous pouvez lire des extraits ici. La conclusion de son ouvrage : Il y a "étonnamment peu de preuves solides de différences sexuées dans le cerveau des enfants".

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Cap2006 - 28/12/2011 - 10:52 - Signaler un abus il y a aussi des ayatollahs du collectivisme outrancié...

    la mixité devait faire diminuer les stéréotypes... je crois qu'elle ne remplis pas vraiment son role... contribuant un peu plus à érotiser les relations dès le plus jeune age...
    les filles passent leurs temps à tenir à jour leurs listes de prétendants supposés... les garçons à mater les seins qui poussent...
    Et les timides des deux sexes se retrouvent encore plus intimidés..

  • Par yoda - 27/12/2011 - 23:28 - Signaler un abus encore une etude à la con !

    les grands esprit ont parlés amen !
    écoutons les comme on écoute depuis des lustres tout ces soit disant grosses têtes qui mene les pays... assez de toute ces études... et cie !

  • Par cappucino - 27/12/2011 - 14:32 - Signaler un abus Les USA sont aussi le pays des créationnistes

    Alors le reste va dans le même sens. Dieu a créé la femme à partir de l'homme, elle dépend donc de lui. Pourquoi lui donner une éducation équivalente aux hommes? Quand à Lilith elle n'a pas fait de vieux os.
    Ras le bol des des fondamentalistes qui essayent par tous les moyens d'imposer leur point de vue y compris sous le couvert de l'éducation.

  • Par texarkana - 27/12/2011 - 12:40 - Signaler un abus il suffit d'observer les enfants en primaire

    ...à la récréation, les garçons se regroupent ensemble, les filles ensemble. C'est un besoin ontologique.

  • Par pansted00 - 27/12/2011 - 12:17 - Signaler un abus God is not great

    Honte au journalo qui a ose assoicer le litre d'une chanson de The Cure a une propagande religieuse prehistorique.

  • Par de Winecki - 27/12/2011 - 11:37 - Signaler un abus La priorité est ailleurs

    En bon protestant je préfère les écoles mixtes, mais si j'étais obligé de choisir entre une école de niveau convenable mais réservée aux garçons ou réservée aux filles et un établissement de ZEP où mes enfants seraient – en toute impunité – rossés, rackettés ou violés par des voyous, vous devinez que je choisirais la première solution.

  • Par de Winecki - 27/12/2011 - 11:12 - Signaler un abus Y a-t-il des chercheurs objectifs dans la salle?

    Il est intéressant de voir que l'éducation séparée est soutenue par la « National association for single sex public education » et l'éducation mixte par des membres de l' « American council for coeducational schooling ». On commence par être persuadé qu'une idée est vraie et ensuite on cherche des arguments pour la justifier. L'objectivité scientifique n'a rien à voir dans l'affaire.

  • Par Equilibre - 27/12/2011 - 00:42 - Signaler un abus En même temps, l'éducation,

    En même temps, l'éducation, c'est aussi de transmettre des choses vers lequel des enfants ne sont pas prédisposés ou intéressés. Je me moque de ces études, quoiqu'elles prouvent.
    Ce qui m'embête le plus, c'est qu'il ne sera pas bien dur de trouver un crétin politique qui généralisera l'expérience en France, histoire de faire plaisir à beaucoup de monde, sous couvert de "sciences". Lamentable.

  • Par Carcajou - 26/12/2011 - 20:50 - Signaler un abus Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,

    Par LeditGaga - 26/12/2011 - 17:07
    Voilà qui ne m'arrange pas je suis derrière.

  • Par Carcajou - 26/12/2011 - 20:47 - Signaler un abus Autre raisonnement

    Une étude montre qu'entre le primaire et le lycée, le nombre de filles qui disent aimer la science tombe de 66 à 48%. Dans le même intervalle, celles qui souhaiteraient arrêter l'étude des mathématiques passent de 9 à 50%
    Peut-être parce qu'effectivement les filles ne sont pas faites pour les maths et qu'elles renoncent lorsqu'elles sont dépassées.

