Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sarkozy Wauquiez : pourquoi les ingrédients d’un clash sont d’ores et déjà réunis

Nicolas Sarkozy a reçu Laurent Wauquiez, quelques semaines après les "fuites" dans lesquelles le président de LR avait clairement attaqué l'ancien président.

Chronique d’une guerre annoncée

Publié le
Sarkozy Wauquiez : pourquoi les ingrédients d’un clash sont d’ores et déjà réunis

 Crédit LIONEL BONAVENTURE / AFP

Atlantico : Si l'humeur affichée était à la réconciliation, est-il possible que le feu couve sous ces cendres affichées ? En se positionnant sur sa ligne actuelle, Laurent Wauquiez ne tente-t-il pas de barrer la route à un Sarkozy qui apparait de plus en plus sur la scène publique et commente librement l'actualité politique ? Ou l'ombre toujours grande du maître inquiète-t-elle l'élève ?

Edouard Husson : Laurent Wauquiez, s’il garde une quelconque ambition, ne peut pas se permettre d’être en opposition à Nicolas Sarkozy. Or, les propos enregistrés à son insu contenaient au moins un dérapage absolument incontrôlé, la diatribe contre l’ancien président de la République, accusé d’avoir mis sur écoute ses ministres. On a souvent traité Wauquiez de « bébé Sarko » comme d’autres, en leur temps avaient été des « bébé Chirac ». Wauquiez a surtout gardé du sarkozysme une forme, assez brutale, qui n’est pas le meilleur de l’ancien président de la République.

Sur le fond, il est totalement insaisissable voire inconsistant: il a été lancé par le centriste Barrot; il a fait de sérieuses embardées à droite. Il a souvent affiché des intentions protectionnistes, ce qu’on ne trouve jamais chez Sarkozy. Par ailleurs, beaucoup sépare le pur produit des grandes écoles qu’est Wauquiez de Nicolas Sarkozy qui a toujours eu le dessein de modifier en profondeur le recrutement des élites françaises.  Lorsque Wauquiez était ministre de l’Enseignement Supérieur de Nicolas Sarkozy, il défendait souvent la position du statut quo (« Touche pas à ma grande école ») en décalage complet avec la position du gouvernement - et avec l’action de son prédécesseur, Valérie Pécresse (la détestation affichée par Wauquiez envers Valérie Pécresse n’est pas seulement personnelle; elle porte sur le fond d’une réforme des universités et des grandes écoles qu’il a dû appliquer mais n’aimait pas). Par bien des aspects, Wauquiez est un centralisateur défenseur du statu quo, quand Nicolas Sarkozy a eu un quinquennat réformateur et visant à la déconcentration de l’Etat pour l’adapter aux besoins de l’époque. Beaucoup sépare les deux hommes, donc, sur le fond.

On a souvent comparé Laurent Wauquiez à Nicolas Sarkozy. Idéologiquement, qu'est-ce qui oppose les deux hommes ?

Sarkozy a tâché de concilier un retour aux fonctions régaliennes avec l’insertion dans l’Union Européenne. Il a voulu être à la fois très à droite en matière de sécurité intérieure et bon élève de la zone euro. Le grand écart n’a pas résisté à la crise: vous ne pouvez pas vouloir réaffirmer la grandeur de l’Etat et devoir, pacte de stabilité oblige, rogner la plupart des budgets. Wauquiez, vingt ans plus jeune, sent bien qu’il va devoir se débrouiller avec un malaise croissant des peuples confrontés à l’Union Européenne. Il a proposé de revenir aux origines du Marché Commun (un petit nombre de pays à intégrer)et de mettre en place un protectionnisme européen.  Mais c’est très timoré par rapport aux enjeux du moment: soit la refondation de l’Union Européenne soit sa disparition.  D’autre part Wauquiez aura le plus grand mal - quand bien même il le voudrait - à maintenir une synthèse entre la droite et le centre. Ce que Sarkozy avait fait avec l’UMP. Et qu’il refait, avec aisance, ces derniers jours, en rencontrant Valérie Pécresse ou en se montrant avec Gérald Darmanin. On peut dire que Wauquiez essaie d’occuper le créneau de Sarkozy mais 20 ans trop tard et sans avoir l’élan réformateur qu’avait l’ancien président. Il sera pris en étau entre Macron et Marine Le Pen.

En cas de "clash", quels sont les atouts de l'un et de l'autre pour l'emporter ?

