Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 22 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vous savez comment on appelle une femme qui utilise les applications de contraception ? Une mère

Les méthodes de contraception naturelles restent loin d'être aussi fiables qu'une pilule. L'application Natural Cycles n'est pas sans poser de questions comme révèle les chiffres de l'hôpital de Stockholm.

Contraception 2.0

Publié le
Vous savez comment on appelle une femme qui utilise les applications de contraception ? Une mère

Atlantico : L'application de contraception Natural Cycles, a été signalée par l'hôpital de Stockholm après l'admission depuis septembre de 37 femmes pour des grossesses non désirées. Toutes étaient utilisatrices de cette application qui pourtant répond aux normes européennes en la matière. Comment ces "méthodes contraceptives" fonctionnent et sont-elles fiables selon vous ? Peut-on vraiment confier la contraception aux algorithmes d'une application ?

Odile Buisson : Les contraceptions dites naturelles s’attachent à repérer la période ovulatoire de façon à éviter les rapports sexuels (non protégés) car c’est la période féconde. Pour ce faire on peut évaluer la qualité de la glaire cervicale qui a un aspect filant comme du blanc d’œuf lors de l’ovulation. On peut également surveiller sa température journalière qui présente une élévation après l’ovulation. L’ovocyte ne vivant que 24 heures, les rapports ayant lieu à partir de 3 jours après le décalage de température ne sont plus fécondants.

Cependant, il faut que la température soit prise à heure fixe, le matin avant de se lever et il faut surtout que la température ne s’élève pas pour d’autres raisons (agitation, infection etc.).Ce sont des méthodes très contraignantes et à fort taux d’échec (20%).Récemment l’algorithme statistique de l’application contraception Natural Cycles qui associe examen de la glaire cervicale, température et dosages hormonaux par bandelettes urinaires a proclamé 97% d’efficacité mais même si on ajoute de la technologie couteuse, il n’en reste pas moins que la prédiction de l’ovulation reste hasardeuse car on n’est jamais à l’abri d’une erreur interprétative des signes d’ovulation, d’une modification impromptue du cycle, d’une double ovulation, d’une survie plus longue des spermatozoïdes. Ceci dit, l’échec de la méthode était assez prévisible car les algorithmes statistiques n’ont rien de magique.

Comment expliquer le succès de ces méthodes de "contraception naturelles" aujourd'hui dans un pays où les méthodes de contraception "conventionnelles" sont abordables ?

En France, il y a une mouvance naturaliste et écologique extrêmement critique vis-à-vis de la contraception hormonale qu’elle accuse de tous les méfaits. Media et réseaux sociaux propagent à grande échelle le sophisme naturaliste qui veut que tout ce qui vient de la nature est forcément meilleur que ce qui est produit par la science. La contraception hormonale (comme la vaccination) subit depuis plusieurs années une telle désinformation qu’il est difficile de faire entendre une vérité scientifique. Les contraceptions hormonales sont efficaces et abordables mais les crédules préfèrent payer  bien plus cher une application  beaucoup moins efficace car  ils font passer leur idéologie avant les faits scientifiques. Ce ne serait pas trop gênant si cela n’impactait pas le taux d’IVG qui quoiqu’en disent les pouvoirs publics est en augmentation chez les très jeunes filles et les catégories de femmes les plus défavorisées.

Qu'est ce que cela trahit de l'évolution des mentalités sur cette thématique de la contraception ? Comment expliquer ce phénomène ?

La science déçoit car elle ne permet pas d’obtenir 100% de bénéfices et  0% de risques d’aléa thérapeutiques. Or il y a toujours la tentation d’une pensée magique où on pourrait tout obtenir sans inconvénient à la condition de faire confiance à la  Nature. En un sens, il y a une forme de religion de la Nature qui viendrait remplacer les religions classiques  Ce phénomène général  (hormis la vaccination)n’est pas bien combattu  par les autorités de santé qui sont toujours satisfaites de faire des économies en matière de médicaments Néolibéralisme économique et naturalisme font donc bon ménage. Il faut également souligner que la contraception dite naturelle n’est en rien une libération du corps et de l’esprit: elle contraint l’épanouissement sexuel tout en obligeant à une surveillance quasi obsessionnelle des signes d’ovulation.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Odile Buisson

Odile Buisson est gynécologue-obstétricienne. Elle est également l'auteur de Qui a peur du point G et Sale temps pour les femmes aux éditions Jean-Claude Gawsewitch. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€