Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Saviez-vous que l’alcool fait plus de morts qu’un attentat au Bataclan ?

Sans doute mais vous n’y aviez pas pensé. Un expert y a pensé pour vous…

Des chiffes et des lettres

Publié le

Pascal Boniface est un chercheur connu. Géopoliticien, il dirige l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), un organisme très proche - c’est de notoriété publique - du monde musulman et du Qatar en particulier. Il est aussi spécialiste du football. Et quand il n’intervient pas sur les grandes affaires du monde, il parle savamment du ballon rond. Un chercheur, ça cherche. Et un chercheur sachant chercher, c’est rare et précieux. Et voilà ce qu’il a trouvé. 

Dans La Croix, journal qui a eu la charité chrétienne d’accueillir son texte, il revient sur les attentats de Paris.

Certes, il les déplore et les condamne. Mais il regrette aussi qu’on se focalise trop dessus, créant ainsi, des sentiments de panique "anxiogènes". Or, Pascal Boniface dispose de chiffres qui, selon lui, relativisent vraiment l’horreur des attentats à propos desquels, on en fait, toujours selon lui, beaucoup, beaucoup trop. Les voici. 

Il y a d’autres facteurs de mortalité qui ne suscitent pas la même mobilisation. Il y a 130 personnes par jour qui meurent à cause de l’alcool. L’an dernier, 1412 personnes sont mortes de froid dans la rue et 3500 autres ont été victimes de la route, certes par accident, mais en grande partie par la délinquance routière. Chaque année, 150 personnes meurent de violences conjugales. Deux enfants meurent chaque jour sous les coups de leurs parents. Ces morts ne suscitent pas la même mobilisation. » Il manque quand même à la liste de ces calamités, le tabac très mortifère, le cancer, les AVC, la grippe, le SIDA et la mort subite du nourrisson…

Reste que les précisions chiffrées de M.Boniface ne peuvent que susciter l’admiration. Et il faudrait être très, très mauvaise langue pour imaginer que ce qui le gêne dans l’évocation du Bataclan c’est que les assassins se revendiquent d’un prophète qu’il défend contre les méchants islamophobes. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? En suivant la logique imparrable de M.Boniface on pourrait également s’étonner qu’on fasse tout un plat pour 6 millions de Juifs assassinés pendant la Seconde Guerre mondiale.

C’est vrai quoi ! Pendant cette période, il y a eu des millions de morts de faim… Des millions de morts de maladie... Des dizaines de milliers de morts à cause de l’alcool, surtout en France … Et combien de femmes battues à mort ?… Et combien de millions de Chinois victimes d’inondations catastrophiques ? Combien d’Africains morts de la malaria, du typhus? Aucun de ces morts n’a suscité, pour reprendre les termes du géopoliticien, « une mobilisation générale » identique à celle provoquée par le génocide des Juifs. 

Mais il faut comprendre Pascal Boniface. Il n’est pas heureux. Il vit dans un pays où tous les jours de la semaine on le gave avec des Merah, des Nemmouche, des Kouachi, des Coulibaly…Il n’en peut plus. Car lui, et lui seul, se préoccupe des accidents de la route, de l’alcool, des enfants maltraités. En plus, on l’envahit avec des histoires de têtes coupées par Daech, de femmes yézidies violées par des combattants islamistes. Vivement le Mondial de foot au Qatar que Pascal Boniface puisse enfin parler de ce qu’il aime.
 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 18/02/2016 - 11:00 - Signaler un abus il y a aussi

    Les tsunamis les tremblements de terre les inondations les épidémies , pauvres humains qui ne sont pas sortis de l'auberge ; mais quel mystère ce Qatar qui a fait ainsi irruption dans la vie de Boniface et d'autres !

  • Par cloette - 18/02/2016 - 11:00 - Signaler un abus il y a aussi

    Les tsunamis les tremblements de terre les inondations les épidémies , pauvres humains qui ne sont pas sortis de l'auberge ; mais quel mystère ce Qatar qui a fait ainsi irruption dans la vie de Boniface et d'autres !

  • Par Fastoch - 18/02/2016 - 11:22 - Signaler un abus Dans le même genre...

    Dans le même genre il y a aussi : "Pourquoi faire un plat de la guerre de 1914 avec ses 9 millions de morts, alors que le grippe espagnol de 1918 à fait, elle, 25 millions de morts au bas mot !" Alors, le premier suicide de l'Europe en 14-18 : la grippe ou la guerre ? Le deuxième suicide de l'Europe : l'alcool ou l'islam ?

  • Par Lafayette 68 - 18/02/2016 - 11:30 - Signaler un abus Boniface l'enchanteur

    @Fastoch : bien vu. De l'IRIS à C dans l'air , de C dans l'air à l'IRIS et ses remarques footballistiques ,Boniface nous émerveille à chaque fois! En tant que grand chercheur qui cherche on le trouve , en tant que grand chercheur qui trouve , on le cherche ...

  • Par Pig - 18/02/2016 - 17:54 - Signaler un abus Faire parler de soi

    Le terrorisme n'a qu'un objectif : faire parler de soi. Et ça marche ! Peut-être les comparaisons de M. Boniface ne sont-elles pas très habiles, mais au moins ont-elles le mérite de rappeler que nous rentrons entièrement dans le jeu de nos ennemis en faisant autant de bruit autour de leurs agissements, en commémorant même leurs méfaits ! Nos cérémonies, les gens de l'EI en redemandent ! Ils sont 30.000, mais on ne parle plus que d'eux, bravo ! Alors ils vont recommencer puisque ça marche si bien.

  • Par Outre-Vosges - 18/02/2016 - 19:51 - Signaler un abus Vade retro, Satanas

    À lire ces stupidités (non les vôtres mais celles du sieur Pascal Boniface) je regrette de ne pas être abonné à La Croix pour avoir le plaisir de me désabonner, mais le méchant parpaillot que je suis ne l’achète même pas en kiosque occasionnellement. Merci donc d’avoir eu le courage et la patience de parcourir de telles insanités pour tenir le lecteur au courant.

  • Par Joly Maurice - 18/02/2016 - 23:10 - Signaler un abus Merci.

    Merci de trouver les mots et les phrases pour décrire un tel con! Moi les bras m'en tombent, une telle propension à la bêtise quand elle est aussi épaisse me sidère et me paralyse. Et je ne sais par ou commencer pour la dénoncer tant elle est immense. Vous le faites très bien avec de la méthode et du talent.

  • Par Marie-E - 20/02/2016 - 14:03 - Signaler un abus je ne dirai pas

    ce que je pense de Pascal Boniface : le spécialiste (il paraît) du Proche Orient invité sur tous les plateaux. Il a écrit "la France malade du conflit israélo palestinien", dans des tribunes "A t on le droit de critiquer Israël", ... et je fais grâce des désaccords (je reste soft) entre Boniface et Finkelkraut, Haziza et Perez. Bref je vais passer mon chemin avant de dire vraiment ce que je pense.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€