La séquence de ces derniers jours est cruelle pour Wauquiez. Il dévisse dans les sondages, doit aller à Canossa...rkozy et cherche fébrilement à ne pas trop apparaître sur la défensive; tandis que l’ancien président a retrouvé sa mobilité, son aura médiatique et son maniement virtuose de la « diagonale du fou »: il n’est jamais là où on l’attend; un jour il avertit Macron sur les risques d’une réforme constitutionnelle, le lendemain il fait l’éloge de Darmanin; il reçoit Valérie Pécresse après avoir vu Wauquiez. Croyez-vous vraiment, pour autant, que Sarkozy puisse se relancer dans la bataille? Giscard n’a jamais réussi à redevenir présidentiable après 1981, malgré les années 1988-1991, où il a pu donner cette impression. Sarkozy a perdu la bataille des primaires  en 2017. On imagine difficilement qu’il puisse revenir malgré le désarroi de la droite. En revanche, il peut empêcher Wauquiez d’affirmer son emprise sur les Républicains; et plus largement sur la droite. Imaginons que Wauquiez franchisse la frontière qui sépare les Républicains du Front National, on imagine Sarkozy le rappeler à l’ordre. En fait, on imagine mal Wauquiez gagner, lui aussi. La droite a besoin d’un gaullisme rénové. Et il en est très éloigné, d’abord pour des questions de style - il n’a pas retenu la leçon du dévissage de Sarkozy dans les sondages, une fois élu, lorsque ce dernier a été incapable d’entrer dans la dignité de la fonction présidentielle et a fait fuir l’électorat âgé qui avait largement contribué à sa victoire; ensuite parce que Wauquiez n’a pas de vision de la France ni de son histoire; enfin parce qu’il ne donne pas l’impression de comprendre le monde de la révolution NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique, cognition).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 18/03/2018 - 11:49 - Signaler un abus Enjeu fondamental

    Excellent petit article ! En une courte phrase, mr. Husson nous rappelle l'enjeu fondamental du moment : soit la refondation de l’Union Européenne soit sa disparition. Et il en conclut que Wauquiez sera pris en étau entre Macron et Marine Le Pen !

  • Par cloette - 18/03/2018 - 11:57 - Signaler un abus Dans quatre ans ...

    C'est trop loin pour faire un pronostic . L'atout de Wauquiez, c'est qu'il est grand, et statistiquement les grands ont plus de chance , hi hi .

  • Par l'enclume - 18/03/2018 - 12:18 - Signaler un abus Tout le monde peut se tromper !!!

    Monsieur Husson, veuillez s.v.p. réserver vos romans feuilleton à Nous Deux.

  • Par Ganesha - 18/03/2018 - 12:18 - Signaler un abus Cloette, quinze mois

    La prochaine échéance, ce sont les élections au Parlement européen en Juin 2019. Dans son discours au récent congrès de Lille, Marine Le Pen a promis la publication d'un ''projet pour l'Europe'', sans nous donner la moindre indication sur son contenu, ni même son orientation. Il faudra donc attendre, le lire... et voir si Wauquiez a un programme clair à proposer. Actuellement, les députés européens français ''ripoublicains'' siègent dans le même groupe parlementaire que les allemands, partisans d'Angela Merkel !

  • Par gerard JOURDAIN - 18/03/2018 - 12:32 - Signaler un abus quand on a rien à dire...

    on se tait.. article sans intérêt pour moi.

  • Par cloette - 18/03/2018 - 12:42 - Signaler un abus Le monde de la révolution NBIC

    C'est quoi exactement ?

  • Par ajm - 18/03/2018 - 15:30 - Signaler un abus Beaucoup de boulot pour Wauquiez.

    MLP est une c.... et Sarkozy, qui a trahi ses électeurs de 2007 , ne représente plus rien. Wauquiez est très intelligent mais maladroit et doit encore beaucoup travailler , notamment son programme, pour espérer battre Macron en 2012.

  • Par quesako - 18/03/2018 - 15:53 - Signaler un abus Sarkozy deviendrait il le JMLP de LR et de Wauquiez ?

    Sarkozy a perdu en 2012, je lui ai donné une chance en 2017 à la primaire. Qu'il soit bon joueur et non le Hollande de LR !

  • Par Liberte5 - 18/03/2018 - 16:56 - Signaler un abus A l'évidence, E. Hussson n'aime pas L. Wauquiez.

    C'est son droit. En revanche il peint Sarkozy sous le meilleur angle. N. Sarkozy n'a plus aucun avenir en politique. Il est carbonisé. Il s'est grillé avec une partie de la droite le jour où il a fait l'ouverture à gauche. Son mandat a été une série de renoncement et d'échec Fort en gueule mais il n'avait pas la carrure pour réformer (SNCF, fonction publique, EDF, etc.), pour lutter contre l'immigration massive, contre le salafisme, l'islam a continué à prospérer sous son quinquennat, l'éducation nationale a continué à se dégrader, la justice aussi. Son bilan est totalement négatif. La preuve il s'est ramassé une branlée aux primaires. Humilié, il devrait disparaître et fermer sa gueule. Seuls les médias lui portent un intérêt. C'est dire.