  • Par Jean-Francois Morf - 26/12/2011 - 20:36 - Signaler un abus Les garçons devraient tous apprendre à recoudre une déchirure...

    Et les filles devraient suivre les cours de travaux manuels! Et tous devraient apprendre à conduire une auto à l'école! Il y a tellement de chose utiles à apprendre, qu'il est inadmissible de perdre son temps à apprendre la fausse façon de penser des latins et des grecs, ainsi que la fausse manière de penser des banquiers Américains! Apprendre à penser scientifiquement, et la Charia ne passera pas

  • Par PASCONTENT - 26/12/2011 - 19:48 - Signaler un abus pas possible et inquiétant

    Les faux philos qui abondent dont le triste et lamentable BHL et les politiques sont-ils donc tous convertis à l'islam ou ont le frousse , ? Cette thèse est celle des intégristes et comme l'hallal à l'école et sur les avions on se soumet à l'obscurantisme avec des accents de fausse sincérité; A peine croyable d'en être arrivés la !

  • Par Denisblap - 26/12/2011 - 18:37 - Signaler un abus @LeditGaga

    Mon message était ironique. J'ai cru qu'il était clair mais apparemment non, désolé. Les filles et les garçons étaient séparés dans les écoles en France alors que l'Islam était bien moins présent que maintenant, il est donc exagéré d'y voir un lien. Je ne suis pas du tout musulman mais je suis pour la séparation.

  • Par fms - 26/12/2011 - 18:27 - Signaler un abus attendons les études (tout aussi sérieuses) qui prouvent...

    que les écoles non-mixtes augmentent les risques d'homosexualité pour les présenter à ces parents et éducateurs bien-pensants de l'uniformité ! rira bien qui rira le dernier:o)

  • Par LeditGaga - 26/12/2011 - 18:07 - Signaler un abus @Denisblap

    J'ai peur qu'il ne soit déjà trop tard... dans moins de 10 ans sera pratiquée dans ce pays la 1ère lapidation de la femme adultère, et il y aura du monde pour lancer les pierres !

  • Par Denisblap - 26/12/2011 - 17:54 - Signaler un abus Insupportable

    Je me fiche de ce que dit la science. Je ne peux pas supporter la moindre forme de vie traditionnelle. Toute l'histoire de l'humanité est grotesque, sauf l'époque moderne. La société de consommation et ses individus indifférenciés est la meilleure forme de société du monde et de tous les temps. Ne revenons surtout pas en arrière !

  • Par texarkana - 26/12/2011 - 16:19 - Signaler un abus l'alcool est interdit dans l'islam

    donc toute campagne contre l'alcoolisme devient suspecte : on va loin avec ce genre de raisonnement à la mord moi le noeud!
    perso ayant connu écoles mixtes et non mixtes, j'ai de meilleurs souvenirs de ces dernières .

  • Par Mimi Defrance - 26/12/2011 - 12:52 - Signaler un abus tiens la Charia est déjà là

    A chaque fois on nous présente les avantages ...bizzarement issus des méthodes islamiques.Hier dans le XXème arrondissement de Paris on supprime (par le conseiller Kamel) les illuminations de Noël dans les rues au nom de 'léconomie, aujourd'hui on veut séparer les filles des garçons...on rêve. Qu'on arrête de nous prendre pour des billes, nous voyons clai, heureusement !r.

  • Par wykaaa - 26/12/2011 - 11:02 - Signaler un abus Pas en arrière à grandes enjambées

    Ce n'est pas possible de lire des imepties pareilles. Dans tous les domaines on recule vers le moyen-âge à grands pas. Quelle époque débile !
    Décidément l'obscurantisme a encore de beaux jours devant lui !

  • Par LeditGaga - 26/12/2011 - 10:23 - Signaler un abus Petit à petit...

    L'oiseau fait son nid ! On commence par séparer les filles des garçons à l'école puis on finira fatalement par obliger nos femmes à se voiler la face, pour arriver à leur interdiction pure et simple d'accès à l'université : il faut bien quelqu'un pour torcher les mômes et nettoyer les intérieurs, c'est le progrès !

Fermer