Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Secret des sources : pourquoi Clément Weill-Raynal est-il le seul à ne pas pourvoir compter sur la vigilance médiatique ?

"En vertu de la loi sur la protection des sources des journalistes, je n’avais pas à informer ma direction que j’étais l’auteur des images", s'est défendu le journaliste de France 3 Clément Weill-Raynal, auteur du film sur le Mur des cons du Syndicat de la magistrature, diffusé sur Atlantico.fr.

Géométrie variable

Publié le

Mur des cons (suite) : Clément Weill-Raynal, sanctionné par la direction de France télévision. Celui-ci a écopé d'une mise à pied privative de salaire de huit jours, assortie d'une menace de licenciement, en cas de réitération. Celui-ci refuse toute sanction.

Lors du conseil de discipline qui l’a sanctionné et qui lui reprochait d'avoir caché à sa hiérarchie qu'il était l'homme qui avait permis au public de révéler les détestations sélectives du Syndicat de la magistrature, le journaliste a excipé de la loi de 2010 qui protège, de manière absolue, le secret des sources, sauf en cas d'impératifs exceptionnels.

Le chroniqueur judiciaire de France 3 a fait valoir que dans le climat de haine qui prévalait, avec une CGT qui voulait sa tête et un Syndicat National des Journalistes qui allait se déclarer solidaire du Syndicat de la magistrature la nécessaire protection de l'auteur du document incriminé qu'il était n'avait rien de platonique.

Au moment où ces lignes sont écrites, seul celui qui a révélé les turpitudes d'un syndicat donneur de leçons de vertu a été condamné.

Pendant ce temps, les maçons du mur des cons ont été élargis par le Conseil Supérieur de la magistrature avec l'hypocrite bienveillance de Mme Taubira qui avait endormi auparavant la représentation nationale.

Bien entendu, les procédures d'injures et de destruction de preuves diligentées à l'encontre des magistrats vont se poursuivre.

Les « lanceurs d'alerte » de Snowden à Assange (à qui le Monde a ouvert généreusement ses colonnes cette semaine) font l'objet d'une compréhension particulière à gauche, quand bien même ils ont enfreint gravement le droit.

La loi sur le secret des sources fait l'objet d'une vénération quasi religieuse. Le Monde l'a encore invoquée récemment à l'encontre d'un juge instruction.

Nul ne reproche aujourd'hui au journaliste de France 3, sanctionné par une direction terrorisée par la CGT, la moindre infraction légale.

Allez savoir pourquoi, force est de constater que la gauche journalistique, habituellement prompte à monter sur ses ergots pour défendre un confrère dans la peine, n'a fait de cette affaire, ni un psychodrame, ni un drame, ni un scandale, ni même un problème.

À peine un sujet de dérision à l'encontre d'un journaliste libre.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par antoinem - 17/06/2013 - 14:54 - Signaler un abus Mafia PS

    La mafia gauchiste a encore frappé !!!! Et la soi-disante "justice" qui s'acharne sur Sarkozy pour l'empêcher de revenir en 2017.... j'espère que les Français vont arrêter de se faire avoir par cette mafia de gôôôche organisée !!!! Pour moi, c'est l'écoeurement le plus total !!!!

  • Par ACL - 17/06/2013 - 14:58 - Signaler un abus Manipulation comme d'hab.

    Le secret des sources n'est accordé qu' aux bien pensants ; les autres : au goulag.

  • Par SteakKnife - 17/06/2013 - 16:12 - Signaler un abus Pour le coup...

    Goldnadel a raison, ces sanctions sont injustifées. Pourtant, j'ai du mal à le prendre à sérieux quand il peste sur l'indignation sélective de la gauche haha. La dernière fois que j'ai regardé à "indignation sélective" dans le dictionnaire, la définition disait "Goldnadel".

  • Par tatouzou - 19/06/2013 - 15:24 - Signaler un abus Pas de liberté pour les ennemis de la liberté (Saint-Just)

    Le plus grave dans cette affaire, c''est que l'indignation, déjà très faible au début, est maintenant complètement retombée. L'oubli va bientôt recouvrir ce scandale du mur des cons qui déshonore toute l'institution judiciaire. Sans doute est il préférable, comme dans les démocraties populaires, que les citoyens comprennent bien que la présomption d'innocence ne concerne les biens pensants ( = de gauche), et que les autres sont des "cons" (="fachos"), présumés coupables du seul fait de leurs opinions blasphématoires, ou parce qu'ils ont osé dire que le roi était nu. Ainsi la peur d'être ostracisés les fera se tenir tranquille et garder pour eux leurs critiques.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles-William Goldnadel

Gilles William Goldnadel est un avocat pénaliste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il fut le défenseur des accusés dans les affaires Sentier I et Sentier II, ainsi que dans l'Angolagate. Il est l'auteur de "Réflexions sur la question blanche" et de "Le vieil homme m'indigne ! : Les postures et impostures de Stéphane Hessel" parus chez Jean-Claude Gawsewitch. Gilles William Goldnadel est également secrétaire national de l'UMP aux médias et à la désinformation.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€