  • Par assougoudrel - 18/03/2018 - 18:08 - Signaler un abus Macron est en train de se

    foutre en l'air tout seul. Il creuse un trou pour son cercueil. Dans quatre ans, il se passera beaucoup de choses. Voir les retraités dans la rue est déjà un premier signe avant-coureur de sa chute. Quand à l'Europe actuelle, je ne donne pas cher de sa peau. Il faudrait arrêter avec les Restos du Cœur et autre foutaise de ce genre, car si ça avait existé en 1789, la Révolution française n'aurait pas eu lieu. Les gouvernement le savent et ils prennent à la classe moyenne pour refiler aux "pauvres". Ce n'est que quand les gens ont faim et voient leurs enfants en piteux état, qu'ils descendent dans la rue et se révoltent. Sarkozy, c'est du passé et travaille plus pour Macron que pour les LR. Dans un pays anglo-saxon, il prendrait un coup de pied au cul. Wauquiez doit apprendre et il faut qu'il s'entoure de gens fiables et non de Hortefeux et Dati. Où sont Ciotti et les autres bons du parti?

  • Par zen-gzr-28 - 18/03/2018 - 18:27 - Signaler un abus Monsieur HUSSON

    Sarkosy...c'est fini. A quoi rime votre article ?

  • Par Poussard Gérard - 18/03/2018 - 19:51 - Signaler un abus Atlantico était en manque d'article??

    pour faire appel à ce monsieur qui déteste Wauquiez.. Nul....

  • Par kateparpaillot - 18/03/2018 - 20:16 - Signaler un abus QUAND ON NE SAIT PAS ON INVENTE .......

    UN article pour faire le petit scénario qui nous permettra de faire un petit article ....... dommage de gâter ses compétences pour un article qui aurait trouvé sa place dans CLOSER .... ou le JDD ou MATCH ...... ça aurait fait du bien ces journaux ne parlant que de immense grandeur des sérénissimes MACROUNET et MACROUNETTE .....

  • Par cloette - 19/03/2018 - 13:40 - Signaler un abus Attention

    Wauquiez est intelligent ....

  • Par cloette - 19/03/2018 - 16:06 - Signaler un abus @assougoudrei

    tu as raison ( commentaire 18:08)

  • Par raslacoiffe - 19/03/2018 - 17:24 - Signaler un abus Quel cynisme M. Husson!

    Vous vous érigez en défenseur de Sarkozy contre Wauquiez, je ne comprends votre reconversion au sarkozysme que vous avez pourtant tellement vilipendé.

  • Par padam - 19/03/2018 - 20:36 - Signaler un abus Peut mieux faire!

    M. Husson, votre réquisitoire contre L. Wauquiez est non seulement un tissu de mauvaise foi, mais il est tout simplement inapproprié et sans intérêt. Comme quoi la hargne personnelle est toujours mauvaise conseillère. Vous nous avez habitué en général a beaucoup mieux...

  • Par padam - 19/03/2018 - 21:27 - Signaler un abus suite

    Quant à la curieuse et bien tardive promotion, en miroir, du sarkozisme, il y a là de quoi faire sourire les lecteurs d'Atlantico, peut-être âgés pour certains mais pas nécessairement Alzheimer. La réalité, c'est que les démocraties occidentales, en crise et à bout de souffle, n'ont plus la capacité de faire surgir des personnalités politiques d'envergure...

  • Par pierre de robion - 20/03/2018 - 22:27 - Signaler un abus Rassurants...

    ...tous ces commentaires qui me font douter des capacités de réflexion de cet ultra diplômé, qui plus est en Histoire! Sarko a fait beaucoup espérer pour finalement beaucoup décevoir et, comme toujours malheur étant bon à quelque chose, il a pu invoquer la crise de 2008! Mais aurait-ce été si différent sans elle? Question sans réponse du même genre que "l'aura de Jaurès serait-elle la même s'il n'avait été assassiné au "Café du Croissant", ...en choisissant une place loin de la fenêtre par ex.? Toujours le nez de Cléopâtre! Et Hollande, n'a-t-il pas déçu lui aussi? Quant à Macron, M. Husson,je pense, pour vous paraphraser, qu'il "aura le plus grand mal - quand bien même il le voudrait - à maintenir une synthèse entre le centre-droit et la ...gauche!". Alors laissez mûrir le "petit" Wauquiez, il suscite un vrai intérêt à droite, sachant que ce n'est pas un chèque en blanc! A lui d'agir en conséquence!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est spécialiste d’histoire politique contemporaine, en particulier de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. Il est professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (Université de Cergy-Pontoise). Il a été membre du cabinet de Valérie Pécresse, avant d’être vice-chancelier des universités de Paris puis directeur général d’ESCP Europe et, enfin, vice-président de l’université Paris Sciences et Lettres. Il est membre du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€